Quand un des parents est en souffrance

Quand nous souffrons ou qu’un de nos parents a souffert de difficultés psychologiques ou de maladie mentale, quantité de questions nous animent :
quelles conséquences pour notre enfant ? Va-t-on lui transmettre angoisses, dépression, variations d’humeur ?
Serons-nous capable de nous occuper de lui alors qu’il est déjà si difficile de vivre et de prendre soin de nous-même ?
Parfois, c’est notre conjoint(e) qui est malade. Quand il n’est pas ajusté aux besoins de l’enfant, nous trouvons risqué de le lui confier. La prise de médicaments, l’addiction, la souffrance psychique peuvent empêcher un adulte d’exercer de manière fiable ses fonctions parentales au quotidien. La question se pose avec plus de  force encore en cas de séparation. Pour grandir, un enfant a besoin d’être et de se sentir en sécurité, dans un environnement prévisible et ajusté à ses besoins.
Si nous avons des doutes sur nous-même ou sur un proche parent, parlons-en à notre médecin de famille ou à des professionnels de la santé mentale. Ils réfléchiront avec nous à la place que chaque parent peut assumer et accompagneront l’enfant dans sa rencontre avec son parent souffrant.

Extrait du livre "Naître parents" disponible à la demande et en version PDF téléchargeable.

 

Partager