Jacques Gélis

Jacques Gélis est professeur émérite à l’Université de Paris 8 Saint-Denis. Historien anthropologue, il s’est particulièrement intéressé à la naissance dans les sociétés d’Europe occidentale, pour restituer les conditions des couches et l’accueil de l’enfant en milieu traditionnel. Il a travaillé également sur les causes et les conditions de la médicalisation de la naissance, sur les raisons profondes du passage à l’accoucheur. Le cas de l’enfant mort-né, et le problème soulevé alors par la destinée de l’âme et du corps l’ont amené à explorer le gros dossier des « sanctuaires à répit » et à éclaircir la question des signes de mort et des signes de vie pour l’art médical du XVIIIe siècle. Depuis une dizaine d’années, il consacre ses recherches à la restitution des comportements corporels aux siècles passés.

Publications

Entrer dans la vie, naissances et enfance dans la France traditionnelle, avec Mireille Laget et Marie-France Morel, Gallimard-Archives, 1978.
Accoucheur de campagne sous le roi-soleil; le traité d’accouchement de Guillaume Mauquest de la Motte, Toulouse, Privat, 1979, rééd. Paris, Imago, 1979.
L’Arbre et le fruit; la naissance dans l’occident moderne, XVIe-XIXe siècles, Paris, Fayard, 1984.
La Sage-femme ou le médecin; une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988.
« Le Corps, l’Église et le sacré », Histoire du corps. Tome 1: De la Renaissance aux Lumières, sous la direction de Georges Vigarello, Paris, Seuil, 2005.
Les Enfants des limbes; parents et mort-nés dans l’Europe chrétienne, Paris, Audibert, 2006.
La Plus belle histoire de la naissance, avec Henri Atlan, René Frydman et Karine Lou Matignon, Paris, R. Laffont, 2013.

Partager

Par cet auteur