Société

L'hypersexualisation des enfants

Des experts de la petite enfance se rassemblent autour de cette question avec les parlementaires lors d’une journée de travail au Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles ce 07 février. Quatre ateliers seront la porte d’entrée à un travail d’élaboration de recommandations : les médias et la publicité, le rôle des pouvoirs publics, le développement et l’éducation, sensibilisation du monde adulte: école, mouvements de jeunesse, extrascolaire…

Pour plus d’infos, cliquez ici .

Maîtrisons les écrans : La campagne 3-6-9-12 donne des repères

Dans une société où le virtuel a pris une place prépondérante, quelles peuvent en être les conséquences sur l’enfant ? Sans céder aux sirènes de la technologie ni à la panique face au monde numérique, il s’agit de mieux comprendre l’impact des écrans au cours de la vie de l’enfant. La confrontation aux mondes virtuels et le vécu émotionnel qui y est associé sera différent selon son stade de développement. En effet, au fur et à mesure qu’il grandit, et s’il est accompagné dans ses découvertes, il sera de plus en plus outillé pour faire face aux contenus qu’il perçoit.  

L'exemple, c'est nous

Les médias et l’homme de la rue déplorent les incivilités et la violence des jeunes. Mais la violence ne règne-t-elle pas dans les familles et dans la société ? La violence conjugale, l’agressivité du conducteur automobile, le langage ordurier d’un chef d’état ou le coup de boule d’un sportif de renom ne sont-ils pas des exemples de notre vie quotidienne ?

Il revient à l’adulte au sein de la famille ainsi que dans l’espace social d’aider l’enfant à trouver les repères pour grandir et ainsi se socialiser. Non limité, l’enfant ou l’adolescent se retrouve aux prises avec ses pulsions, qu’il n’est pas à même de canaliser seul.
Certains parents ont des difficultés à mettre des limites à leur enfant. Parfois le chaos familial, ou encore les conditions matérielles n’offrent pas l’assise sécurisante qui permet à l’enfant de se développer harmonieusement. On parlera alors de négligence voire de maltraitance.

Bon ou mauvais, l'exemple, c’est nous. Nous tous, chacun d’entre nous.

La campagne "Une vie de chien ?"

La vie est tantôt gaie, tantôt triste. Parfois c’est le fou-rire, parfois les pleurs. Il y a des choses qu'un enfant aimerait dire, mais il n’ose pas, des sujets pas faciles à aborder. On l’embête dans la rue. Il trouve qu’on ne l’écoute pas. Il voudrait avoir de meilleurs résultats à l’école, mais il n’y arrive pas....

La campagne "Une vie de chien ?"  invite les enfants à parler, à questionner, à interpeller les adultes qui les accompagnent au quotidien. Différents outils sont mis à disposition gratuitement : livrecapsules vidéosaffiches, autocollants, lettre d'information... 

Et nouveauté pour cette rentrée, nous sommes allés réinterroger des enfants (devenus grands !) ayant participé au tournage il y a 10 ans... Leurs réactions sont toujours aussi spontanées.

 

La campagne de spots "Quelqu'un à qui parler..."

Cette fois, on retrouve à l´écran 8 témoignages : une maman qui ne supportait plus les pleurs de son bébé, Jamel qui a permis à son voisin de parler et de découvrir autre chose, une puéricultrice qui a pris le temps de discuter avec une maman, une institutrice qui a laissé une place à la parole avant que le malaise ne s´installe, un éducateur,... tous expliquent que le fait de parler, d´échanger avec une personne extérieure à la situation les a aidé à prendre du recul, à s´arrêter un instant.

Cette campagne a été diffusée en radio et télévision en 2006.

Spots "bulles"

Huit saynètes de la vie quotidienne attirent l´attention sur les différences de rythme et de monde entre adultes et enfants. Qui ne s´est pas énervé à l´heure du repas, du dodo ou quand la retransmission du match est troublée…

[Livre] Jeunes et radicalisations

De tout temps, la jeunesse en quête de sens s’inscrit dans une métamorphose identitaire. Aujourd’hui, en rupture de perspectives et de références puissantes pour se sentir exister, des jeunes hommes et femmes sont  touchés par l’islamisme radical. Ce texte de David Le Breton, sociologue, propose une lecture de la radicalisation au travers de grandes figures anthropologiques : l'ordalie, le sacrifice, la disparition de soi...

Numéro de collection: 
104

[Livre] La parentalité aujourd’hui fragilisée

Dans ce nouveau texte Temps d'arrêt, Gérard Neyrand, sociologue, analyse, au regard de l’évolution familiale,  la parentalité fragilisée aux plans social, économique et sur le versant du couple conjugal. Les réponses des pouvoirs publics à ces changements ne sont pas toujours convergentes mettant les intervenants sociaux dans la position délicate d’avoir à se situer entre soutien et contrôle des parents qu’ils accompagnent.

Numéro de collection: 
102

[Livre] Prévenir la maltraitance

Ce livre "Temps d'arrêt" sous la plume de Vincent Magos, spécialiste en santé publique et psychanalyste, propose un éclairage de la prévention de la maltraitance partant de questions concrètes et contemporaines. L’auteur pense la prévention à partir de la place de chaque professionnel proche des familles : puéricultrices, enseignants, assistants sociaux, éducateurs, psychologues, médecins…

Numéro de collection: 
100

[Livre] La violence des jeunes : punir ou éduquer ?

Ce livre est disponible en librairie.
Véronique le Goaziou, sociologue, analyse la violence des jeunes délinquants ou violents incarnés par les figures du «  jeune de quartier  » ou du «  jeune radicalisé  ». La pénalisation n’est pas l’unique solution, en dépit du recours croissant à la justice observé ces derniers temps. Il faut aussi compter sur les adultes, les familles, les parents et redire la force et l’efficacité de la pratique éducative et de la prévention.

Numéro de collection: 
89

[Livre] Points de repère pour prévenir la maltraitance

Observer des signes qui nous inquiètent chez un enfant, être confronté à une situaiton de maltraitance, de négligence ... sont autant de questions ouvertes dans ce Temps d'arrêt. La première partie, sous la plume de Marc Gérard, pédopsychiatre, trace les contours et la diversité des formes de maltraitance ; la seconde partie aborde une multitude de questions telles qu'elles se présentent concrètement aux professionnels dans leur position de nursing, d'éducation ou d'aide. 
Ce Temps d'arrêt hors-série de 120 pages est disponible sur simple demande ou téléchargeable en format pdf . Il est également envoyé mi-septembre dans les Hautes Ecoles, Universités et Cours de Promotion sociale. 
Numéro de collection: 
31

Comment comprendre qu’une mère puisse tuer ses propres enfants ?

Au cours de la grossesse, la plupart des femmes entrent peu à peu dans un état tout à fait particulier qui va leur permettre d’entrer en relation avec leur bébé. Cet état, que l’on nomme préoccupation maternelle primaire et qui se prolonge après la naissance, est la proximité qui permet à la mère de comprendre son enfant bien que celui-ci ne parle pas. Ainsi, la maman décode pleurs et babillages et apporte à l’enfant les soins nécessaires à ses besoins.

[Texte] Le 'devenir adulte' après une enfance écorchée

On s’interroge souvent sur le devenir des enfants victimes de mauvais traitements (négligences,  carences, abus, violences,...). Comment vont-ils grandir ? Quels adultes vont-ils devenir ? D’autant qu’un adage empoisonné revient fréquemment : un enfant maltraité deviendra un parent maltraitant.       Disons-le d’emblée, ce genre de raccourci n’est pas avéré ; dans le domaine psychique, les choses sont bien plus complexes.

[Texte] Les réseaux sociaux, lieux de socialisation à l’adolescence

Les réseaux sociaux, mieux vaut ne pas s’y aventurer avant 12 ans parce qu’avant cet âge, l’enfant a besoin d’explorer et d’expérimenter la complexité du monde réel. Il a besoin d’éprouver ses relations sociales, de tester ses comportements et les réactions qu’ils suscitent, sans la distance créée par les écrans.

[Texte] Une majorité sexuelle à 14 ans ? Au profit de qui ?

Régulièrement des velléités législatives tentent d’abaisser l’âge de la majorité sexuelle dans une visée affichée d’harmoniser la loi. Qu’en penser au regard de l’intérêt des jeunes ? Une loi doit-elle se baser sur l’âge des premières fois pour régler les questions de majorité ? Doit-elle suivre le ton donné par l’environnement économique et sociétal sans prendre en compte les questions liées au développement même d’un adolescent ? Que « disent » les adultes aux adolescents en prenant ce type de disposition législative ?

[Texte] Le porno et les ados

La question de la sexualité est au cœur de l’adolescence, moment de remaniement identitaire, de tâtonnements, de curiosité. Les adolescents s’interrogent sur ce qu’est un adulte, sur la rencontre intime avec l’autre, sur ce que l’autre leur veut.

Dans ce temps d’éveil, de première rencontre avec la sexualité, l’impact de la pornographie sur les jeunes questionne. Certains soulignent la représentation sexiste et technique des relations intimes et sexuelles véhiculée par le porno qui présente un modèle de la sexualité basé, entre autres, sur la performance pour les garçons et sur la soumission pour les filles. D’autres évoquent les questions d'addiction au porno. [lire la suite]

[Texte] L'art d'accommoder les différences

Le plus souvent les évènements qui mènent à des réflexions sur les « différences culturelles » se rapportent à des personnes venant d’ailleurs .Pourtant, des différences se marquent d’une autre façon, par exemple sur le plan du genre, d’une incapacité physique ou encore sur le plan de la famille. C’est tout cela la diversité, mais c’est beaucoup plus encore puisque les familles aménagent des manières de vivre et d’élever leurs enfants qui sont parfois difficiles à comprendre.

Un texte paru dans Points de repères pour prévenir la maltraitance, Temps d’arrêt, yapaka, janvier 2014.

Les demandes des parents et l'institution éducative

Il arrive que le dialogue entre le professionnel et le parent s’enfonce dans l’impasse : le premier se prévaut de sa compétence professionnelle, le deuxième de la connaissance de son enfant. Pour contourner cet écueil, le travail professionnel en  équipe construira la dimension collective pour mettre en place un cadre commun, à expliquer régulièrement aux parents.

Un texte qui paraîtra dans l'édition 2014 de "Points de repère pour prévenir la maltraitance".

« En réponse aux dérives managériales, comment diriger et organiser le travail aujourd’hui ? »

Une conférence de Didier Robin dans le cadre des Journées de la psychothérapie institutionnelle "Les modifications sociales : nouvelles aliénations ou nouvelles ouvertures ?"  organisée le 8 juin 2018.

Didier Robin est psychanalyste, thérapeute familial et psychotraumatologue. Il est superviseur d’équipes (groupe “institutions” – Centre Chapelle-aux-Champs) et formateur (SSM Le Méridien). Il a écrit plusieurs ouvrages dont “Dépasser les souffrances institutionnelles”.

 

[Podcast] La prévention entre intérêt général et contrôle social

Une intervention de Vincent Magos 

Jusqu’à quel point la prévention contribue-t-elle à  l’intérêt général ou organise-t-elle une forme de contrôle social ?
[...] En matière de prévention, le rôle de l’Etat, son rôle à la fois « redistributeur » et protecteur des plus faibles, consiste à mettre en place des mécanismes qui s’adressent à tout le monde de manière indistincte, donc équitable.

[Audio] La construction historique de la question du soutien des parents en France

Un exposé de Gérard Neyrand, sociologue, professeur à l’Université de Toulouse, à l'occasion du Colloque "L'action publique en direction des parents : quels problèmes ? quelles réponses ?", organisé le 19 septembre 2017 par La Direction des statistiques, des études et de la recherche de la Caisse nationale des allocations familiales, en partenariat avec l'Ecole des hautes études en sciences sociale.

Clôture du Colloque "Le secret professionnel démantelé. Les terroristes font-ils la loi ?"

Un exposé de Myriam Saduis, comédienne, metteure en scène, auteure de Amor mundi, d’après Hannah Arendt,  à l'occasion du Colloque "Le secret professionnel démantelé. Les terroristes font-ils la loi ?" organisé ce 6 mai 2017 par l’APPPsy et l’Association Syndicale des Magistrats. 

[Carte blanche] Une majorité sexuelle à 14 ans ? Au profit de qui ?

Cette carte blanche est parue dans Le Soir de ce 19 mars 2015 L’accord gouvernemental mentionne l’harmonisation de la loi relative à la majorité sexuelle. Les médias semblent signifier qu’il faut y lire un abaissement de la majorité sexuelle de 16 à 14 ans. Qu’en penser au regard de l’intérêt des jeunes ? Que dit la loi ? Rappelons tout d’abord qu’à la différence des adultes, pour le jeune de moins de 18 ans, c’est le juge de la jeunesse qui est compétent. En résumé, la loi actuelle dit que tout rapport sexuel avec un mineur de moins de  14 ans constitue un viol, quelque soit l’âge de l’...

[Chapitre] Prévenir la maltraitance : Penser le cadre institutionnel

"La procédure liturgie des temps modernes  Dans le même fil que celui de l’inflation législative, la procéduralisation vient empêcher de penser et, plus grave, nuit aux objectifs à atteindre. Il revient au responsable, qu’ils soit politique ou membre d’une institution, de supporter l’inconnu et l’anxiété. Cela fait intimement partie de sa fonction. Mais depuis un certain nombre d’années, on voit apparaître dans le travail social la multiplication de procédures sous prétexte de réduire les erreurs ou d’augmenter l’efficience. Qu’en est-il réellement ? (...) " In ...

D'acier [Livre]

Roman

Il y a la Méditerranée, la lumière, l'île d'Elbe au loin. Mais ce n'est pas un lieu de vacances. C'est une terre sur laquelle ont poussé brutalement les usines et les barres de béton. Depuis les balcons uniformes, on a vue sur la mer, sur les jeux des enfants qui ont fait de la plage leur cour de récréation. La plage, une scène idéale pour la jeunesse de Piombino.

La fête des pères ou des mères et les familles recomposées

Une interview de Pierre Delion, pédopsychiatre, psychanalyste. 

 

À l’école, un rituel prévoit la confection d’un cadeau, d’un poème pour la fête des pères ou mères. Inévitablement, des questions vont émerger si un parent est décédé, malade, absent,… aujourd’hui celles-ci sont amplifiées par les nouvelles configurations familiales : parents séparés, familles monoparentales, couples homoparentaux…

Ça commence aujourd'hui

Documentaire

Fils de mineur, Daniel Lefebvre est directeur d'une école maternelle à Hernaing, près de Valenciennes. Il exerce son métier avec passion dans une région qui fut riche et qui maintenant est rongée par le chômage. Un soir, Mme Henry vient chercher très tard sa fille Laëtitia. En voulant l'embrasser, elle s'écroule ivre morte. Prise de honte, elle s'enfuit abandonnant sa fille et son bébé.

Carole Gayet-Viaud

Carole Gayet-Viaud est sociologue et ethnographe. Elle est chargée de recherche CNRS au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales et chercheur associée à l'Institut Marcel Mauss-EHESS. Ses travaux portent sur la ville,les espaces publics et leur régulation, les métiers de la tranquillité publique et de la lutte contre les troubles, les désordres et incivilités. 

La chasse

Film de fiction

Après un divorce difficile, Lucas, 40 ans, a une nouvelle copine, un nouvel emploi et est sur le point de renouer des liens avec son fils adolescent, Marcus. Et puis, les choses commencent à mal tourner. Pas beaucoup. Une remarque. Un mensonge. Tandis que la neige se met à tomber et qu'on allume les guirlandes de Noël, ce mensonge se propage comme un virus. Le choc et la méfiance prennent des proportions énormes et la petite communauté succombe à l'hystérie. Lucas doit lutter seul pour sauver sa peau et sa dignité.

Place au silence

En quelques heures, plus de 2.500 personnes ont co-signé une carte blanche qui a été transmise à la presse et que vous trouverez ci-dessous.
Si vous partagez cette opinion, nous vous invitons à faire circuler ce texte par mail, Facebook... mais aussi de vive voix.

(Il ne s'agit pas d'une pétition, les signatures ont été clôturées ce mercredi 29 aout à 18h.)

Partager