Rebondir, un exercice vital

Un peu de stress va doper l’enfant: il va lui apporter le tonus physique et psychique nécessaire pour avancer, à son rythme, dans ses apprentissages et nouer de nouvelles amitiés. Mais trop de stress peut le paralyser. Il risque alors de rester enfermé dans son inquiétude, de se tenir en retrait. Il lui faudra beaucoup plus de temps et de soutien pour faire sa place dans ce monde si différent de celui de sa famille. Mais les choses s’amorcent toujours, un jour ou l'autre, peu à peu…

Combien d'ongles rongés, de nuits agitées à l'époque des interrogations, des examens? Acquérir des connaissances et des compétences provoque souvent beaucoup de stress. Or, une certaine dose de ce stress va mobiliser la concentration et une utilisation efficace des acquis auprès de notre écolier. Mais la tension est parfois telle qu'elle ôte tous les moyens au bambin, l’empêchant de réfléchir alors qu’il en est parfaitement capable. Ne le grondons surtout pas, donnons-lui seulement du temps pour qu'il apprenne à la dominer.
D’autres situations, celles par exemple où l'enfant s’expose ou expose un travail sous le regard des autres (élocutions, présentations orales de travaux…) crée également du stress. Mater ses peurs, se lancer dans l’action et y trouver du plaisir puis être remercié et félicité pour son travail sont des expériences importantes… et agréables. Le stress qui y prélude les intensifie!