Professionnels

[Livre] L'avenir de la haine

Numéro de collection: 
14

Partant d’évènements du quotidien et de références cliniques, Jean-Pierre Lebrun, psychiatre, psychanalyste, « met à plat » son analyse de la haine, composante inhérente à la condition humaine. Comment la haine de l’enfant a besoin de rencontrer dans son parent un digne représentant de l’alliage désir/loi pour se transformer en supplément d’humanité.

[Livre] Voyage à travers la honte

Numéro de collection: 
13

Dans Voyage à travers la honte, Serge Tisseron décrit l’itinéraire de la honte et le processus de rupture qui en résulte. Au travers d’une description clinique de l’ « éprouvé » de la honte, l’effondrement cumulé des trois piliers [ le narcissisme, la relation aux autres ( liens affectifs) et l’appartenance avec la communauté humaine ] qui en constitue l’impact traumatique, présente aussi les leviers pour une prise en charge dans ces trois domaines.

[Livre] Le professionnel, les parents et l'enfant face au remue-ménage de la séparation conjugale

Numéro de collection: 
11

Lors d´une tempête conjugale, les professionnels en contact avec les enfants dans leur quotidien, sont régulièrement pris à témoin, par l´un ou l´autre membre de la famille. Face à ce remue-ménage, comment accompagner la crise et soutenir les parents dans leur relation à l´enfant ?

[Livre] Engagement, décision et acte dans le travail avec les familles

Numéro de collection: 
10

Le monde contemporain veut savoir pour pouvoir décider. Le renvoi à l’expert est quotidien. Les connaissances et le savoir sont érigés comme guide obligé de toute décision. 

Au jour le jour, autant les familles que les intervenants sociaux qui les accompagnent font l’épreuve de devoir décider et de s’engager sans tout savoir et sans recourir systématiquement à l’expertise. Spontanément, ils tentent de tenir une position d’un engagement, d’une décision, d’un acte ; mais dans le même mouvement, ils sont amenés à craindre l’erreur, à demander des avis complémentaires, à renvoyer vers une autre structure, à multiplier les intervenants et par là, à diluer sans le vouloir les responsabilités et les engagements que chacun peut prendre à la place singulière qu’il occupe auprès des familles.

Ce texte Temps d’arrêt de 120 pages reprend les interventions de 6 intervenants autour de ces questions complexes.    

[Livre] Ces désirs qui nous font honte – Désirer, souhaiter, agir : le risque de la confusion.

Numéro de collection: 
9

Le désir est pulsion de vie. Mais pas à n’importe quel prix ! L’auteur explique pourquoi la vie intime et la vie sociale impose une indispensable distinction entre désirer & agir et désirer & souhaiter. A la lumière de celle-ci, il aborde le concept de la honte.

 

[Livre] Le délinquant sexuel. Enjeux cliniques et sociétaux.

Numéro de collection: 
8

Francis Martens attire l´attention, à partir de données cliniques et statistiques, sur le risque d’une réponse strictement législative ( répressive) à la délinquance sexuelle qui fait de plus en plus figure de fourre-tout symbolique à l’angoisse collective face à la sexualité.

[Livre] Maltraitance et cultures

Numéro de collection: 
7

Lors d’une rencontre entre un intervenant et une famille immigrée, on se trouve inévitablement confronté à la rencontre culturelle. Dans le domaine de la maltraitance, cette question peut s’avérer particulièrement vive et source d’incompréhension. Le fait, par exemple, de frapper un enfant est considéré différemment selon la culture. Il est malaisé de s’en tenir de manière rigide à des règles préétablies, à une vision occidentale de la maltraitance. Mais à l’inverse, sous prétexte de tenir compte de la culture de l’autre, et donc de sa vérité en tant que sujet, faut-il accepter n’importe quel acte: du coup de savate à l’excision du clitoris? Certes non, mais comment faire la part des choses? Cette publication tente se frayer un chemin parmi ces questions.

[Extrait Temps d'Arrêt] Malaise dans la protection de l'enfance

Numéro de collection: 
6

Nous vous invitons à redécouvrir cet extrait du livre de Catherine Marneffe, pédopsychaitre : "Le progrès qui se manifeste dans l’attitude de renonciation à la violence est une tâche à laquelle chaque génération se trouve confrontée. Si nous voulons résoudre la  violence dans les familles, il faut pouvoir manifester une attitude de renonciation à notre propre violence, tant dans notre attitude critique concrète des inégalités et des injustices résistantes que dans notre attitude à l’intérieur des institutions où nous travaillons et que dans notre relation personnelle avec les enfants et les parents."
In Catherine Marneffe , « Les violences individuelles », Malaise dans la protection de l'enfance, Temps d’arrêt Yapaka, 2004

 Imprimer la page