D'une famille à l'autre, s'adopter.

Beau, faux, nouveau, demi,… comment je dois les appeler?

J'essaie de ne pas faire de distinction entre les siens et les miens.

Tu n'as rien à me dire: tu n'es pas ma mère.

Je sens bien que ça ne colle pas entre eux.

Je ne me sens nulle part à ma place.

Je n'arrive pas à comprendre comment il vit ça.

D'une semaine à l'autre, c'est comme si je ratais à chaque fois un épisode.

C'est important que tu lui trouves un nom qui te convient.

Pourquoi les petits peuvent rester et pas moi?

C'est difficile de contenter tout le monde.

Thématique: 

Pages qui pourraient également vous intéresser

Le professionnel, les parents et l´enfant face au remue-ménage de la séparation conjugale

Lors d´une tempête conjugale, les professionnels en contact avec les enfants dans leur quotidien, sont régulièrement pris à témoin, par l´un ou l´autre membre de la famille. Face à ce remue-ménage,...

Un conjoint violent est-il un mauvais parent ?

Les intervenants sociaux sont aujourd’hui confrontés à des impératifs contradictoires dans les situations de violence conjugale. A la norme qui pousse au maintien des relations enfants-parents s’...

Garde alternée : les besoins du nourrisson

Un entretien avec Christine Frisch-Desmarez, pédopsychiatre et psychanalyste. (02:47)

La séparation

Quand l'enfant pleure lors de la garde alternée

Un entretien avec Pierre Delion, psychiatre et psychanalyste. (05:42)

Quand le père part à la naissance de l’enfant

Un entretien avec Christine Frisch-Desmarez, pédopsychiatre et psychanalyste. (02:32)