La médiation judiciaire: Motivation réelle ou imaginaire?

Avant 2018, la loi n’imposait pas le recours à la médiation au cours d’une procédure judiciaire. Depuis le 18 juin 2018, l’article 1734, §2 alinéa 1er du Code judiciaire, permet au juge d’ordonner une médiation alors même qu’une des parties s’y serait opposée. Ce pouvoir conféré au juge n’est tenu en échec que si toutes les parties refusent la médiation. Aussi, depuis le 18 juin 2018, le juge peut imposer un médiateur particulier en faisant fi du choix d’une des parties ; Ce revirement a des effets sur la pratique de la médiation. Comment le médiateur va-t-il naviguer entre la non-demande et la demande téléguidée par un représentant du pouvoir judiciaire ou par un avocat ; Comment va-t-il veiller à ce que les justiciables puissent s’approprier volontairement la démarche et en apprécier personnellement la pertinence ? Comment, au contraire, va-t-il aider le justiciable à faire comprendre le besoin de justice, de trancher ? Comment les différents intervenants vont-ils pouvoir se comprendre autour de ces différentes légitimes positions ? Trialogues propose de tenter de répondre à ces questions autour d’une réflexion interdisciplinaire entre médiateurs, magistrats, avocats, et psychologues et intervenants sociaux

Date de l'événement - Début /fin: 
Jeudi, 16 Janvier, 2020 - 09:30 - 16:30
Intervenant: 

Florence VAN DE PUTTE, présidente et cofondatrice de l’ASBL TRIALOGUES, médiatrice systémicienne agréée en familial, civil et entreprise depuis 1998, formatrice. En 2009, elle range définitivement sa toge et reste avocate au barreau de Bruxelles pour défendre les valeurs des modes amiables de résolution de conflits. Convaincue par la richesse des regards croisés sur les situations conflictuelles, elle travaille essentiellement en co-intervention en entreprise et pour les particuliers ; Sandrine RASTELLI exerce depuis une vingtaine d’années comme clinicienne, elle a occupé des fonctions d’experts pour la Justice, d’assistante-universitaire où elle a travaillé sur le thème de la souffrance sociale, de thérapeute en alcoologie et en psychiatrie générale. Elle fait partie de l’équipe de direction de l’ASBL « La Traversière » en qualité de responsable thérapeutique où elle veille à l’organisation du travail pour qu’il reste en lien avec les objectifs de soins. Avec l’aimable participation de Sophie COONEN, avocate et médiatrice au barreau du Brabant-wallon, Françoise DUFAYS, médiatrice agréée, membre de Trialogues et ancienne intervenante en espace rencontre, Loulou HENRION, présidente honoraire du tribunal de l’entreprise à Namur, Frédérique HOSTIER, magistrate au tribunal de la jeunesse de Bruxelles, au protectionnel ;

Adresse de l'événement: 
Château de la Solitude, Avenue Schaller, 54
Code postal: 
1160
Localité: 
Bruxelles
Organisateur: 
Trialogues
Adresse postale: 
180 rue de l'Hospice Communal - 1170 Bruxelles
Public cible: 
médiateurs ou futurs médiateurs en matière familiale, civile, et entreprise, avocats, magistrats, intervenants sociaux, psychologues
Conditions d'inscription: 

Les inscriptions se font directement sur le site de Trialogues: http://www.trialogues.be/events/la-mediation-judiciaire-motivation-reell... PRIX: 190,00 € comprenant le matériel et la pause-café (compte n°BE88 3101 9180 3341) 150,00 € pour les participants à nos groupes de supervisions et à nos anciens participants à nos formations qualifiantes.

L'organisateur est une ASBL ?: 
Oui

 Imprimer la page