[Vidéo] Mère et bébé sans papier : quelles identités en devenir ?

Un entretien avec Christine Davoudian (01:45), médecin, réalisé en marge du colloque de la Whaim belgo-luxembourgeoise :  « Clinique actuelle du bébé et du jeune enfant »  les 12 et 13 octobre  2018.

Etre sans papier signifie n'avoir pas de nom, n'avoir pas d'inscription dans quelque lieu que ce soit ce qui symboliquement constitue une grande violence.  En plus de cette inexistence symbolique, généralement, les mamans sans papiers vivent des ballotages géographiques qui les fragilisent encore plus. 

Par le passé, si le fait de n'avoir pas de papier signifiait être invisible, aujourd'hui, dans la société actuelle, ces femmes sont invisibles mais paradoxalement trop visibles et même indésirables. L'atmosphère ambiante, les discours qu'elles entendent autour de la prétendue instrumentalisation de leur enfant pour l'obtention de papiers les rendent d'autant plus vunlérables qu'elles peuvent se sentir irresponsables, coupables... 

Cette vidéo est disponible au format mp4. Vous pouvez la télécharger afin de la visionner hors ligne ou de la graver sur un DVD. Télécharger la vidéo

Thématique: 

Partager

Pages qui pourraient également vous intéresser

[Livre] Maltraitance et cultures

Lors d’une rencontre entre un intervenant et une famille immigrée, on se trouve inévitablement confronté à la problématique culturelle. Dans le domaine de la maltraitance, cette question peut s’...

[Livre] Rites de virilité à l’adolescence

Il s’agit dans cet ouvrage de s’attacher à la construction sociale du masculin dans nos sociétés où les anciens modèles de genre s’effacent. Il devient parfois malaisé d’entrer dans la peau d’un...

[Audio] Conférence de Bernard Defrance

Cette conférence s'est tenue le 2 févier 2010 organisée par l'Institut des Dames de Marie. Bernard Defrance est professeur de psychopédagogie et de philosophie de l'éducation. Il est l'auteur de...

[Texte] L'art d'accommoder les différences

Les professionnels sont souvent amenés à s’interroger sur ce que l’on qualifie rapidement de « différence culturelle » dans les milieux d’accueil, les écoles ou lors de l’accompagnement des familles...