Malmener ou brutaliser un bébé : impensable ?

La vulnérabilité du petit d'homme suscite immanquablement l'idée qu'une prévenance particulière à son égard est de mise. Et pourtant…

Le bébé met à jour, et de façon exacerbée, l'ambivalence humaine, la polarité des émotions qui nous animent. On peut se sentir émerveillé et attendri devant un bébé sage ou endormi dans les bras, mais se sentir agressif et rancunier lorsque ce même bébé interrompt sans cesse nos nuits, pleure en continu, refuse de s'alimenter…

L'écart entre les émotions éprouvées est désarçonnant, troublant, c'est blanc ou noir, "on" ou "off". Aucune possibilité de composer une moyenne avec laquelle se débrouiller, comme on le ferait pour un adulte chez qui on peut reconnaître la coexistence de qualités que l'on apprécie et de défauts qui agacent.

Pouvoir penser et oser observer les écarts entre ses propres émotions permet de ne pas laisser libre cours à ce que ces dernières suscitent comme mouvements impulsifs à l'intérieur de soi.

Se percevoir exaspéré, tendu, prêt à passer à l'acte permet justement de se mettre à soi-même des gardes-fous.

Repérer, décoder, examiner ce qui se passe à l'intérieur de soi face à un bébé est la démarche qui prévient les dérapages potentiels vers la violence.

Penser les émotions qui nous animent s'apprend dès l'enfance dans le contact avec ses propres parents. Ceux–ci, dans le quotidien des échanges, traduisent les états de leurs petits et ainsi leur permettent de les identifier et de les nommer : « Tu as eu peur », « Tu sembles triste », « Oh, tu es fâché, te voilà même en colère », « C’est chouette, tu es toute joyeuse »… Lorsque cet apprentissage a fait défaut, l'adulte, confronté à ses sentiments agressifs face à un bébé, risque de se laisser submerger par ses émotions et de passer à l'acte.

Il n'y a pas de honte à éprouver des envies agressives face à un bébé mais il y a une responsabilité à les canaliser, les inhiber.

On ne dira jamais assez combien s'occuper d'un bébé est une entreprise émotionnellement sollicitante et combien un nourrisson peut éveiller des mouvements agressifs à l'intérieur de chacun.

Certains parents se sentent si mal de s'apercevoir qu'ils éprouvent de la colère ou de l'agressivité face à leur petit, que la tension monte encore davantage en eux et risque alors de se décharger impulsivement au préjudice du bébé. Un cercle vicieux s'enclenche alors; le parent, se libérant de ses tensions tout en en générant de nouvelles par la culpabilité qui surgit, ne peut sortir de cette spirale sans intervention d’un tiers.

L’arrivée d’un enfant dans la famille est un événement qui appelle la solidarité, la présence d’un entourage soutenant qui puisse être relais lorsque la fatigue, la tension ou la vulnérabilité se profilent.

L’aide professionnelle auprès des parents consiste, outre un travail sur leur passé, à soutenir la reconnaissance de leurs pulsions violentes, à évaluer pour eux-mêmes le risque d’un passage à l’acte, à chercher une issue concrète à ces moments de tension extrême et ainsi à ne plus en avoir peur.

Pages qui pourraient également vous intéresser

Points de repère pour prévenir la maltraitance

Ce Temps d'arrêt hors série de 120 pages est disponible sur simple demande Il aborde des questions et les difficultés qui se...

La maltraitance infantile, par delà la bienpensée

La maltraitance de l’enfant – si douloureuse pour lui mais aussi pour les adultes qui le maltraitent - est un chapitre dérangeant de la psychopathologie et de la pédopsychiatrie. Il nous confronte à...

Conférence "Les petits désordonnent le monde pour comprendre comment il s’ordonne »

Une conférence de Sylviane Giampino, psychanalyste, psychologue petite enfance A.NA.PSY.p.e et auteure, enregistrée le 24 novembre 2016 lors la Journée d’étude "Pas gaie la pagaille? " organisée par...

Guide pour prévenir la maltraitance

Les professionnels de l’enfance peuvent tous être confrontés à une possible situation de maltraitance : voir des signes ou recevoir des informations qui les inquiètent. Or la maltraitance n’est pas...

Prévenir les troubles de la relation autour de la naissance

La périnatalité est une période féconde à tous égards: ouverte aux mouvements émotionnels, créatrice de liens, porteuse d’espoirs même dans les situations très vulnérables. C’est donc un moment...

Les enfants battus deviennent-ils des parents maltraitants ?

La croyance populaire soutient l'idée que « les enfants maltraités deviennent des parents maltraitants ». Ce propos repose sur le constat que les parents maltraitants ont souvent souffert eux-mêmes...