Les paradoxes de la relation éducative

S’occuper d’adolescents dits difficiles, c’est constamment travailler aux confins du judiciaire, du sanitaire et de l’éducatif. A priori les deux premiers champs apparaissent mieux définis : on est coupable ou pas, malade ou non. Il est tentant de pousser les adolescents les plus difficiles vers un des deux  champs en espérant qu’à un problème défini on apportera une solution précise. D’où la plainte actuelle d’une judiciarisation et d’une psychiatrisation excessives. Excessive, parce que pas toujours justifiée, loin s’en faut ; mais excessive aussi, et c’est plus problématique, parce que ces deux champs ne peuvent pas fonctionner sans un indispensable relais éducatif.

Thématique: 

Pages qui pourraient également vous intéresser

Jeunes et Ecole. La parole et les cris

Une conférence, organisée le 22 octobre 2009 par Infor-Drogues, avec Violaine Clément, adjointe de direction d'une école secondaire à Fribourg...

Que dit le silence de l’adolescent ?

Un entretien avec Jean-Claude Quentel, professeur de sciences du langage à l'Université européenne de Bretagne. (02:10...

Scarifications et tatouages à l’adolescence ?

Un entretien avec David Le Breton, anthropologue et sociologue, professeur de sociologie à l’université de Strasbourg.(...

Le travail social ou l’ «Art de l'ordinaire»

Le travail social est avant tout une activité relationnelle ordinaire que l’on réalise tous, de manière quotidienne. Mais, ce terme générique désigne également un ensemble de métiers liés au secteur...

Accompagner le passage adolescent

Une conférence avec Antoine Masson, psychiatre et professeur à l'UCL et à l'Université de Namur/UNamur, dans le cadre des Midis de l'éducation organisé par le service de l'Administrateur général de l...