Ecrans en veille - Enfants en éveil

Nous vous invitons à rejoindre le mouvement « Écrans en veille - Enfants en éveil ».
En effet, comme professionnels de l’enfance, vous n’êtes pas sans savoir que de nombreuses recherches démontrent et confirment aujourd’hui les dangers de la télévision plus particulièrement pour les enfants de moins de 3 ans.

Ceci est compréhensible au regard du développement des enfants :

1.    Le bébé se développe en mettant en bouche, regardant, touchant, manipulant, jetant, courant, expérimentant, jouant... A travers ces activités, il développe sa motricité fine, ses repères dans l’espace à trois dimensions et sa capacité à interagir avec ce qui l’entoure. Il a besoin d’activités engageant ses dix doigts et l’ensemble de son corps. Les écrans allumés accaparent toute son attention et risquent de le rendre agité, de nuire à sa concentration. Tout ce temps passé devant les écrans, il ne le passe pas à développer des capacités primordiales pour son évolution.

2.    Le bébé a également besoin qu’on lui raconte des histoires, de feuilleter des livres d’images pour installer les notions d’avant, pendant et après. C’est en se repérant dans le temps grâce aux interactions directes avec les personnes qui l’entourent que l’enfant entre dans le langage. La télévision ne peut, en aucun cas, remplacer l’interaction émotionnelle et affective avec l’entourage. La télévision, même spécifique au bébé et même en présence d’un adulte, ne favorise pas ce type d’interaction car aucune parole n’est vraiment adressée au bébé.

3.    Face à l’écran, l’enfant est passif : il n’a pas le sentiment de pouvoir agir sur le monde. Il n’est que spectateur. Or, pour son développement, le bébé doit être acteur et sentir très tôt sa possibilité d’agir sur ce qui l’entoure. C’est ce qu’il fait quand il manipule de petits objets autour de lui et quand il est en relation avec ses proches.

4.    L’enfant doit peu à peu apprendre à faire face à l’absence, au vide, à l’ennui. Cela lui permettra plus tard de ne pas être dans une activité incessante, une avidité de consommation. En se réfugiant dans la consommation des écrans, l’enfant évite d’affronter les angoisses de séparation ou les sentiments de frustration. Cela risque de l’entraîner dans une pseudo-satisfaction qui ne l’apaisera jamais car le manque est interne et ne sera jamais comblé par un objet extérieur.

5.    Soumis aux écrans, le jeune enfant devient captif du rythme très rapide des images, des couleurs, des sons. Cet environnement est d’une intensité largement supérieure aux stimulations habituelles de la vie quotidienne d’un bébé. Il risque alors d’intégrer cette excitation comme ingrédient nécessaire dans sa personnalité en formation. D’un côté, on recourt à la télé pour que l’enfant reste tranquille et de l’autre, aussitôt que l’écran est éteint, ce même enfant révèle une agitation croissante.

A tout âge, le temps passé devant les écrans est un temps pendant lequel l’enfant ne joue pas. Or le jeu est une activité primordiale qui lui permet de développer créativité et capacités intellectuelles ainsi que l’acquisition du langage.
De plus, le jeu encourage l’enfant dans ses capacités à être seul et à se confronter à l’ennui, points essentiels à son développement.

Ainsi, l’enfant s’éveille, à l’écart des écrans, en jouant dans la vie quotidienne avec ses parents, ses proches et dans les structures d’accueil auxquelles ses parents le confient.

Ce mouvement s’inscrit dans la suite de la campagne « 3-6-9-12 ans. Maitrisons les écrans » 

Thématique: 

Outils à télécharger

Outils disponibles gratuitement

Affiche "Ecrans en veille - Enfants en éveil"

Affiche au format A2 "Ecrans en veille - Enfants en éveil"

Vidéos en lien avec cette campagne

Livres en lien avec cette campagne

Les dangers de la télé pour les bébés

Des chaînes pour bébés âgés de 6 mois à trois ans s’installent actuellement dans les foyers sous un argument éducatif. Le psychiatre Serge Tisseron soulève ici les questions qu’elles posent, notamment du point de vue de la santé mentale du tout petit. En détournant le bébé d’activités qui engagent ses cinq sens, l’écran ne risque-t-il pas de l’éloigner d’une conscience de son propre corps et de perturber son rapport à lui-même et aux autres ? Que deviennent les processus d’attachement et d’identification face à un écran ? Les héros des programmes pour enfants deviendront ils leurs tuteurs et...
Numéro de collection: 
28

Pages en lien avec cette campagne

Réaliser vous-même une conférence : "les enfants et les écrans"

Pourquoi ne pas mettre un enfant de moins de 3 ans devant un écran ? A quel âge l’enfant est-il suffisamment « équipé » pour utiliser une console de jeux ? Comment et à partir de quel âge apprendre à nos enfants l’usage d’internet ?  La communauté scientifique dénonce en effet un usage précoce des écrans. En fonction des différents stades du développement de l’enfant, il y a un « bon » usage des écrans, un usage qui permettra à l’enfant d’en retirer le meilleur. Ce PowerPoint est un outil qui permet à chaque citoyen sensible à cette question de construire une animation, une conférence pour...

La ligne du temps "3-6-9-12, maîtrisons les écrans"

A télécharger, à imprimer : une ligne du temps qui pose des repères clairs sur l'usage des écrans avec les enfants. Elle résume les informations de la campagne "3,6,9,12, maîtrisons les écrans" qui invite à introduire les enfants progressivement aux écrans, en fonction de leur développement.

Textes en lien avec cette campagne

Domestiquer les écrans au rythme de l'enfant

Dans une société où le virtuel a pris une place prépondérante, quelles peuvent en être les conséquences sur l’enfant ? Sans céder aux sirènes de la technologie ni à la panique face au monde numérique, il s’agit de mieux comprendre l’impact des écrans au cours de la vie de l’enfant. La confrontation aux mondes virtuels et le vécu émotionnel qui y est associé sera différent selon son stade de développement. En effet, au fur et à mesure qu’il grandit, et s’il est accompagné dans ses découvertes, il sera de plus en plus outillé pour faire face aux contenus qu’il perçoit.   Disposer de repères...

La télévision dans les maternités : quand bébé regarde maman qui regarde la télé

Les écrans sont présents aujourd’hui dans tous les lieux de vie. Ils occupent une place primordiale. La télévision bouillonne et Internet offre un flux continu. Impossible aujourd’hui d’imaginer un univers de travail ou familial dépourvu de cette source. La télévision s’est assurément invitée partout : du salon familial à la chambre de l’enfant (laissant celui-ci seul devant ce qu’il voit) en passant par les transports en commun, et depuis peu les téléphones portables. Une publicité pour cette nouvelle technologie promeut la possibilité de faire dès lors deux choses en même temps ; selon la...

Pages qui pourraient également vous intéresser

« Maîtrisons les écrans » Pas de console de jeux avant 6 ans, pourquoi ?

Un entretien avec Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste (01:07)

« Maîtrisons les écrans » A partir de 6 ans, fixez un temps d’écran

Un entretien avec Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste (01:18)

Internet accompagné, une occasion d’apprentissage du droit à l’image et à l’intimité

Un entretien avec Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste (01:29)

« Maîtrisons les écrans » Entre 9 et 12 ans, Internet accompagné

Un entretien avec Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste (01:41)

« Maîtrisons les écrans » Après 12 ans, l’enfant surfe seul sur Internet...selon quelques règles précises

Un entretien avec Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste (02:04)

Une règle de vie avec les écrans : le dialogue en famille

Un entretien avec Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste (01:30)