Le travail social ou l’ «Art de l'ordinaire»

Auteur: 

Le travail social est avant tout une activité relationnelle ordinaire que l’on réalise tous, de manière quotidienne. Mais, ce terme générique désigne également un ensemble de métiers liés au secteur social. Ces travailleurs sociaux se retrouvent depuis quelques années confrontés à de multiples transformations de leurs missions, fonctions notamment liées aux développements des logiques d’expertises sociales. Les mots changent, les pratiques se transforment : des discours prescriptifs et normatifs aux logiques comportementalistes.


Ces changements induisent de la souffrance chez les travailleurs sociaux et les personnes prises en charge par ces institutions. Le sujet reste largement méconnu et tabou. Malgré ces constats, les travailleurs continuent de développer au quotidien un véritable « art de l’ordinaire » au sens d’un partage d’expériences sensibles.  Ces dispositions, attitudes verbales et/ou non verbales, gestes diffus quasi invisible participe pourtant d’une résistance à ces logiques managériales du fait notamment qu’ils restent difficilement contrôlables. L’évaluation de ces actes informels est quasiment impossible. Ces dons du rien paraissent tellement banals que les travailleurs sociaux ne les perçoivent quasiment plus. « L’art de l’ordinaire » est donc composé de formes multiples de microtraces d’hospitalité épars qui peuvent contribuer à la reconnaissance de l’individu. C’est en cela  que cet « art de l’ordinaire » peut devenir un outil théorico-pratique au potentiel politique. Les traces d’hospitalités que les travailleurs sociaux réalisent quotidiennement permettent de travailler les représentations, elles renvoient à une autre manière de faire société. « L’art de l’ordinaire » participe donc d’une conception alternative de faire société en prônant une politique du « Bien Vivre ». A l’heure du mythe de la croissance, du développement durable, des flux d’informations, de circulations, du haut débit, le paradigme du bien vivre prône le ralentissement, l’attention aux banalités, l’hospitalité envers autrui, l’attention  à l’environnement, à l’écologie des personnes dites « autres ».

 

Sommaire :

Le travail social : une activité ordinaire

Malaise chez les travailleurs sociaux
Les impasses de la logique managériale

Les mots ont un sens

Qu’est-ce qu’un éducateur?
Les limites de la logique comportementaliste
Le travail quotidien auprès des autres : l’« Art de l’ordinaire »
Le socle de l’« Art de l’ordinaire » : des micro-traces d’hospitalité
La notion de passeur
La prise en compte

L’« Art de l’ordinaire » comme outil de la politique du « Bien vivre »

La politique du « Bien vivre »

Conclusion

« Le vif »
L’empathie méthodologique 

Numéro de collection: 
58
Ce livre est disponible en librarie

Pages qui pourraient également vous intéresser

La violence des jeunes : punir ou éduquer ?

La violence des jeunes fait l’objet d’inquiétudes grandissantes. Dans les pays européens d’après-guerre, la cause de l’enfant en danger mobilisa l’opinion. Aujourd’hui c’est l’enfant dangereux qui...

Confidentialité et secret professionnel

LA NOUVELLE EDITION REVUE ET CORRIGEE EST DISPONIBLE ICI Nous pouvons être amenés à accueillir des...

Confidentialité et secret professionnel

(Deuxième édition, novembre 2011) Le professionnel ou le bénévole en relation avec des enfants, des adolescents ou des adultes est amené à recevoir des informations dans le cadre de son mandat ou...

La maltraitance infantile, par delà la bienpensée

La maltraitance de l’enfant – si douloureuse pour lui mais aussi pour les adultes qui le maltraitent - est un chapitre dérangeant de la psychopathologie et de la pédopsychiatrie. Il nous confronte à...

A quoi être attentif lors d’une inquiétude de maltraitance ?

Un entretien avec Marc Gérard, pédopsychiatre. (04:04)