Harcèlement

[Livre] Le harcèlement virtuel

Avec Internet, une nouvelle forme de harcèlement est apparue : le cyber harcèlement. Dans ce nouveau Temps d'arrêt, Angélique Gozlan, psychologue clinicienne, analyse ce phénomène véhiculé par les réseaux sociaux, proposant de nouvelles modalités de communication et de relation dans lesquelles la notion d’intimité se trouve bouleversée. La complexité du positionnement des adultes et la place de l’école y sont pensés à la lumière des processus à l’œuvre. 

Numéro de collection: 
105

[Livre] Prévenir la violence par la discussion à visée philosophique

Dans ce livre Temps d'arrêt, Michel Tozzi ouvre une piste éducative pour prévenir les incivilités, les violences, le harcèlement entre enfants dès le plus jeune âge  : celle d’engager avec les enfants dès 4 ans des échanges sous forme de discussions à visée démocratique et philosophique (DVDP). Discuter, c’est suspendre le passage à l’acte corporel ou verbal ; c’est se donner le temps de la réflexion dans un espace organisé par des règles démocratiques. Ce texte sert de support à la formation des ateliers de la pensée joueuse.

Numéro de collection: 
95

[Livre] Points de repère pour prévenir la maltraitance

Observer des signes qui nous inquiètent chez un enfant, être confronté à une situaiton de maltraitance, de négligence ... sont autant de questions ouvertes dans ce Temps d'arrêt. La première partie, sous la plume de Marc Gérard, pédopsychiatre, trace les contours et la diversité des formes de maltraitance ; la seconde partie aborde une multitude de questions telles qu'elles se présentent concrètement aux professionnels dans leur position de nursing, d'éducation ou d'aide. 
Ce Temps d'arrêt hors-série de 120 pages est disponible sur simple demande ou téléchargeable en format pdf . Il est également envoyé mi-septembre dans les Hautes Ecoles, Universités et Cours de Promotion sociale. 
Numéro de collection: 
31

[Texte] Les réseaux sociaux, lieux de socialisation à l’adolescence

Les réseaux sociaux, mieux vaut ne pas s’y aventurer avant 12 ans parce qu’avant cet âge, l’enfant a besoin d’explorer et d’expérimenter la complexité du monde réel. Il a besoin d’éprouver ses relations sociales, de tester ses comportements et les réactions qu’ils suscitent, sans la distance créée par les écrans.

Le harcèlement : un conflit contemporain (pas) comme les autres

 

Le harcèlement à l’école occupe de plus en plus l’avant de la scène. Une bagarre entre enfants, une moquerie qui en entraîne d’autres, un groupe d’enfants qui se ligue contre un camarade, d’autres assistent. La domination et le rapport de force s’installent. L’un s’affirme dans une relation qui le renforce tandis que l’autre se résigne et s’enferme dans le silence et la honte. Tout cela sous les yeux des pairs qui ne savent souvent pas trop comment se positionner.

Un texte qui paraîtra dans l'édition de septembre 2014 de "Points de repère pour prévenir la maltraitance".

Nos jeunes face aux réseaux sociaux : p@rents connectés ?

Dans une première partie, Emmanuel Thill, pédopsychiatre au 'Vert à soie' à Tournai, déplie le processus de construction adolescentaire qui entre en résonance avec les offres et les dynamiques présentes sur les réseaux sociaux.  Ensuite, le Dr Thill répond à la question "Comment continuer à assurer les fonctions parentales, à aider l'adolescent à s'y retrouver, et surtout à ne pas s'y perdre ?"

Une conférence organisée dans le cadre de la journée "Les jeunes face aux réseaux sociaux", initiée par le Collège Sainte-Marie de Mouscron, section secondaire.

Quelques considérations sur des chiffres "cyberinquiétants"

Billet invité

Je lisais tout récemment le relais fait par un blogger d’une recherche réalisée aux USA concernant le « cyberharcèlement » chez les jeunes. « 56% des 14-24 ans auraient été victimes de harcèlement digital aux US », titre celui-ci… Des chiffres effectivement alarmants qui m’ont poussé à approfondir la question. J’ai donc été consulter l’étude en question et j’y ai vu un bel exemple des mécanismes qui contribuent à construire une représentation anxiogène du cyberespace.

Partager