[Campagne] Laissons une petite place à l'ennui

École, activités extra-scolaires, devoirs…les enfants ont des semaines bien remplies. Avec le risque qu’ils n’aient plus aucun moment pour ne rien faire, pour s’ennuyer. Et la culture ambiante qui prône rentabilité et performance n’encourage pas ces bulles de rien… Au contraire, chacune des activités proposées doit favoriser l’apprentissage de multiples compétences. Notre monde saturé en bruits, images, divertissements rend difficile la confrontation à nous-mêmes.

Or, pour grandir, l’enfant a besoin de moments pour s’ennuyer.  Cela lui offre l’occasion de découvrir ce qui va vraiment l’animer, lui laisse l’opportunité de se perdre dans ses pensées, de rêver, de créer… Il découvre le plaisir de faire germer quelque chose qui trouve sa source en lui. Petit à petit, il découvre qui il est, ce qu’il aime, ses aspirations, ses intérêts…

Mais quel parent, éducateur n’a jamais entendu cette plainte « Je m’ennuiiiiie ». Difficile de résister, de renvoyer l’enfant à lui-même, plutôt que de lui proposer une solution toute faite, d’allumer un écran…

Personne n’aime s’ennuyer mais pourtant avoir du temps de vide permet à chacun, enfant comme adulte, de se ressourcer, de se recentrer sur soi. Etre bien être bien avec soi-même sans avoir sans cesse besoin de stimulations, d’occupations, de l’autre pour se sentir bien

La campagne sur l'ennui invite parents et professionnels à interroger la place de l'ennui dans le quotidien des enfants.  

Elle se décline sous différents outils : 

  • Deux spots vidéos montrent comment de l'ennui peut naître la créativité :

SPOT 1 : -- SPOT 2 :

 

Outils disponibles gratuitement

Vidéos en lien avec cette campagne

[Vidéo] Par la présence/absence de son parent, l’enfant apprend à être seul

Un entretien avec Claire Meersseman (04:02), psychologue clinicienne, psychothérapeute et thérapeute familiale.

Dans les premières semaines de sa vie, le bébé n'a pas la capacité d'attendre, il a donc besoin que les adultes répondent rapidement à ses demandes. De trop longs moments d'attente deviennent angoissants pour lui. 

Mais, petit à petit, en grandissant, le bébé aquiert la capacité de patienter : "Je prépare ton biberon, j'arrive.." suffit au bébé pour supporter l'attente. 

En tant que parents, après s'être ajustés au plus près aux besoins de son enfant, il n'est pas toujours facile...

[Vidéo] Comment l’enfant acquiert peu à peu la capacité d’être seul ?

Un entretien avec Claire Meersseman (05:01), psychologue clinicienne, psychothérapeute et thérapeute familiale.

Le bébé a un très grand besoin d'être en relation sociale, qu'on s'occupe de lui. Dans les premières semaines de vie, une réponse rapide de ses parents à ses appels, ses besoins est nécessaire. Pour construire sa capacité à être seul, à supporter l'ennui, il aura besoin de s'appuyer sur la qualité de la relation, sur la confiance qu'il a dans les adultes. 

Sa maman ou son papa qui lui dit "oui j'arrive, je prépare ton biberon" d'une voix apaisante, son doudou... vont permettre au...

[Vidéo] L'ennui, vide créateur ou vide angoissant ?

Un entretien avec Claire Meersseman (02:51), psychologue clinicienne, psychothérapeute et thérapeute familiale.

La capacité créative de chacun face à l’ennui dépend des premières expériences de son enfance, de la présence et de l’absence attentive de son parent. Cette attention ajustée de l’adulte permet à l’enfant d’apprivoiser peu à peu sa capacité d’être seul, d’appréhender sa singularité et de construire sa pensée. 
A l’inverse, quand l’enfant a été négligé ou délaissé, il ne dispose pas de la sécurité nécessaire et reste en panne de cet élan créateur nécessaire pour dépasser le...

[Vidéo] En quoi le jeu libre soutient le développement de l'enfant

Un entretien avec Sophie Marinopoulos (04:15), psychologue, psychanalyste 

La tendance actuelle à normer les activités en fonction de l’âge des enfants a tendance à placer les activités libres au second plan.  Or, l'expérience libre permet à l’enfant de se construire à son rythme, de devenir le créateur de ses exploration et expérimentation. 

[Vidéo] Quelles sont les vertus de l'ennui à l'adolescence?

Un entretien avec Sophie Marinopoulos (03:00), psychologue, psychanalyste.

L'ennui a mauvaise presse dans notre société actuelle qui privilégie les activités, le plein. Lorsqu'un enfant ou un ado s'ennuie, ne fait rien, traine, les adultes ont souvent peur qu'il fasse des bêtises, ait des mauvaises idées... 

Or, à force de tourner en rond, l'adolescent va rêver, penser, avoir des idées...Du rien il va faire naitre une envie, un désir qu'il pourra mettre à exécution. Petit à petit, il se découvre. Ses jeux d'enfants ne l'intéressant plus, il doit trouver d'autres manières d'occuper son temps...

[Vidéo] Par l'activité libre, l'enfant grandit à son rythme

Un entretien avec Sophie Marinopoulos (01:46), psychologue, psychanalyste.

Par peur de les voir s'ennuyer, ne rien faire... les adultes ont petit à petit diminué les plages libres dans le quotidien des enfants. Déjà à la crèche, leurs journées sont séquencées par les multiples activités "dirigées".
Or, les enfants ont besoin d'espaces libres pour jouer, rêver, créer... Pour les plus petits, durant ces interstices de "rien", la présence des adultes est souvent encore nécessaire pour contenir, encourager, autoriser... 

[Vidéo] Adolescence : l'ennui et l'écran

Un entretien avec Sophie Marinopoulos (04:02), psychologue, psychanalyste. 

La majorité des adolescents passent beaucoup de temps sur les écrans. Or, pour chacun d'eux, le sens et la place qu'ils occupent dans leur vie est différente. 

Certains les utilisent comme support à la création (réalisation de vidéo, création de jeux...), à la relation. Pour d’autres, l’écran comble un vide, et vient signifier une difficulté à être. L’écran devient le refuge pour sortir de la solitude, d’une sensation de gouffre. 

[Vidéo] Est-ce qu'un bébé s'ennuie?

Un entretien avec Sophie Marinopoulos (02:00), psychologue, psychanalyste.

Qu'est ce que le bébé éprouve lorsque rien ni personne ne l'occupe ? S'il n'a pas conscience qu'il ne se passe rien, néanmoins il en éprouve les sensations. Il éprouve son corps avec lequel il va pouvoir expérimenter : il suçote ses doigts, joue avec sa bouche... Petit à petit il occupe ses temps de rien et met de la présence là ou initialement il y avait de l'absence. Cet apprentissage est fondamental dans la construction de l'enfant. Il n'adviendra que si les adultes pense le bébé puis l'enfant capable d'occuper son...

[Vidéo] Apprendre à s'ennuyer dès l'enfance

Un entretien avec Sophie Marinopoulos (01:32), psychologue, psychanalyste. 

L’enfant doit apprendre progressivement à supporter d’être seul, à occuper l’espace en dehors d’un autre pour mener ses propres expériences, expériences fondatrices de sa pensée et de sa construction au monde.

Supporter ces temps seul démarre dès le plus jeune âge où déjà le tout petit « profitera » du bref instant d’attente pour explorer sa bouche, découvrir le mouvement de ses mains…Ainsi, peu à peu, l’enfant apprivoise ces moments de vide pour se construire.

 

[Vidéo] Les vertus de l'ennui

Sophie Marinopoulos (01:00), psychologue, évoque les vertus de l'ennui pour l' enfant qui structurellement déteste le manque, l'inactivité, la solitude. Son désir premier sans limite trouve dans ces espaces-temps "de rien" une occasion pour apprendre la mesure, développer la capacité d'être seul, déployer des trésors de créativité. Laisser des bulles "de rien" aux enfants, les laisser s'ennuyer constitue un défi majeur pour nos sociétés du mille à l'heure qui détestent le "vide". 

[Vidéo] Vive l'ennui !

Un entretien avec Sophie Marinopoulos (03:33), psychologue, psychanalyste. 

Vivre l’ennui est une nécessité pour l’enfant. L’ennui lui ouvre la possibilité de penser, d’avoir des idées, de créer, d’organiser… Il s’agit donc d’une activité fondamentale pour son développement cognitif et intellectuel.

Couper l’enfant de l’ennui c’est lui enlever l’occasion d’une expérience fondamentale de prise d’autonomie.

Livres en lien avec cette campagne

[Livre] Les trésors de l'ennui

"L’ennui, dans nos représentations contemporaines, est devenu un symptôme qui transforme l’homme en l’ombre de lui-même, en un être inhabité. Nous condamnons l’ennui, le pourchassons.

À l’ère du plein, à l’heure où tout se consomme et se remplit, parler d’ennui peut sembler surprenant, et même provocateur. Car l’objectif semble être d’éradiquer, de mettre aux abonnés absents cet ennui vu comme le vide, le rien, caractéristique de l’enfant râleur ou de l’adulte fardeau qui ne veut rien faire de sa vie.
Et pourtant…

 Imprimer la page