Le Conseil de l'Europe veut-il donner la fessée aux parents ?

Régulièrement, la question de la fessée revient au devant de l'actualité. Le Conseil de l'Europe, qui demande sa légifération, en a fait un de ces chevaux... de bataille, de cirque, de bois ?

Commençons par le plus simple. Tout le monde est d'accord pour dire que les châtiments corporels ne consistent pas en une bonne manière d'éduquer un enfant. Il revient aux pouvoirs publics de soutenir une éducation non violente.

La question est de savoir si l'interdiction légale des châtiments corporels est adéquate. Nous pensons qu'elle est non seulement inutile mais surtout contre productive. Voici pourquoi.

Une nouvelle législation inutile
En Belgique, les enfants sont protégés par la Convention relative aux droits de l'enfant (Art 19 ), notre constitution mentionne que « Chaque enfant a droit au respect de son intégrité morale, physique, psychique et sexuelle.(Art 2bis) et le code pénal incrimine les coups et blessures et prend en compte à titre de circonstance aggravante le fait que l'infraction ait été commise par un parent envers son enfant (Art 398 et suivant). C'est dire si l'arsenal législatif est important, c'est dire à quel point la Secrétaire générale adjointe du Conseil de l'Europe, Maud de Boer-Buquicchio est dans la confusion quand elle déclare « En légalisant les châtiments corporels, on laisse penser que... »(Le Soir du 3 juin 2009). Personne n'a jamais légalisé les châtiments corporels !

Une démarche contre productrice et incohérente
Ajouter une législation spécifique revient à indiquer aux parents que l'Etat va sévir s'ils ne se comportent pas correctement. Analogiquement, cela revient à menacer les parents d'une fessée.
Si l'on souhaite promouvoir une éducation non-violente, il est indispensable de donner l'exemple et de faire œuvre de créativité et considérer que les parents cherchent à faire le mieux possible pour leurs enfants et non qu'ils sont des individus à surveiller. Il est intéressant de voir à quel point les parents sont choqués par cette démarche. En Nouvelle Zélande, en 2009, lors d'un référendum, 87.6% de la population refusait une telle législation. Un de leurs slogan indiquant bien le paradoxe de telles initiatives : We Don't Need No Education, (http://www.voteno.org.nz/ )
Les effets pervers de telles velléités législatives constituent la raison principale pour laquelle la Coordination de l'Aide aux Victimes de Maltraitance a officiellement remis en 2008 un avis négatif à leur encontre (voir "Faut-il châtier les parents qui donnent une fessée ?" sur yapaka.be).

Laisser rouler le business mais stigmatiser les parents
Dans les campagnes de prévention, il courant et facile de stigmatiser les comportements individuels. Il est nettement plus compliqué de s'attaquer aux mécanismes socio économiques qui ont souvent des effets négatifs nettement plus problématiques sur les familles. Exemple : les scientifiques ont maintenant bien pu montrer les dangers de la télévision sur le développement des enfants de moins de trois ans. Or, des chaînes spécifiques ont justement été créées pour ces enfants en bas âge. Alors qu'elles pourraient être interdites, ici on estime que les parents sont les mieux à même de savoir ce qui convient à leurs enfants. Ce type d'attitude paradoxale se retrouve dans de nombreux domaines telle la prévention de l'obésité ou la lutte contre le tabagisme où le même émetteur signale son danger et en tire profit. Quand des intérêts économiques sont en jeu, les instances internationales sont nettement plus frileuses à se mobiliser. Oui, il est plus simple de pointer le doigt sur les individus ; mais ceux qui, chaque jour, sont en contact avec les familles savent à quel point seul compte le patient tissage des liens et de la confiance.

Téléchargements: 
Thématique: 

Partager

Pages qui pourraient également vous intéresser

La fessée et les élections

Plusieurs médias proposent aux citoyens de voir quels partis pensent comme eux. Certains de ces tests sont plus pédagogiques que d'autres, certains ont posé leurs questions à tous les partis, d'...

La Belgique, la loi, la fessée...

Le débat français sur la fessée dépasse les frontières et nous atteint également. Qu’en est- il en Belgique ? Nous avons déjà remis...

[Livre] Guide pour prévenir la maltraitance

Les professionnels de l’enfance peuvent tous être confrontés à une possible situation de maltraitance : voir des signes ou recevoir des informations qui les inquiètent. Or la maltraitance n’est pas...