Violence conjugale

[Campagne] La dispute des parents frappe les enfants

A travers un spot TV, des interview de professionnels et des textes, Yapaka sensibilise les parents à l'environnement de violence ordinaire dans lequel grandit l'enfant.
Le désaccord entre deux personnes qui fait partie de la vie apprend à l'enfant que peut co exister la diversité de points des vues. Mais, quand elle traduit une dynamique de non respect, de disqualification voire de rapport de force, la dispute parentale est préjudiciable à l'enfant.

[Livre] Points de repère pour prévenir la maltraitance

Observer des signes qui nous inquiètent chez un enfant, être confronté à une situaiton de maltraitance, de négligence ... sont autant de questions ouvertes dans ce Temps d'arrêt. La première partie, sous la plume de Marc Gérard, pédopsychiatre, trace les contours et la diversité des formes de maltraitance ; la seconde partie aborde une multitude de questions telles qu'elles se présentent concrètement aux professionnels dans leur position de nursing, d'éducation ou d'aide. 
Ce Temps d'arrêt hors-série de 120 pages est disponible sur simple demande ou téléchargeable en format pdf . Il est également envoyé mi-septembre dans les Hautes Ecoles, Universités et Cours de Promotion sociale. 
Numéro de collection: 
31

[ Audio] « Les Mesures d’Accompagnement Protégé : un outil innovant pour protéger l’enfant victime de violence conjugale »

Une  intervention de Mme K. SADLIER, Docteur en psychologie clinique, Directrice du département enfants et adolescents au Centre du psychotrauma de l’Institut de victimologie de Paris lors du colloque " L'enfant exposé aux violences conjugales : quelles conséquences? quelles prises en Charge?", organisé par la Coordination pour l'Egalité des Femmes et des Hommes de la Province de Namur le 10 juin 2013.

 

[Glané] [EN] Une étude américaine sur les effets sur les enfants des disputes parentales, du chaos familial et de la pauvreté

Si l'on peut s'attendre à de tels effets négatifs, l'intérêt de l'étude est d'en montrer l'étendue après avoir suivi de manière longitudinale 1025 enfants de 6 à 58 mois.

On trouvera l'étude  "Poverty, household chaos, and interparental aggression predict children's ability to recognize and modulate negative emotions" dans la revue [EN - Payant]   Development and Psychopathology et un résumé [EN] sur le site de la New York University

 

Christine Frisch-Desmarez

Christine Frisch-Desmarez est pédopsychiatre, psychanalyste, membre titulaire de la Société Belge de Psychanalyse (API). Elle exerce en libérale auprès d'enfants, d'adolescents et d'adultes. Elle est également formatrice en psychopathologie de l'enfant et de l'adolescent au Luxembourg, à Bruxelles et à l’Université Libre de Bruxelles. Elle est l'auteur d'articles et co-auteur de livres dont "Les premiers entretiens thérapeutiques avec l'enfant et sa famille" (Broché, 2007). 

Coup de mots, coup de couteau

Extrait du livre : "Vie de chien". C’est vrai qu’une parole peut faire très mal. Il m’a traité de nain! Il faut vraiment être mal dans sa peau pour être si méchant. Je suis trop nul, je ne vaux rien. Est ce que tu crois que ce qu’il dit de toi est vrai ? J’avais envie de disparaître. Excuse-moi : je ne m’en rendais pas compte. Elle a dit que j’avais triché et ce n’est même pas vrai! Parfois, on y repense encore longtemps après. Arrête! Je n’aime pas quand tu dis ça ! Dis lui que ça te fait de la peine. Elle m’enfonce tout le temps.  Devant tout le monde, en plus!  

La violence?

Extrait du livre "Vie de chien".    Il y a un grand qui me fait peur… Je serais plus tranquille si j’étais sûr que tu ne rentres pas tout seul de l’école. Si je le dénonce, il va se venger… Si je me tais, il va peut être me laisser tranquille? Défends-toi autrement. Les garçons sont plus violents que les filles. Si quelqu’un te menace, demande toujours de l’aide à un adulte. Mais c’était seulement pour jouer. Vous allez finir par vous faire mal. Y en a qui sont méchants «exprès». C’est pas moi, c’est elle qui a commencé.

Partager