Le couple à l'épreuve de la famille

Les couples et les familles sont actuellement traversés par de nombreuses mutations qu’accompagne l’évolution techno- scientifique frénétique de nos sociétés. Ces mutations bouleversent le lien à autrui et à soi-même. Ce colloque propose d’interroger ces divers mouvements sous l’angle anthropologique et psychanalytique et plus précisément, comment l’approche psychanalytique groupale appréhende-t-elle la souffrance des liens mettant les couples et les familles à l’épreuve ? Les grands récits mythologiques ne suffisent plus à traduire l’actuel. Les nombreux changements opérés sur une seule génération impactent l’espace environnemental, social, familial et psychique. Semblant éviter tout temps mort, l’activisme effréné de nos sociétés induit de nouveaux symptômes - l’essor de l’informatique semble favoriser un trouble de la contenance à travers la confusion entre l’espace privé et public, la réalité et l’imaginaire - la souffrance au travail se diffuse dans la sphère parentale sous les traits du burn-out - des enfants, à l’image de leurs parents, se retrouvent sous anxiolytiques - l’avènement d’interdits (la cigarette, les discriminations, la fessée…) et la place de l’étranger semblent témoigner d’une croissance de l’angoisse morale… Dans ce contexte, le couple (du latin copula « un groupe de deux personnes unies par l’amitié ou l’amour ») se retrouve en pleine révolution. La longévité, la liberté du choix d’objet d’amour et l’évolution des techniques scientifiques permettent l’exacerbation des systèmes narcissiques mis en présence et facilitent l’effacement de l’altérité. De par leurs nouvelles compositions et fréquences, les couples mettent leurs familles d’origine à l’épreuve en y interrogeant de façon novatrice la dimension généalogique et sexuelle ainsi que celle de l’autorité liée à la capacité d’assumer une place différenciée. Les nouveaux couples mettent également à l’épreuve les néo-familles qu’ils engendrent car ne pouvant s’appuyer sur un modèle antérieur, ils l’agissent par défaut de symbolique. Les couples et les familles semblent ainsi s’éprouver mutuellement sur fond d’une créativité nouvelle, répétant et solutionnant leurs propres énigmes entre souffrances et jouissances.

Date de l'événement - Début /fin: 
Vendredi, 18 Octobre, 2019 - 08:30 - Samedi, 19 Octobre, 2019 - 13:00
Intervenant: 

Pierre- Joseph LAURENT, anthropologue, professeur à l’Université catholique de Louvain, responsable du Laboratoire d’anthropologie Prospective (LAAP) de l’UCL, membre de l’académie des sciences de Belgique. Philippe ROBERT, professeur de psychologie clinique à l’Université de Paris, président d’honneur de PSYFA, membre de l’AIPCF, ancien président de la SFPPG, psychanalyste SPP Albert CICCONE, psychologue clinicien, psychanalyste, professeur de psychopathologie et psychologie clinique à l’Université Lumière-Lyon 2 Elisabeth DARCHIS, psychologue clinicienne, thérapeute psychanalytique de groupe, présidente de l’AENAMT et de la SIPFP, membre SFTFP et SFPPG, enseignante, responsable pédagogique d’un DU à Paris-7 –Diderot

Adresse de l'événement: 
Université Saint-Louis - Bruxelles, salle des examens - 2ème étage, Bd du Jardin botanique, 43
Code postal: 
1000
Localité: 
Bruxelles
Email: 
Téléphone: 
+32475949244
Organisateur: 
Ligue Bruxelloise Francophone pour la Santé Mentale
Adresse postale: 
53 rue du Président, 1050 Bruxelles
Conditions d'inscription: 

Via le site http://www.lbfsm.be/spip.php?article417 18/10/2019: journée de conférences 45€ (individuel et Institution- et 15€ (demandeurs d'emploi, étudiants,...) 19/10/2019: Matinée d'atelier clinique 35€ (nombre de place limité) ou 70€ pour les 2 jours

L'organisateur est une ASBL ?: 
Oui

 Imprimer la page