Majorité sexuelle

Les jeunes, la sexualité et la violence

La jeunesse, la sexualité et la violence ont au moins un point commun : ce sont des catégories qui sont tenues sous haute surveillance. Les grands interdits sexuels ont faibli dans nos sociétés et la sexualité juvénile, détachée du cadre affectivo-conjugal, est aujourd’hui admise. Mais les normalités sexuelles, loin d’avoir disparu, sont en réalité multiples et elles ne vont pas toujours dans le sens d’une sexualité égalitaire (entre les sexes) et adaptée (suivant les âges). C’est pourquoi les déviances sexuelles des jeunes, réelles ou supposées, et plus encore leurs actes sexuels violents...
Numéro de collection: 
97

[Livre] Guide pour prévenir la maltraitance

Les professionnels de l’enfance peuvent tous être confrontés à une possible situation de maltraitance : voir des signes ou recevoir des informations qui les inquiètent. Or la maltraitance n’est pas un phénomène univoque : elle prend des formes et des degrés de gravité très variables. Les enjeux sont complexes et peuvent créer des tensions contradictoires. Ce guide vise à rendre compte de cette réalité. Il présente l’essentiel des données actuelles concernant les mauvais traitements physiques, les négligences, les abus sexuels et la maltraitance psychologique. Le texte, dont le fil conducteur...
Numéro de collection: 
71

[Texte] Une majorité sexuelle à 14 ans ? Au profit de qui ?

Régulièrement des velléités législatives tentent d’abaisser l’âge de la majorité sexuelle dans une visée affichée d’harmoniser la loi. Qu’en penser au regard de l’intérêt des jeunes ? Que dit la loi belge ? Rappelons tout d’abord qu’à la différence des adultes, pour le jeune de moins de 18 ans, c’est le juge de la jeunesse qui est compétent. En résumé, la loi actuelle dit que tout rapport sexuel avec un mineur de moins de  14 ans constitue un viol, quelque soit l’âge de l’auteur de la pénétration sexuelle. Entre 14 et 16 ans, un rapport sexuel constitue un attentat à la pudeur (et en tant...

[Carte blanche] Une majorité sexuelle à 14 ans ? Au profit de qui ?

Cette carte blanche est parue dans Le Soir de ce 19 mars 2015 L’accord gouvernemental mentionne l’harmonisation de la loi relative à la majorité sexuelle. Les médias semblent signifier qu’il faut y lire un abaissement de la majorité sexuelle de 16 à 14 ans. Qu’en penser au regard de l’intérêt des jeunes ? Que dit la loi ? Rappelons tout d’abord qu’à la différence des adultes, pour le jeune de moins de 18 ans, c’est le juge de la jeunesse qui est compétent. En résumé, la loi actuelle dit que tout rapport sexuel avec un mineur de moins de  14 ans constitue un viol, quelque soit l’âge de l’...