Témoignage d'une institutrice de maternelles

Témoignage de Corinne Caufriez, institutrice maternelle, envoyé par email le 20 mai 2020

"Questionnement…

Un sentiment d'avoir abandonné la classe… Nous n'avons pas eu le temps de parler, d'expliquer, de simplement se dire au revoir comme on le dit la veille des vacances, la veille d'une absence annoncée...  L'histoire de notre vie de classe s'est arrêtée. En entrant aujourd'hui dans la classe pour reprendre du matériel, ce même sentiment en voyant les créations artistiques suspendues, les cahiers de vie dans les casiers, la mascotte de la classe assise à côté du calendrier reprenant toutes les activités menées jusqu'au 13  mars. Et puis nos projets pour avril, mai, juin : balade au bois, le voyage en train, la fête de l'école, le spectacle de marionnettes… On aurait aimé avoir le temps de parler… Alors en juin, ne pourrait-on pas envisager des moments de retour, de retrouvailles pour expliquer le présent et entrevoir l'avenir en montrant simplement que notre classe est toujours là, qu'on y a installé bien sûr du matériel supplémentaire d'hygiène, de distance sociale mais que la classe, l'école reste ce lieu d'échanges, d'apprentissages, de projets... Et si la rentrée ne se fait qu' en septembre pourquoi ne pas se retrouver, le 1er septembre, durant quelques jours dans la classe que l'on a pas eu le temps de quitter en fermant la porte et en en ouvrant une autre comme quand on grandit et que l'on prend le temps de vivre les passages d'étape en étape. Et quid des 2 enfants de familles syriennes qui, avec fierté, avaient commencé à jouer avec quelques mots de la langue française? Plus de 5 mois sans bain dans la langue de scolarisation? Il est hors de question que ces 2 enfants soient laissés sur le bord de la route dès la rentrée de septembre. Nous devons organiser la reprise. Et puis il y a cette petite qui devait en priorité commencer la logopédie en mars et ce gamin dont la maman avait besoin régulièrement de conseils, de soutien parce que soucieuse de revoir l'éduction par la violence qu'elle avait reçue. Il faudra se donner le temps de se retrouver, de s'écouter, de noter les réactions, de se donner des priorités de travailler avec les différents services mis à notre disposition"  
Thématique: 

 Imprimer la page

Pages qui pourraient également vous intéresser