Livres, vidéos, podcasts...

Les réseaux sociaux, lieux de socialisation à l’adolescence

Les réseaux sociaux, mieux vaut ne pas s’y aventurer avant 12 ans parce qu’avant cet âge, l’enfant a besoin d’explorer et d’expérimenter la complexité du monde réel. Il a besoin d’éprouver ses relations sociales, de tester ses comportements et les réactions qu’ils suscitent, sans la distance créée par les écrans.

[Texte] Comment aider les enfants en cas d’événement tragique ?

Quand surgit un fait divers dramatique largement relayé par les médias, un événement plus proche comme le suicide d’un parent d’élève ou la mort accidentelle d’un enfant, les adultes se demandent entre autre comment réagiront les enfants. Resteront-ils silencieux ? Poseront-ils des questions? Feront-ils des cauchemars ? Présenteront-ils des angoisses ? Seront-ils surexcités ? En garderont-ils des traces ? Et quelle peut être la «bonne» attitude des adultes, des enseignants, des éducateurs ? Ce dépliant est disponible au téléchargement sur cette page.

[Texte] Le jeu libre

Le jeu libre, sans consigne, autogéré, spontané et dont le seul but est de prendre du plaisir vient à l’enfant dès son plus jeune âge : le tout-petit joue avec sa bouche, sa voix, son corps tout entier. C’est sa manière d’appréhender le monde, de le découvrir. Cet éveil est soutenu et étayé par la présence ajustée, encourageante et bienveillante de l’adulte.

[Texte] Une majorité sexuelle à 14 ans ? Au profit de qui ?

Régulièrement des velléités législatives tentent d’abaisser l’âge de la majorité sexuelle dans une visée affichée d’harmoniser la loi. Qu’en penser au regard de l’intérêt des jeunes ? Une loi doit-elle se baser sur l’âge des premières fois pour régler les questions de majorité ? Doit-elle suivre le ton donné par l’environnement économique et sociétal sans prendre en compte les questions liées au développement même d’un adolescent ? Que « disent » les adultes aux adolescents en prenant ce type de disposition législative ?

L’image : l’enfant face au regard numérique

Depuis les photographies en noir et blanc jusqu’au partage de vidéos sur les réseaux sociaux, l’image a de tout temps marqué la vie sociale et familiale. Elle garde des traces des événements, atteste d’un nouveau statut, ponctue les étapes de l’existence : naissance, décès, anniversaire, balade en forêt, voyage ou tout simplement soirée entre amis … Mais l’image peut également échapper à son auteur initial, devenir objet de moqueries ou de vengeance, de preuve ou de contrôle.

La vitalité de l'ennui

Quand un enfant dit qu’il s’ennuie, qu’est-ce qu’il exprime?  Cette plainte manifeste son désœuvrement à se retrouver seul, à devoir compter sur lui-même et s’occuper pendant un moment.
Sa plainte est un appel à l’adulte pour l’occuper, lui épargner la difficulté d’apprivoiser le vide.

Le dépliant illustré de ce texte est disponible en téléchargement.

 

[Texte] Le porno et les ados

La question de la sexualité est au cœur de l’adolescence, moment de remaniement identitaire, de tâtonnements, de curiosité. Les adolescents s’interrogent sur ce qu’est un adulte, sur la rencontre intime avec l’autre, sur ce que l’autre leur veut.

Dans ce temps d’éveil, de première rencontre avec la sexualité, l’impact de la pornographie sur les jeunes questionne. Certains soulignent la représentation sexiste et technique des relations intimes et sexuelles véhiculée par le porno qui présente un modèle de la sexualité basé, entre autres, sur la performance pour les garçons et sur la soumission pour les filles. D’autres évoquent les questions d'addiction au porno. [lire la suite]

Quand l’enfant ne trouve pas sa place

La socialisation est le processus par lequel sont transmises les valeurs, codes symboliques, règles et normes partagées par le groupe et qui permet à chaque individu de s’y intégrer.

Pour trouver une place dans le groupe, l’être humain doit également découvrir son individualité, ce qui le rend différent, unique. Tissage subtil entre adaptation et affirmation de soi.

Ce long chemin commence pendant la grossesse et va se prolonger à la naissance : par le toucher,  les paroles du papa, le regard de la maman,  et leur désir de voir leur enfant grandir. Ces premières expériences ouvrent l’enfant au monde et l’inscrivent dans la communauté des humains.

[Texte] Le TDA-H ou Trouble Déficitaire de l'Attention, avec ou sans Hyperactivité

Agitation, distraction, impulsivité... chez l’enfant sont devenues en quelques années les motifs de consultation les plus fréquents en pédopsychiatrie. Ces difficultés entravent leur parcours scolaire, leur vie sociale, épuisent leur entourage et le corps enseignant. Nombre d’entre eux sont alors étiquetés « TDA-H » et se voient prescrire trop fréquemment des médicaments comme unique solution. Ceci interpelle sur la manière dont on prend soin des enfants aujourd’hui.

[Texte] Pourquoi jouer en famille est-il indispensable ?

Jouer en famille est indispensable pour un enfant : jeux de plateau, jeux de bains, cuisiner...
Quand parents et enfants jouent ensemble cela renforce leurs liens, leur complicité, ils se découvrent mutuellement sous un autre jour.... C'est aussi une jolie manière de transmettre des savoir-faire, des valeurs (coopération, détermination...).

Un texte paru dans "Points de repère pour prévenir la maltraitance", Temps d'arrêt, Yapaka - mars 2013
 
 

Que faire lorsque je suspecte une maltraitance ?

« Maxime a l’air insensible aux stimulations, c’est comme s’il n’habitait pas son corps » ; « Fabien frappe tout le temps ses camarades » ; « Brice sent mauvais et porte toujours des vêtements trop petits pour lui »… Il nous arrive à tous de nous interroger par rapport à un enfant, et plus encore s’il se confie. Que faire alors ? Première règle : ne pas rester seul (...)

[Texte] Jouer pour grandir

Jouer est essentiel pour l’enfant.  A travers le jeu, il se construit, découvre le monde, apprivoise ses peurs, apprend à vivre ensemble, à créer… Trop souvent perçu comme une activité « futile » par les adultes, le jeu est  pourtant le terreau de la croissance de l’enfant.  C’est à travers lui qu’il grandit.

Cet enfant est-il hyperactif ?

L’hyperactivité de l’enfant existe-t-elle vraiment en tant qu’entité clinique spécifique ou n’est-elle qu’une construction sommairement échafaudée pour excuser la prescription de Rilatine à des enfants dont le comportement perturbateur dérange l’adulte ? Cette question est posée par un nombre croissant de professionnels. La Rilatine est une amphétamine excitant (...)

Secouer un bébé peut être très dangereux

Quelle que soit sa demande, les pleurs sont le moyen privilégié d'expression du bébé. Cependant, ces pleurs présents de manière quasi permanente dans le quotidien d'une famille peuvent réellement envahir l'espace nécessaire à chacun. Parfois la tension déborde et s'exprime vis-à-vis du bébé pleureur que l'on prend et que l'on secoue. [...]

Texte à paraître dans "Points de repère pour prévenir la maltraitance", octobre 2016

Cet enfant a l’air négligé : qu’en penser ?

La négligence est un syndrome actuellement bien identifié dans le registre de la maltraitance. Elle se révèle par la carence de soins, un manque d’attention aux besoins de l’enfant, un défaut d’empathie des parents. La négligence touche en général tous les aspects de la vie du petit, tous ses besoins primaires (manger, boire, dormir, être stimulé, être aimé…). Souvent, elle se déploie sur plusieurs générations ; les parents ont eux-mêmes connu des carences qui les rendent moins adéquats dans leurs rôles parentaux.

Un texte paru dans "Points de repère pour prévenir la maltraitance", Temps d'arrêt, Yapaka - septembre 2014

Les professionnels peuvent-ils encore toucher les enfants ?

Que la question soit posée donne à penser beaucoup et longtemps à la fois sur le propre de la position des enfants à notre époque et sur les multiples professions « spécialisées », actuelles qui s’associent aux enfants ! Leur est-il possible de grandir sans être touchés lorsque cela leur est nécessaire tant au niveau des apprentissages moteurs que des apprentissages psychologiques propres à des sujets en devenir ?

Un texte paru dans le livre Temps d'arrêt "Points de repère pour prévenir la maltraitance", mars 2013

[Texte] L'art d'accommoder les différences

Le plus souvent les évènements qui mènent à des réflexions sur les « différences culturelles » se rapportent à des personnes venant d’ailleurs .Pourtant, des différences se marquent d’une autre façon, par exemple sur le plan du genre, d’une incapacité physique ou encore sur le plan de la famille. C’est tout cela la diversité, mais c’est beaucoup plus encore puisque les familles aménagent des manières de vivre et d’élever leurs enfants qui sont parfois difficiles à comprendre.

Un texte paru dans Points de repères pour prévenir la maltraitance, Temps d’arrêt, yapaka, janvier 2014.

Les signes de souffrance psychique chez l’enfant

Repérer la souffrance psychique chez l'enfant est certes moins compliqué que d'en saisir le sens et la traiter avec les adultes concernés par le mal-être de cet enfant. Tout repérage, évaluation, démarche diagnostique, doit donc intégrer la question suivante : « Qu'en dire et qu'en faire avec les adultes qui ont la responsabilité de l'enfant au quotidien, et qu'en perçoivent ou qu'en ont perçu ces derniers ? »

Le harcèlement : un conflit contemporain (pas) comme les autres

 

Le harcèlement à l’école occupe de plus en plus l’avant de la scène. Une bagarre entre enfants, une moquerie qui en entraîne d’autres, un groupe d’enfants qui se ligue contre un camarade, d’autres assistent. La domination et le rapport de force s’installent. L’un s’affirme dans une relation qui le renforce tandis que l’autre se résigne et s’enferme dans le silence et la honte. Tout cela sous les yeux des pairs qui ne savent souvent pas trop comment se positionner.

Un texte qui paraîtra dans l'édition de septembre 2014 de "Points de repère pour prévenir la maltraitance".

Parfois être un enfant sage a un prix

L'enfant sage est un enfant facile à élever. Il ne pose de problème ni à ses parents, ni à ses éducateurs : en toutes circonstances, il s'adapte et rend facile la tâche des adultes. Il est obéissant, mange et dort facilement, est poli, travaille bien à l'école et s'occupe seul.  Mais...

Troubles de l'apprentissage : les dangers du (sur-) diagnostic

Au cours de ces 50 dernières années, la société a globalement évolué vers une individualisation et un estompement des repères. Dans ce cadre, les attentes vis-à-vis de l’école ont fortement évolué : l’institution-école, socialement structurante, était porteuse d’espoir, a priori bonne pour tous et considérée comme principal moteur de l’ascenseur social. Mais, actuellement, les institutions ne sont plus valorisées et, de son côté,  l’école n’a pas répondu à toutes les attentes. Dans le même temps,  l’impératif social de réussite scolaire n’a pas décrû, que du contraire.

Partager