Deuil

[Livre] Le deuil périnatal

Dans ce livre, Marie-José Soubieux, pédopsychiatre, aborde un sujet délicat et encore tabou : la mort de bébés pendant la grossesse ou tout juste nés. La mort prénatale a un impact sur toute la famille, les enfants aînés mais aussi les grands-parents et les enfants à venir. Il s’agit d’un deuil bien particulier, contraignant les couples, au-delà de leur douleur indicible, à entreprendre un voyage psychique effrayant et totalement inédit.
Pris dans leurs propres émotions, comment les professionnels peuvent-ils accompagner cet évènement traumatique ?

 

Numéro de collection: 
34

[Texte] Comment aider les enfants en cas d’événement tragique ?

Quand surgit un fait divers dramatique largement relayé par les médias, un événement plus proche comme le suicide d’un parent d’élève ou la mort accidentelle d’un enfant, les adultes se demandent entre autre comment réagiront les enfants. Resteront-ils silencieux ? Poseront-ils des questions? Feront-ils des cauchemars ? Présenteront-ils des angoisses ? Seront-ils surexcités ? En garderont-ils des traces ? Et quelle peut être la «bonne» attitude des adultes, des enseignants, des éducateurs ? Ce dépliant est disponible au téléchargement sur cette page.

L’enfant face à la mort

TEXTE paru dans Points de repères pour prévenir la maltraitance, Temps d’arrêt, Yapaka.

La mort, une réalité à découvrir

La première rencontre de l'enfant avec la mort concerne souvent l'un de ses grands parents. Cette mort qui amène tristesse et questions s'inscrit dans le cycle de la vie de la naissance à la mort : « Il/elle était vieux/vieille, il/elle arrivait à la fin de sa vie ». La perte d'un animal familier peut aussi amener l'enfant à vivre une perte importante.

Le deuil périnatal

Dans cette conférence, Marie-José Soubieux, pédopsychiatre, parle des bébés morts, pendant la grossesse ou tout juste nés. Alors que le bébé occupe une place centrale dans notre société, de façon paradoxale sa mort avant terme reste un sujet tabou. La confrontation impensable au double mystère de la vie et de la mort conduit souvent à transformer ce non-avènement en non-événement.
 

Groupe de parole pour parents en deuil perinatal MIZUKO

MIZUKO s’adresse à tout parent confronté au décès périnatal de son enfant. A l’origine, ce projet est issu de la rencontre de professionnels de la périnatalité et de professionnels de la santé mentale avec la souffrance indicible des parents venant de perdre un bébé. Ce groupe a pour objectif d’offrir un espace de parole, d’accompagnement et de soutien psychologique aux parents. Il leur propose d’aborder l’expérience de la perte avec d’autres, tout en respectant le cheminement et le rythme de chacun. Il permet également de rompre l’isolement ressenti par certains. Mizuko est animé par deux psychothérapeutes ayant chacune l’expérience périnatale hospitalière et l’expérience des processus de deuil.

[Glané] Chaque année 900 familles sont touchées par le deuil périnatal.

La RTBF consacre un reportage sensible au deuil périnatal. En Belgique, chaque année, près de 900 bébés décèdent au cours de la grossesse ou dans les premiers jours de vie. Une grande pudeur entoure ces décès. Les familles sont de mieux en mieux entourées, notamment par les Groupes d'aide aux parents endeuillés ou des associations telles R.E.N.A.I.T.R.E. qui offrent des retraites pour mamans endeuillées .

 

Nommer un enfant mort né

La mort d'un enfant pas encore né est un évènement particulier du fait, notamment, de l'absence de vie, du manque de souvenirs, de l'annulation de tout futur possible... et aussi du déni social face à ce non-évènement.
Le travail de deuil sera différent pour chacun, compte tenu de la place de que cet enfant non-né aura pris : un bébé, un fœtus voire un morceau de chair.

Partager