Les trésors de l'ennui

[...]L’ennui est un écart, un espace-temps que le bébé découvre en naissant, ce quelque chose que nous pouvons appeler la « mère » présente, mais qui peut également s’absenter. Un « quelqu’un » qui peut satisfaire, mais aussi frustrer. Un temps de solitude qui anime le désir, engage l’imaginaire, soutient la créativité. Un temps indispensable au devenir soi.

Parler de l’ennui, c’est parler de notre capacité à être seul, de notre caractéristique de petit homme dépendant, à la recherche de son autonomie et de la liberté de se construire un destin. À partir de l’ennui, du désœuvrement apparent qui marque son origine, c’est la dimension vitale de cet être qui se révèle, démontrant comment le plaisir trouve sa source dans le manque.

Le discours sur l’ennui ouvre une réflexion sur ce que nous sommes, sur notre rapport au temps, à l’espace, à l’autre, au désir, à l’éducation, au travail, à l’amour. L’ennui parle de nos liens intimes, et nous verrons qu’il nous permet de comprendre nos difficultés à vivre ensemble aujourd’hui, à motiver nos enfants à l’école, à inscrire nos couples dans la durée, à partager, à soutenir les professionnels dans la pensée. L’ennui est un mouvement qui nous engage à penser l’homme dans ses transformations contemporaines. Il est juste là où la vie de soi commence, où le langage éclot, où le corps et l’esprit s’ouvrent de concert, prenant appui l’un sur l’autre, pour le bonheur d’être soi et d’être au monde. 
 

Sophie Marinopoulos, "Les trésors de l'ennui ",Temps d'arrêt, yapaka, novembre 2017, pp 5-6

Ce livre de Sophie Marinopoulos, psychologue, analyse les vertus de l'ennui, comme l'essence de notre devenir. L'auteur questionne les transformations contemporaines qui font oublier la vitalité de l’ennui au point que les adultes peinent à laisser l'enfant "ne rien faire". Suivant le fil du développement de l’enfant et de l’adolescent, ce texte fonde la nécessité de la position parentale et éducative pour soutenir l’ennui à l’articulation du bonheur d’être soi et d’être au monde.
 

SOMMAIRE

L’ennui, source du plaisir d’être 

La quête du bonheur 

L’ennui, une nourriture de l’être 

La capacité d’être seul 

Du bain culturel au soutien social 

Culture néo-libérale et ennui 

Notre peur contemporaine du vide 

Sommes-nous satisfaits ou apaisés ? 

L’amour objet de consommation 

Adolescence et ennui 

La saturation prive nos enfants du bonheur d’être soi 

Comment les mots viennent à l’enfant 

De l’ennui à l’expérience – de l’expérience à la pensée – de la pensée à la liberté d’être 

Bibliographie

 
Numéro de collection: 
94
Thématique: 

Partager

Pages qui pourraient également vous intéresser

Le divin marché, source de fragilisation ?

La société consumériste telle que décrite par Dany Robert Dufour, philosophe, dont la promesse vise à anticiper tout...

Pas besoin de jouet pour jouer avec son enfant

Le jeu ne nécessite pas de matériel organisé, tout est matière pour l'enfant à faire des expériences. L'attention et la...

Vive l'ennui !

Vivre l’ennui est une nécessite pour l’enfant. L’ennui lui ouvre la possibilité de penser, d’avoir des idées, de créer...

Quand l'enfant s'ennuie dans un groupe

Un entretien avec Sophie Marinopoulos, psychologue, psychanalyste. (04:47)