Quelles réponses à la violence des jeunes ?

Face à la violence des jeunes, la pénalisation n'est pas l'unique solution. Dans cet article, Véronqiue le Goaziou, sociologue, analyse la force et la portée préventive de la pratique éducative. Cette optique repose bien entendu sur la capacité de chaque adulte, professionnel et parents, à tenir une position éducative consistante à la fois ferme et souple.

Cet article est extrait du livre Temps d'arrêt, "La violence des jeunes : punir ou éduquer ?", Véronique le Goaziou, juin 2016.

 


 

Téléchargements: 
Thématique: 

 Imprimer la page

Pages qui pourraient également vous intéresser

[Texte] Les paradoxes de la relation éducative

S’occuper d’adolescents dits difficiles, c’est constamment travailler aux confins du judiciaire, du sanitaire et de l’éducatif. A priori les deux premiers champs apparaissent mieux définis : on est...

Campagne de sensibilisation - Du 23 juin au 4 juillet 2014 et du 25 août au 5 septembre 2013

Le 25 juin 2014, Promo Jeunes AMO a lancé son opération annuelle « La rentrée… faut y penser ! ». Cette année, nous la menons en partenariat avec :

 

  • dix autres services d’aide en milieu ouvert : Amon Rythme, C.A.R.S, Comète, AtMOsphères, CEMO, SOS Jeunes Quartier Libre, Atouts Jeunes, Inser’action, AMO TCC Accueil et AMO de NOH
  • le CASG « Solidarité Savoir »
  • l’asbl « BRAVVO », qui centralise les actions de prévention sur la Ville de Bruxelles 
  • l’asbl « Simplement Une Ecole »

 

Pour la septième année consécutive, cette campagne vise à sensibiliser les jeunes à la nécessité de s’inscrire dès à présent dans un établissement scolaire pour l’année 2014-2015.

 

Pour l'occasion, la permanence de Promo Jeunes est ouverte de 10h à 17h jusqu'au 4 juillet!

 

Le constat

En effet, par notre travail quotidien de permanence sociale ouverte aux jeunes jusque 18 ans, nous sommes en première ligne pour constater les difficultés rencontrées, sur le terrain, par les jeunes pour se réinscrire en début de chaque année scolaire. En août et en septembre, systématiquement, les services sont littéralement débordés de demandes sur ce thème. Nous prenons alors le temps d’orienter ces jeunes vers les écoles, en fonction de leurs attentes, de leurs capacités mais, surtout, des ressources disponibles en termes de places. Et c’est là que le bât blesse.  En septembre, les listes des écoles sont souvent complètes; il est souvent trop tard pour opérer un choix idéal, réellement en lien avec les aspirations du jeune.