L’academie de medecine recommande l’utilisation de l’expression « pratiques excessives » et l’abandon de l’expression « addiction aux jeux video »

Billet invité - Publication originale de Yann Leroux sur Psy & Geek ;-)

L’académie de médecine a publié le 1er mars 2012 des recommandations sur les jeux vidéo.

Elle rappelle qu’il faut traiter différemment les cas des adultes et des enfants. S’agissant des plus jeunes elle recommande l’utilisation du terme “jeu excessif” plutôt que celui d’addiction au jeu vidéo

Il n’y a pas de consensus scientifique sur l’existence de réelles addictions aux jeux vidéo. En l’absence d’études précisant leurs critères, il est préférable d’utiliser le terme de pratiques excessives, moins stigmatisant.

Elle rappelle le “rôle primordial” des parents et encourage les familles à s’informer sur les jeux et leurs contenus afin que l’enfant soit en contact des contenus adaptés à son âge

Pour ce qui est des adultes, elle rappelle le risque de dépendance aux jeux d’argent. Il n’est pas question des autres jeux.

Pages qui pourraient également vous intéresser

Etre « ami » avec ses élèves sur facebook ?

Un entretien avec Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste (01:47)

La campagne 3-6-9-12: maîtrisons les écrans

Pas de TV AVANT 3 ans : L'enfant a d'abord besoin de mettre en place ses repères spatiaux, puis temporels. Les premiers sont construits à travers toutes les interactions avec l'environnement qui...

« Maîtrisons les écrans » Pas de console de jeux avant 6 ans, pourquoi ?

Un entretien avec Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste (01:07)

Internet, les jeux vidéo... et les identités plurielles.

La technologie ambiante n’est pas sans influence sur le développement de l’enfant. Il se construit aujourd’hui...

« Ami » avec votre enfant sur les réseaux sociaux ? Une mauvaise idée

Tenir la limite de plus de 13 ans pour s’inscrire sur face book est utile. En effet, avant cet âge l’enfant n’est pas...

"Addiction" aux jeux vidéos? Une mauvaise formulation.

Serge Tisseron psychiatre et psychanalyste argumente  en trois points essentiellement  pourquoi ne pas parler d’...