D'une famille à l'autre, s'adopter.

Beau, faux, nouveau, demi,… comment je dois les appeler?

J'essaie de ne pas faire de distinction entre les siens et les miens.

Tu n'as rien à me dire: tu n'es pas ma mère.

Je sens bien que ça ne colle pas entre eux.

Je ne me sens nulle part à ma place.

Je n'arrive pas à comprendre comment il vit ça.

D'une semaine à l'autre, c'est comme si je ratais à chaque fois un épisode.

C'est important que tu lui trouves un nom qui te convient.

Pourquoi les petits peuvent rester et pas moi?

C'est difficile de contenter tout le monde.

Thématique: 

Pages qui pourraient également vous intéresser

L’enfant et la séparation parentale

De plus en plus de couples se défont laissant, au centre de cette blessure, l'enfant désarçonné. Comment adoucir l'éclatement du premier « triangle amoureux » dont il est issu ? Comment ne pas tomber...

Quand le parent seul dort avec son enfant

Un entretien avec Christine Frisch-Desmarez, pédopsychiatre et psychanalyste. (06:25)

La garde alternée : pas pour les tout-petits

La garde alternée[1] : pas pour les tout-petits   Evoquer la question de l’hébergement d'un tout-petit dans le contexte d'une séparation...

La souffrance des marâtres

L'image de la belle-mère - la marâtre - traîne un lourd passé derrière elle. Les femmes qui se retrouvent aujourd'hui dans cette position familiale, ont l'envie très compréhensible de s'en...

Garde alternée : Les repères du calendrier de Brazelton

Un entretien avec Christine Frisch-Desmarez, pédopsychiatre et psychanalyste. (02:55)

La garde alternée : un principe progressif pour l'enfant

La garde alternée[1] : un principe progressif pour l’enfant   Au gré des évolutions sociale et familiale, l’organisation de l’hébergement...