De l´enfant rêvé à l´enfant réel

"Mathias ne veut plus venir dans mon lit pour les câlins du dimanche matin. Il préfère la télé et ses Pokémon!"

On retient ce qu´on veut bien. Avec le temps, on ne garde parfois que le meilleur. Au fond, est-ce que tout était si parfait? Les parents qui en sont encore au stade des couches et des nuits entrecoupées ont sans doute un autre avis. Peut-être sont-ils eux-mêmes nostalgiques et sedisent-ils: "Ah, ce n´est déjà plus le petit nounours tout délicat, la petite poupée à dorloter."

"Sarah se met à répondre à mon compagnon: "T´as rien à dire, t´es pas mon père." Pourtant, c´est lui qui l´a élevée. Autrefois, elle lui obéissait et elle disait avec sa petite voix: "Moi z´aim´ crès fo´ mon papa."

"Samy, il ne faut pas le laisser seul une minute, sinon il vide toutes les armoires. Il n´a pas encore 2 ans et on dirait qu´il le fait exprès. Avant, le seul moment où j´avais la paix, c´était la sieste; maintenant, il chahute."
"Quand je vois les grosses cuisses de Lætitia, j´ai envie de l´arrêter de manger, mais là elle râle. Elle devient dodue et paresseuse. Elle se débrouille moins bien que sa cousine. J´étais si fière d´elle quand elle faisait ses premiers sourires à tout le monde, déjà à 1 mois."

Et si on remontait encore plus loin dans le temps… Quel serait l´avis des parents de bébés tout neufs, à peine sortis de l´œuf? Ils seraient sans doute heureux mais aussi déjà déçus de certaines choses.

"On ne choisit pas pour ses enfants: si j´avais pu, j´aurais aimé des cheveux plus clairs, comme moi et mes sœurs; maintenant, j´ai peur que Nadia devienne comme la sœur de mon mari qui a les cheveux noirs comme elle, une vraie pimbêche. Ca me dérange qu´elle lui ressemble."

A tous les âges, on compare son enfant avec ses souvenirs, son imagination, ses espoirs. Qui n´a pas rêvé l´enfant idéal, celui qui réussirait tout ce que ses parents ont loupé? On donnerait bien un pourboire à la fée penchée sur son berceau à la naissance pour lui refiler plein de qualités.

"Nathan, c´était une surprise; je m´attendais à une fille. J´espérais qu´on serait des complices, qu´elle m´aiderait à la maison. Je ne sais pas bien comment on fait avec les garçons."

Pourtant, un enfant, ça suit son propre chemin. Si on garde trop en tête ce qu´il aurait dû être, on est insatisfait; parfois, on s´énerve inutilement à le faire devenir ce qu´il ne pourra jamais être. Si on le découvre au fil de son développement, chaque enfant a de quoi nous étonner.

D´accord, il ne ressemble pas spécialement à ce qu´on attendait, mais ça ne veut pas dire qu´il va mal tourner. Si parfois on est déçu, on doit se dire qu´il rentre peut-être dans sa coquille pour se transformer de chenille rampante en papillon aux couleurs imprévues.

Thématique: 

Partager

Pages qui pourraient également vous intéresser

Malmener ou brutaliser un bébé : impensable ?

La vulnérabilité du petit d'homme suscite immanquablement l'idée qu'une prévenance particulière à son égard est de mise. Et pourtant… Le bébé met à jour, et de façon exacerbée, l'ambivalence humaine...