L’amour parental comporte toujours une dose d’ambivalence

Toute relation est empreinte d’ambivalence : l’amour et la haine sont des ingrédients toujours présents, à des degrés divers. Il est pourtant si difficile de faire entendre cette ambivalence dans la relation maternelle notamment. Jouer avec elle,  adopter des rituels, des  mécanismes de défense épongent  cette présence simultanée de sentiments contradictoires. Ces détours sont précieux  pour penser la haine et prévenir la maltraitance.

Pour comprendre au mieux cette réalité complexe,  un détour est utile par l’ambivalence que nous éprouvons à l’égard du bébé que l’on a été, et plus précisément  à l’égard du bébé que l’on a peur d’avoir été pour ses parents et pour son entourage : peur d’avoir été un bébé pleureur, peur d’avoir été un bébé décevant…

Prendre en compte et comprendre cette ambivalence à notre égard nous aide à faire davantage  confiance aux bébés dont on s’occupe en tant que parent et en tant que professionnel.  

Un entretien (05:08) avec Bernard Golse, pédiatre, pédopsychiatre et psychanalyste, réalisée lors du 7e congrès européen de l’AEPEA   "Corps à corps. Souffrances du corps et travail psychique chez le bébé, l’enfant, l’adolescent, la famille et les soignants" tenu à Bruxelles en mai 2014.

Cette vidéo est disponible au format mp4. Vous pouvez la télécharger afin de la visionner hors ligne ou de la graver sur un DVD. Télécharger la vidéo

Thématique: 

Partager

Pages qui pourraient également vous intéresser

Les images violentes ne sont pas nécessairement celles que l'on croit

La violence des images relève d’une définition liée à une époque et une culture donnée et désigne un contenu «...

Quand l'adolescent nous pousse à bout

Un entretien avec Jean-Marie Forget, psychiatre, psychanalyste. (04:12) Pris dans un mouvement entre émancipation et...

[ Texte] La télévision dans les maternités : quand bébé regarde maman qui regarde la télé

Les écrans sont présents aujourd’hui dans tous les lieux de vie. Ils occupent une place primordiale. La télévision bouillonne et Internet offre un flux continu. Impossible aujourd’hui d’imaginer un...