Pédophilie

Points de repère pour prévenir la maltraitance

Ce Temps d'arrêt hors série de 120 pages est disponible sur simple demande Il aborde des questions et les difficultés qui se posent aux enfants et à leurs parents et qui deviennent parfois un vrai cheval de bataille pour les professionnels.Comment soutenir ce petit dont les parents sont en conflit ? Comment réagir face à un enfant qui se masturbe? Comment comprendre qu'une mère puisse tuer ses enfants ?... Pas facile parfois de rester professionnel en situation de grande émotion voire de sidération. Or, les situations de...
Numéro de collection: 
31

Procès Dutroux Penser L'émotion

A l´occasion du procès Dutroux, la Coordination de l’aide aux victimes de maltraitances avait édité un recueil de textes dont l’objectif était d’éclairer les différentes questions soulevées. Dans de telles circonstances, le risque est grand de faire la part belle au sensationnalisme, de s’étendre sur des pratiques abjectes, de se centrer sur les détails les plus morbides. Et chacun de se retrouver alors captif du sordide, sidéré par l’horreur et renvoyé à une impuissance tellement insoutenable qu’elle provoque la colère, le passage à l’acte ou à l’inverse la dépression, la banalisation, les...

Guide pour prévenir la maltraitance

Les professionnels de l’enfance peuvent tous être confrontés à une possible situation de maltraitance : voir des signes ou recevoir des informations qui les inquiètent. Or la maltraitance n’est pas un phénomène univoque : elle prend des formes et des degrés de gravité très variables. Les enjeux sont complexes et peuvent créer des tensions contradictoires. Ce guide vise à rendre compte de cette réalité. Il présente l’essentiel des données actuelles concernant les mauvais traitements physiques, les négligences, les abus sexuels et la maltraitance psychologique. Le texte, dont le fil conducteur...
Numéro de collection: 
71

Prise en charge des délinquants sexuels

En cours de diffusion Depuis les décennies 1980-90, les recherches cliniques sur les auteurs de violences sexuelles permirent de sortir les délinquants sexuels de l’ornière de la perversion. Ce livret rend compte des résultats de ces recherches et du travail clinique qui en découle depuis 20 ans. Un nouveau paradigme émerge où s’articulent les dimensions de la justice, du soin psychique et de l’accompagnement social. Les procédures et dispositifs de prises en charges qui sont présentés ont été développés dans une culture du soin humaniste où domine l’approche psychodynamique, permettant de...
Numéro de collection: 
61

Protection de l’enfance et paniques morales

Le champ de la protection de l’enfance et de la jeunesse offre un terrain privilégié aux paniques morales : un « fait divers » embrase l’opinion publique, suscite l’effroi, provoque l’indignation collective au nom de la norme en vigueur, pointe le coupable idéal, avant de provoquer un nouvel agencement politique. Partant de l’exceptionnel, la panique morale n’est pas une émotion fugace, elle suscite une altération durable des représentations culturelles. Et des changements sociaux. Au travers de quelques épisodes de « paniques morales » qui ont contribué à orienter les choix politiques en...
Numéro de collection: 
59

Traiter les agresseurs sexuels ?

La représentation sociale de l’agresseur sexuel, entre un fou «bon pour  l’asile», un malade à soigner, un pervers à normaliser ou un criminel à punir, sanctionner ou enfermer à vie, soulève de multiples paradoxes. Le discours sécuritaire et normatif de nos sociétés modernes se trouve renforcé face aux recrudescences des cas de récidive pénal au sein de la  population d’agresseurs sexuels. L’auteur propose de séparer, voire de dissocier, le soin du judiciaire et d’adapter l’approche thérapeutique à la spécificité du fonctionnement psychopathologique de cette population. Psychanalyste, maître...
Numéro de collection: 
32

Ces désirs qui nous font honte – Désirer, souhaiter, agir : le risque de la confusion.

Le désir est pulsion de vie. Mais pas à n’importe quel prix ! L’auteur explique pourquoi la vie intime et la vie sociale impose une indispensable distinction entre désirer & agir et désirer & souhaiter. A la lumière de celle-ci, il aborde le concept de la honte. Ce temps d’arrêt publie le texte de la conférence que Serge Tisseron a donnée en avril 2004.   Sommaire : Nous sommes des êtres de désirs La responsabilité des institutions : apprendre à dire pour ne pas faire. L’enfant désire parfois un rapprochement sexuel qu’il ne souhaite jamais… sauf s’il a été précédemment abusé....
Numéro de collection: 
09

Le délinquant sexuel. Enjeux cliniques et sociétaux.

Francis Martens attire l´attention, à partir de données cliniques et statistiques, sur le risque d’une réponse strictement législative ( répressive) à la délinquance sexuelle qui fait de plus en plus figure de fourre-tout symbolique à l’angoisse collective face à la sexualité.Partant d’une typologie des facteurs constitutifs du passage à l’acte et des profils des auteurs d’agression sexuelle, Roland Coutanceau, décrit les possibilités thérapeutiques reposant sur une évaluation pluridisciplinaire. André Ciavaldini interroge la question de la récidive et propose une réflexion sur une étude...
Numéro de collection: 
08

Faut-il prévenir les enfants des abus sexuels ?

Régulièrement, l’actualité met en exergue un fait d’abus sexuel ou de maltraitance. La dramatisation excessive ou l’extrême focalisation sur des événements rares peut avoir des effets nocifs. Aux premières lignes, les enseignants, les éducateurs s’interrogent sur le bien fondé de tel ou tel programme de prévention. Six points de repères Plus de 90% des abus sexuels sont le fait de membres de la famille ou de proches. Le risque d’agression étant nettement plus important dans l’environnement familial, il est inutile de se focaliser sur des prédateurs sexuels rares, il est préférable d’...

Peut-on soigner les pédophiles ?

Avant, la chose était simple ; lors de n’importe quel délit ou crime, si le condamné était responsable de ses actes, il était jugé et puni ; s’il était irresponsable de ses actes, autrement dit « fou », il était considéré comme malade mental et, dès lors, enfermé et soigné. En matière pénale et surtout en matière d’infractions à caractère sexuel, les choses se sont complexifiées, il ne s’agit plus de punir ou soigner mais de punir et soigner. En effet, c’est rarement sous l’emprise d’un délire ou d’un grave trouble psychotique que les pédophiles passent à l’acte, mais il est clair que...

Qu’est-ce qui nous différencie du parent incestueux, du pédophile ?

L’actualité met régulièrement en lumière des violences sexuelles à l’encontre de mineurs, parfois des enfants. Commis sur des êtres vulnérables par ceux qui ont la charge de les protéger, ces actes sont vécus, à juste titre, comme intolérables. Ils sont parfois qualifiés de « monstrueux », ce qui indique à quel point nous avons du mal à les prendre en compte comme humains. Et pourtant… L’indispensable limite à nos désirs La sexualité au sens large conditionne toute notre vie et nos rapports aux autres, elle parcourt un chemin aux multiples voluptés, aux éveils fulgurants, aux tourments...

L’enseignant, confident de l’enfant en cas d’abus sexuel

Un entretien avec Marc Gérard, pédopsychiatre. (02:36) Lorsqu'un enfant fait une confidence à propos d'un abus sexuel à son enseignant, la réaction de ce dernier est très importante. Dans cette situation très délicate, son attitude ne doit être ni...

En tant qu’éducateur, à quoi être attentif lors d’une inquiétude de maltraitance ?

Un entretien avec Marc Gérard, pédopsychiatre. (02:24) En tant qu'animateur, éducateur travaillant auprès d'enfants et d'adolescents, des signes peuvent inquiéter à propos de la situation de l'un d'eux : bleus, lésions cutanés, propos entendus...

L’interdit de l’inceste, quelle utilité ?

L’interdit de l’inceste est un régulateur de la vie familiale. Du côté des parents, il contient la vie pulsionnelle des adultes pour transformer leur sexualité en tendresse, leur violence en fermeté éducative. Du côté de l’enfant, l’interdit a...

A partir de 5 ans, l’enfant prend conscience de la maltraitance qu’il vit

Avant 3 ans, l’enfant ne réalise pas la maltraitance qu’il subit. Entre 5 et 10 ans, l’enfant s’ouvre au monde, prend peu à peu du recul par rapport à son modèle familial et peut réaliser dès lors que ce qu’il vit n’est pas habituel dans les...

A quoi être attentif lors d’une suspicion de maltraitance ?

Un entretien avec Françoise Hoornaert psychologue et coordinatrice de l'équipe pluridisciplinaire de SOS Parents-Enfants. (01:47)

Qu'est ce qu'un service d'aide aux victimes ?

Un entretien avec Anne-Françoise Dahin, psychologue et psychanalyste. (04:14)

Le pédophile, symptôme d'une époque ?- les questions

Conférence organisée par yapaka en 2007 Psychiatre et psychanalyste, Jean-Pierre Lebrun dirige la collection Humus, Subjectivité et Lien social aux éditions Erès, il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Un monde sans limite (Erès) et d'un livre d'entretien avec Charles Melman L'homme sans gravité (Folio, poche)

Le pédophile, symptôme d'une époque ?

Le pédophile, symptôme d'une époque ? conférence par yapaka en 2007 avec Jean-Pierre Lebrun  Durée : 01h04 dont une introduction du 02'30 Psychiatre et psychanalyste, Jean-Pierre Lebrun dirige la collection Humus, Subjectivité et Lien social aux éditions Erès, il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Un monde sans limite (Erès) et d'un livre d'entretien avec Charles Melman L'homme sans gravité (Folio, poche) 

[Glané] Princesses Disney victimes d’inceste : une campagne choc contre les abus sexuels

Des images censées faire rêver les enfants, mais version cauchemar. C’est le pitch de cette nouvelle campagne anti-inceste, signée par l’artiste Saint Hoax. Aujourd’hui, Ariel la petit sirène n’ira pas jouer avec les poissons. Elle est tétanisée : son père, le roi Triton,  l’a embrassée sur la bouche. Pareil pour Jasmine et la Belle au Bois Dormant : l’artiste américaine Saint Hoax a représenté les trois princesses Disney dans une situation d’inceste, enlacées par leur père contre leur bon vouloir. “Journal d’une Princeste” En-dessous de chaque image (dont l’intégralité est visible sur la page Facebook de Saint Hoax), juste une phrase, toujours la même : “46 % des mineurs violés sont victimes de membres de leur famille.” Et un rappel : “Il...

[Revue de presse] "On peut vivre avec la pédophilie sans passer à l'acte"

A l'heure où l'UPPL vient de fêter son 15 ième anniversaire, Le Nouvel Observateur revient sur le fait que l'on  puisse vivre avec la pédophilie sans passer à l'acte: Ils fantasment en secret sur les enfants, mais ne les agressent pas. Parfois même ils vivent en couple, ont des rapports sexuels avec des adultes. Ce sont les pédophiles dits "abstinents". "La formule a le mérite d'être expressive, observe le professeur Roland Coutanceau, psychiatre. Dans le champ social, 'pédophile' signifie 'passage à l'acte'. Or certains ne le sont que fantasmatiquement, et ce fantasme est bien plus répandu qu'on ne l'imagine."...

Poupée gonflable pour pédophile?

Billet invité de Françoise Guillaume La dernière trouvaille pour lutter contre la pédopornographie? Il suffisait d’y penser: des poupées gonflables, plus vraies que nature, qui permettent d’assouvir les pulsions sans dégâts pour personne. Sauf qu’à bien y réfléchir et en évitant de glisser vers les commentaires horrifiés que l’on trouve dans ces circonstances, rappelons-nous, calmement mais sans doute possible, qu’à force d’assouvir ses pulsions sur une poupée gonflable, le pédophile entretient sa perversion, ne travaille pas pour la dompter, la sublimer, la… Et le jour où il se retrouvera devant une petite fille charmeuse qui joue à la séductrice, il oubliera qu’elle n’est pas une poupée, que la sexualité infantile n’a rien à voir...

Pédophilie : de la pulsion à l’interdit

Documentaire
Un documentaire réalisé par Xavier DELEU (52’)-2011 qui témoigne de l'importance d'assurer des soins tant aux victimes qu' aux pédophiles. http://www.lcp.fr/emissions/docs-ad-hoc/vod/...

Le Code pénal et les sextos

Quand les adolescents sont absolument sidérés d’apprendre qu’il est légal pour eux d’avoir des rapports sexuels mais que se prendre en photos, nus, pourrait relever de la pédopornographie et faire l'objet de poursuites. La loi du 13 avril 1995 a ajouté un article 383bis* dans notre Code pénal grâce auquel la pornographie enfantine est désormais passible de poursuites pénales. Le site de la police fédérale précise que " La pornographie enfantine diffère de la pornographie ordinaire sur base du critère de l’âge, à savoir de la minorité (sexuelle) - 18 ans.  Il n’y a pas d’importance si ce sont effectivement des mineurs qui sont impliqués ou que ce soit l’image du...

Des cours "anti-pédophile" pour les futurs prêtres

La presse se fait le relais aujourd’hui de cours "anti-pédophilie" qui pourraient être dispensés aux futurs prêtres. « Le but de ces cours? Ne pas (re)tomber dans les travers du passé », souligne Guy Harpigny, l’évêque de Tournai. « L’objectif est simple: prévention et protection des jeunes. » Il est difficile de donner un avis sur un programme sans en connaître le contenu. Mais ce débat s’est déjà tenu, il y a plusieurs années, à propos de toutes les professions en contact avec les enfants : professeurs, éducateurs,... Qu'il y ait pour tout intervenant en...

Michelle Martin : Le cœur et la raison

Billet invité - Une opinion de Robert De Baerdemaeker et Patrick Henry (1) parue initialement dans La Libre Bien sûr nous avons tous été émus, bouleversés, écœurés, scandalisés, révoltés, par le sort que Marc Dutroux et ses complices ont réservé à Julie et Mélissa, An et Eefje, Sabine et Laetitia, comme nous le fûmes aussi lors des affaires Fourniret ou Pandy ou ... Bien sûr nous nous sommes dit que, s'il s'était agi de nos enfants, nos enfants à nous, nous n'aurions pas pu pardonner. Nous aurions souhaité leur mort, dans les plus atroces souffrances. Bien sûr nous nous disons que si nous étions à leur place, la libération...

Christine Machiels

Christine Machiels est docteure en histoire de l’Université catholique de Louvain et de l’Université d’Angers. Sa thèse doctorale portait sur « Les féminismes face à la prostitution aux XIXe et XXe siècles (Belgique, France, Suisse ) ». Elle a notamment coordonné avec le sociologue Jean-Michel Chaumont une publication collective intitulée "Du sordide au mythe. L’affaire de la traite des blanches" (PUL, 2009), ainsi qu’un numéro spécial de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière consacré à la prostitution des mineur-e-s (avec l’historien Éric Pierre, 2008). Depuis 2010, Christine Machiels...

Questions à Child Focus

Deux récentes campagnes de Child Focus ont amenés de nombreux responsables à poser des questions quant aux missions et pratiques de cet organisme. Une première campagne invite les jeunes qui seraient abusés à chatter avec Child Focus. Cette initiative donna lieu à une carte blanche dans Le Soir, une analyse détaillée de Jean Blairon et Jacqueline Fastrès, des débats dans la presse ainsi que des interpellations parlementaires...

Child Focus ou le business de la peur

Cette carte blanche est parue dans Le Soir du 23 février 2012 L’affaire des enfants disparus (Julie, Mélissa, Ann, Eefje, …) provoqua un électrochoc qui modifia de nombreuses pratiques, notamment en matière policière, judiciaire... Même si l’accueil aux victimes mérite encore des efforts, on ne peut que se réjouir des avancées qui ont vu le jour. Dans la foulée de ces événements, fut créé Child Focus, organisme chargé d’intervenir en cas de disparition ou d’exploitation sexuelle d’enfant. Il est temps aujourd’hui d’évaluer la pertinence de cette fondation largement financée par les pouvoirs...

Adolescents et réseaux sociaux : une rencontre avec Danah Boyd

Billet invité Le site OWNI nous propose une interview de la chercheuse Danah Boyd qui travaille depuis un an et demi au Microsoft Research New England et s’est auparavant fait connaître grâce à ses études sur Friendster puis MySpace. Elle s’est spécialisée sur la question des pratiques et usages des adolescents sur les réseaux sociaux et sur les questions liées à la confidentialité. Dans cette interview sont évoqués ses thèmes de prédilection tels que les adolescents sur les réseaux sociaux, les campagnes de prévention...

Un examen de psychologie pour empêcher des pédophiles de rejoindre l'Eglise? A éviter.

La semaine dernière, Mgr Léonard annonçait la volonté de "Soumettre les candidats-prêtres à un examen psychologique préalable et les faire bénéficier d’un suivi afin d’empêcher des pédophiles de rejoindre les rangs de l’Eglise". Dans un billet griçant paru dans La Libre, Dan KAMINSKI et Christophe ADAM, respectivement professeur à l´UCL et maître de conférences à l´ULB démontent cette fausse bonne idée.

L'autoprotection des parents : les Brigades Parents-Bonheur

Vidéo "Parents-Bonheur". Parents-Bonheur est une association de fiction créée dans le cadre du programme de prévention de la maltraitance et de soutien à la parentalité : Yapaka.

La pédophilie ne se lave jamais bien en famille

Étrange sentiment que d'assister au tollé provoqué par les récentes perquisitions au sein de l'Église et de sa commission ad hoc.

Le pédophile, symptôme d’une époque ?

Depuis quelques temps, Jean-Pierre Lebrun, psychiatre et psychanalyste s'interroge sur la "position" du pédophile ainsi que la place que celui-ci prend dans les médias et, l'imaginaire social.

Les hypothèes qu'il émet ne sont pas sans influence sur les pratiques quotidiennes. Il nous a dès lors semblé important de lui poser quelques questions en guise d'ouverture à cette page Débat
 

Nous sommes tous des pédophiles allemands

Cet article de Patrick Declerck, écrivain, est paru dans Le Nouvel Obs n°2215 du 19 au 25 avril 2007.

« Je n’ai jamais entendu parler d’un crime que je n’aurais pu commettre moi-même » dit un jour Goethe à Eckermann. Certes, Nicolas Sarkozy n’est pas Goethe. Soyons franc, nous serions déjà bien heureux qu’il fût Eckermann. Et, qu’on se le dise, il ignore en particulier, tout de la pédophilie. « Avoir envie de violer un petit garçon de trois ans ? Est-ce que c’est normal ? » Le 10 avril sur France 2, le candidat à l’élection présidentielle posa la question, et y apporta aussitôt la réponse. Non, ce n’est pas normal, et il n’hésita pas à éclairer cette épineuse question éthique et psychopathologique, d’un « témoignage personnel ». Une telle chose ne lui « a jamais traversé l’esprit ».

Derrière le grotesque inhérent à la fausse audace de telles prises de position qui ne s’opposent à rien et risquent encore moins – car enfin qui songe à défendre le viol d’enfant ? – se cachent, à l’examen, des positions plus graves et plus sombres. Ce qui sur France 2 relève du haussement d’épaule amusé, ne fait plus sourire dans les propos que tient le président de l’UMP dans deux échanges qu’il a eus avec Michel Onfray et dont Philosophie Magazine publie dans son numéro d’avril, la teneur. Le pire est maintenant connu : « J’inclinerais, pour ma part, à penser qu’on naît pédophile… Il y a 1200 ou 1300 jeunes qui se suicident en France chaque année, ce n’est pas parce que leurs parents s’en sont mal occupés ! Mais parce que génétiquement, ils avaient une fragilité… ».

On naîtrait pédophile ? On se suiciderait par fragilité génétique ? Non, de telles positions ne font pas « débat ». Il est une perversité de l’idéologie démocratique à penser que tout serait ainsi objet de discussion, d’opinions contradictoires, d’affaire de goûts intellectuels. Non, des faits existent. Il est du savoir – imparfait et parcellaire, mais du savoir quand même – qui transcende l’opinion. Deux et deux ne font pas cinq. Non, on ne naît pas pédophile. Non, le gène du suicide n’existe pas. Mais plutôt que de me substituer ici aux généticiens, il n’en manque pas, qui s’occupent à montrer l’idiotie foncière de telles affirmations, c’est sur les fantasmes inquiétants qui sous-tendent le discours de Nicolas Sarkozy, que j’aimerais attirer l’attention, car à bien les lire, il se dégage des propos tenus à Michel Onfray, une sourde angoisse qui déborde les transparents calculs de positions préparées à l’avance. Ainsi à propos des liens entre situations sociales pathogènes et criminalité : « je me méfie de cette attitude qui consiste à rechercher pour tout acte, aussi mauvais soit-il, des explications pour le justifier. » Ainsi à propos de la montée du nazisme et du choix de la solution finale : « mieux vaut admettre qu’il y a là une part de mystère irréductible plutôt que de rechercher des causes rationnelles. » Ainsi à Michel Onfray à propos d’alternatives tant au communisme qu’au libéralisme : « donc, ça vous intéresse la complexité ? » Ainsi enfin, à propos du connais toi toi-même : « fort heureusement, une telle connaissance est impossible, elle est même presque absurde ! »

L’idée de la pédophilie ne lui a jamais traversé l’esprit ? En fait si. Elle lui traverse même l’esprit au moment précis où il énonce le contraire. Et c’est justement pour cela qu’il se sent poussé à ce négatif aveu. Soyons clair, ceci n’accuse en rien Nicolas Sarkozy de pédophilie, ou n’insinue en aucune manière la présence en lui d’un quelconque désir conscient, mais ce petit pas de côté, en termes techniques, s’appelle une « dénégation »… Aussi n’est-il peut-être pas tout à fait inutile de rappeler la vieille et sobre leçon de l’humanisme freudien qui ne voit dans l’hypothèse d’une tératologique altérité psychique qu’une chimère. Une pauvre manœuvre défensive qui tente désespérément de nous soulager de la vertigineuse horreur de constater en soi la présence, à des degrés divers, à la fois du pire et du meilleur des possibles. Tels sont les axiomes de la théorie des pulsions : Qui que nous soyons, nous les portons toutes en nous : amour et destructivité, sadisme et réparation, hétérosexualité et homosexualité, perversions polymorphes, éros et thanatos… Les différences entre les sujets sont réelles et considérables, mais quantitatives exclusivement et non qualitatives. Le pire des fous, le dernier des sociopathes, avant d’être ce qu’il est dans sa singularité et sa différence, est d’abord un autre moi-même, une caricature de mes propres potentialités.

Rien n’engage là pour autant à un quelconque relativisme permissif, à l’éventuelle abolition de l’abîme entre faire et fantasmer, entre l’acte et ses représentations mentales, mais simplement, immergés sans recours dans l’instable marasme psychique de l’humaine condition, qu’on le veuille ou non, peu ou prou, et pour paraphraser un slogan célèbre : nous sommes tous des pédophiles allemands.

C’est précisément ce vertige-là, celui de l’intériorité obscure et inquiétante, qui angoisse Nicolas Sarkozy. C’est elle qu’il lui faut éviter d’éclairer d’une lumière trop crue. Mieux vaut ne pas trop chercher d’explications aux choses gênantes et aux actes déviants. Mieux vaut avoir la sage prudence de ne pas s’aventurer dans les méandres d’une immaîtrisable « complexité ». A l’exercice contraignant de la rationalité et de la volonté de savoir, on préférera toujours le flou et complaisant refuge du « mystère irréductible ». Et d’ailleurs, « fort heureusement » toute connaissance de soi est impossible. Comment entendre ce « fort heureusement » autrement que comme lapsus et aveu de la terreur intime ?

Nicolas Sarkozy proclame aimer l’action. Il répète à l’envi qu’elle est toute sa vie. Aussi il court Sarkozy, il frémit d’impatience : « adolescent, il fallait que j’attende d’être un adulte, adulte il fallait que j’attende que les générations précédentes lâchent enfin le pouvoir… toujours attendre ! » Quant au but, c’est autre chose : « On n’agit pas pour un résultat. Vous me demandez qui je suis, pourquoi j’agis comme je le fais. Mais si je pouvais vous répondre… » Mais pourquoi donc agir sinon précisément pour obtenir un résultat ? Il n’est qu’une réponse alternative à cette question : pour décharger l’excitation et soulager l’angoisse. Simplement ce n’est plus alors tout à fait d’action véritable qu’il s’agit, mais d’agitation. Non plus tout à fait d’actes, mais seulement de passages à l’acte.
Derrière les mises à l’écart, les fébriles tentatives d’évitement de pensée et de distanciation, les rêvasseries généticiennes et les fantasmes eugénistes non-dits qui les accompagnent nécessairement, il est, dans l’imaginaire sarkozien, un partage radical qui se profile, et des plus effrayants, entre les tarés de naissance et les autres, les monstres par destin et les normaux, les futurs suicidés des pouponnières et les méritantes têtes blondes, les semi-bêtes à kärcheriser et les authentiquement citoyens habitants de Neuilly-sur-Seine. A travers tout cela, c’est l’insupportable part d’ombre au cœur de Nicolas Sarkozy lui-même, c’est sa propre négativité qu’il lui faut nier, réprimer, expulser, chartériser hors de l’espace psychique et social. Putains louches, nègres interlopes, banlieues fangeuses, clodos puants, comme il doit en avoir peur, Nicolas Sarkozy, comme ils doivent hanter ses nuits. Oui, on comprend mieux. C’est à l’exact opposé qu’il aspire. A une société d’hommes debout, droits, respectueux et civils, sans patrimoine génétique douteux, sans penchants inavouables, sans désordre, mais au contraire tout pénétrés du goût de l’effort et du labeur. C’est d’un homme non pulsionnel, d’un homme éviscéré, d’un homme non humain, d’un robotisé humanoïde de l’immaculé positif, dont rêve Nicolas Sarkozy.

Ce serait là, il est vrai, enfin la grande quiétude. L’ultime nirvana de l’indifférenciation généralisée. L’écrasant silence des déserts vidés de toute vie trop remuante. La paix éternelle des cimetières. L’impassible repos du minéral, dont Freud disait de la pulsion de mort, qu’elle avait la nostalgie. Nicolas Sarkozy sent la tombe.

[1] Patrick Declerck est écrivain, membre de la Société psychanalytique de Paris.

Patrick Declerck [1]

Pédophilie, Pour en finir avec la honte

Article de Serge Tisseron. Psychiatre et psychanalyste, Serge Tisseron a notamment publié La honte (Ed Dunod). Chacun d’entre nous peut se découvrir un jour sensible, l’espace d’un très court instant, au pouvoir séducteur d’une mimique, d’un geste, ou du regard d’un enfant. Il n’y a pas à en avoir honte, et nous ne sommes pas « pédophiles » pour autant ! Nos émotions érotiques ne connaissent pas en effet la barrière légale de la majorité sexuelle, même si nos comportements, eux, doivent absolument en tenir compte. C’est tout simplement parce que le désir n’est jamais mis en route par l’...

Quel sort réserver aux agresseurs sexuels ?

par Vincent Magos À l’heure où l’agresseur sexuel revient sur le devant de la scène, des voix discordantes s’élèvent pour s’interroger sur le sort à lui réserver, ou pour proposer des solutions radicales — quelquefois hautement toxiques pour la démocratie. D’emblée, nous rappellerons que le risque zéro n’existe pas et, qu'à moins de mettre un policier derrière chaque citoyen, des agresseurs sexuels potentiels resteront en liberté. Il faut également rappeler qu’éduquer les enfants dans un climat de méfiance, en insistant sur le fait qu’aucun adulte n’est réputé fiable, est tout aussi toxique...