Témoignages

  • "Nous avons adopté Victor à sa naissance. Puis, quand il a eu 2 ans, nous avons adopté Sandro, âgé de 16 mois. Ils sont plus proches par l’âge que ne pourraient l’être des frères de sang. Ce sont d’inséparables compagnons de jeux, mais, bien sûr, ils se disputent beaucoup… Ils ont maintenant 12 et 11 ans. Ces derniers mois, Sandro s’est considérablement développé physiquement, il est maintenant plus grand et plus fort que son aîné, pour qui c’est une grosse difficulté. Victor est fâché, il est perdu… Il manque d’assurance, il ne sait comment se situer. "
    Sophie
  • "Mes deux fils se sont toujours beaucoup disputés. Il existe entre eux une forte rivalité. Pourtant, mon plus jeune, réservé, réfléchi, qui était écrasé jusqu'ici par un grand frère sportif et entouré d'amis, va mieux. Il se découvre de nouvelles passions: la lecture et les discussions 'sérieuses' et peut montrer ainsi à son aîné que, lui aussi, peut être fort (plus fort?) dans certains domaines."
    Pascale
  • "J’ai un frère qui a deux ans et deux mois de plus que moi. Quand on était petits, il m’obligeait à jouer à ce que je ne voulais pas. Si je refusais, il me frappait (me voilà dégoûtée à vie du Monopoly et des petites voitures !) Quand j’appelais ma mère au secours, elle nous remballait en nous disant de nous débrouiller. J’en ai conçu un très fort sentiment d’injustice, je me sentais livrée, sans défense, à la loi du plus fort imposée par mon frère. C'est, évidemment, mon point de vue d’enfant. Sans défense, je ne l’étais probablement pas totalement… En tous cas, maintenant, j'évite de renvoyer mes propres enfants à eux-mêmes quand ils se chamaillent!"
    Michèle
  • "J’ai dit un jour à mes enfants qui se crêpaient le chignon pour une bêtise que la justice, ce n’était pas la même chose pour tous, mais à chacun selon ses besoins. Ça les a fait réfléchir et aidé à découvrir combien leurs besoins pouvaient être différents les uns par rapport aux autres."
    Philippe