Concours de mini-miss: un jeu d'enfants ?

Nous sommes déjà revenus à de multiples reprises sur l'hypersexualisétion des enfants, notamment via les concours de mini-miss. Deux initiatives méritent d'être relayées. D'une part, les Femmes prévoyantes socialistes de Tournai-Ath-Mouscron-Commines organisent une journée d'étude à ce propos ce vendredi 18 novembre.
D'autre part, le Musée de la Photographie organise une exposition de Marion Gronier "I am your fantasy". A propos de son travail, la photographe dit «ce travail se compose de portraits en diptyque de petites filles, candidates à des élections de mini-miss beauté, et les mères, organisatrices de ces concours. Ces photographies ont été réalisées dans les vestiaires où les fillettes sont apprêtées par leurs mères. Ces portraits fille/mère fonctionnent comme des miroirs, ils interrogent la projection réciproque qui se joue à travers cette activité, les désirs intimes qui s’échangent et se confondent dans cette relation.
Ils soulignent aussi les artifices de la féminité, ces fantasmes contradictoires qui veulent une femme à la fois pure et innocente comme un ange, séductrice et obscène comme un démon. Sur ces visages et ces corps d’enfants, ces critères mêlés deviennent monstrueux et révèlent leur hypocrisie.»

 Imprimer la page

Pages qui pourraient également vous intéresser

L'hypersexualisation étudiée par le CRIOC

Le CRIOC publie un dossier concernant l'hypersexualisation des jeunes ou encore l'érotisation de produits de consommation. Le dossier fait un tour d'horizon intéressant mais un peu sommaire. De même...

La différence des sexes n'est pas de l'inégalité

Jacqueline Schaeffer : "L’influence sociale et celle de la société de consommation ont poussé les petites filles à chercher des modèles en dehors de la sphère familiale. (...) Maintenir cette...