Livres, vidéos, podcasts...

Jeu t'aime : Sophie et Renan

- "Devine ce que je dessine..."
- "Un serpent, un python..."
- "C'est plus gros"
- "...un ragondin!... Heu non un anaconda"

[Vidéo] Souffrance psychique à l’adolescence, à quoi être attentif ?

Xavier Pommereau,  psychiatre, spécialiste de l'adolescence, parle des nombreux comportements que l'adolescent met en place pour tenter de rompre avec sa souffrance. Ces tentatives se manifestent par des comportements de rupture : se casser, se déchirer, casser, se couper...Autrement dit, il va fuguer, abuser d'alcool, de drogues, se mutiler...Tous ces signes de souffrance doivent interpeller les adultes, d'autant plus s' ils se combinent.

[Vidéo] Soutenir l’autonomie à l’adolescence : entre encouragements et limites

Xavier Pommereau,  psychiatre, spécialiste de l'adolescence souligne l'importance de complimenter, de féliciter l'adolescent sur ce qu'il entreprend, sur ses capacités. Et, il faut également pouvoir mettre une limite lorsque l'adolescent déborde. Une posture de l' adulte qui va soutenir l'adolescent dans sa prise d'autonomie. (03:34) 

 

[Vidéo] Impact des réseaux sociaux sur la prise de risque et les défis à l’adolescence ?

Xavier Pommereau (03:20) explique que, de tout temps, les adolescents ont voulu prouver de quoi ils étaient capables, faire des expériences plus ou moins extrêmes devant leurs pairs. Le changement actuel porte sur la manière dont ces expériences résonnent socialement. Avec les réseaux sociaux, les adolescents sont poussés à prendre de plus gros risques, à se mettre en danger par gain de likes. 

[Vidéo] Comment comprendre le goût du risque à l’adolescence ?

Un entretien (03:31) avec Xavier Pommereau,  psychiatre, spécialiste de l'adolescence  qui explique en quoi le goût du risque fait partie intégrante du processus adolescent.
Les adolescents font des expériences, testent... C'est pour eux une manière de s'écarter de la ligne de conduite donnée par les parents, et d'être reconnus par leurs pairs. 

Toutefois, il y a une série d'adolescents pour qui prendre des risques ne signifie plus se faire des frissons, se tester. Dans la répétition de leurs actes, ce n'est plus les limites qu'ils cherchent, mais peut-être est-ce là une manière de se détourner de leurs souffrances, de leurs émotions négatives. 

Partager