Pour faire un enfant, il faut une mère et un père ?

A ce jour, la reproduction humaine reste soumise à la rencontre entre un ovule et un spermatozoïde. Mais, au delà de cette donne biologique inéluctable, l’enfant pour exister, a besoin d’un père et d’une mère voire de la rencontre avec la dissymétrie des fonctions maternelle et paternelle.

Au travers de l’importance du langage qui fait de l’enfant un être humain (au contraire des enfants loups qui existent sans autre et sans langage), l’auteur redit les enjeux et les composantes de cette dissymétrie indispensable : une mère, premier autre ou première figure d’attachement de l’enfant qui l’entoure des soins nécessaires et l’ouvre à la langue maternelle et un père sur lequel l’enfant prend appui pour sortir de cette dépendance première et s’ouvrir au monde de manière singulière c'est-à-dire non pas dans un mouvement de répétition mais dans une démarche d’appropriation.

Cette vidéo est disponible au format mp4. Vous pouvez la télécharger afin de la visionner hors ligne ou de la graver sur un DVD. Télécharger la vidéo

Partager

Pages qui pourraient également vous intéresser

Des dinosaures au pays du net

Pascale Gustin, psychologue et thérapeute d’enfants, entraîne le lecteur dans un voyage fantastique en territoires virtuels. La révolution technologique actuelle modifie radicalement notre rapport au...

L'éducation est-elle possible sans le concours de la famille ?

Les transformations actuelles de la famille modifient le rapport à l’enfant. Au vu des difficultés nouvelles rencontrées dans l’école, comment, aujourd’hui, concilier les attentes des familles et les...

A quoi sert une famille ?

La famille constitue le point d’ancrage à partir duquel l’enfant va naître, poser ses bases, ses références pour...

Jouer est thérapeutique

Les activités ludiques ont une fonction fondamentale dans la croissance et le développement de l’enfant. Le jeu tel des...

Les familles recomposées et le développement de l’enfant

Un entretien avec Jean-Paul Matot, pédopsychiatre. (04:51)