Les paradoxes de la relation éducative

S’occuper d’adolescents dits difficiles, c’est constamment travailler aux confins du judiciaire, du sanitaire et de l’éducatif. A priori les deux premiers champs apparaissent mieux définis : on est coupable ou pas, malade ou non. Il est tentant de pousser les adolescents les plus difficiles vers un des deux  champs en espérant qu’à un problème défini on apportera une solution précise. D’où la plainte actuelle d’une judiciarisation et d’une psychiatrisation excessives. Excessive, parce que pas toujours justifiée, loin s’en faut ; mais excessive aussi, et c’est plus problématique, parce que ces deux champs ne peuvent pas fonctionner sans un indispensable relais éducatif.

Thématique: 

Partager

Pages qui pourraient également vous intéresser

Le bouquin d'Hubert

Tiraillé entre le souvenir de l’enfance, son besoin d’affirmer son autonomie et son indépendance, de se différencier, la nécessité de faire face aux transformations qui lui tombent dessus, l’...

Adolescence et risques

Si l'adolescence rime avec la prise de risques, il arrive que la mise en danger de soi prime sur la recherche de plaisir. Face à ces « auto-sabotages », pas toujours flagrants, les parents ressentent...

Adolescence et scarifications

Les scarifications à l’adolescence apparaissent comme un remède paradoxal à la souffrance personnelle du jeune. A...

Les modalités de l’hébergement alterné à l’adolescence

Un entretien (05:08) avec Alain Braconnier, psychiatre et psychanalyste spécialiste de l’enfance, réalisée lors du 7e...

Le professionnel face à l'adolescent qui provoque.

Un entretien avec Jean-Marie Forget, psychiatre, psychanalyste. (05:55). En tant que professionnels, face à un...