Fessée

[Livre] Points de repère pour prévenir la maltraitance

Observer des signes qui nous inquiètent chez un enfant, être confronté à une situaiton de maltraitance, de négligence ... sont autant de questions ouvertes dans ce Temps d'arrêt. La première partie, sous la plume de Marc Gérard, pédopsychiatre, trace les contours et la diversité des formes de maltraitance ; la seconde partie aborde une multitude de questions telles qu'elles se présentent concrètement aux professionnels dans leur position de nursing, d'éducation ou d'aide. 
Ce Temps d'arrêt hors-série de 120 pages est disponible sur simple demande ou téléchargeable en format pdf . Il est également envoyé mi-septembre dans les Hautes Ecoles, Universités et Cours de Promotion sociale. 
Numéro de collection: 
31

Faut-il châtier les parents qui donnent une fessée ?

Actuellement, dans nos sociétés occidentales, tout le monde est d’accord pour considérer que les châtiments corporels ne sont pas une bonne solution pour aider un enfant à grandir. Dans le cadre des débats actuels sur la légifération de la "fessée" dictée pour le Conseil de l'Europe, rappelons qu'en Belgique la loi interdit déjà le recours à la violence ainsi que les coups et blessures. De plus, la circonstance est aggravante quand il s’agit de violence à l’égard des mineurs. Il n’y a donc pas lieu de rajouter une législation ; trop de loi nuit à la loi.

Le Comité européen des droits sociaux et les châtiments corporels.

Suite à une réclamation de l’association Approach, le Comité européen des droits sociaux a conclu qu’il y a violation de l’article 17§1 de la Charte, du fait que la loi belge n’interdit pas expressément les châtiments corporels contre des enfants. 

Ce débat ne concerne en rien la question de fond : les châtiments corporels seraient-ils une méthode éducative acceptable ? Non, ils ne le sont pas, ceci fait consensus. Le débat concerne des interprétations juridiques entre experts internationaux. Déplions la question :

Qu’est ce que le comité européen des droits sociaux ?

La Belgique, la loi, la fessée...

Le débat français sur la fessée dépasse les frontières et nous atteint également. Qu’en est- il en Belgique ? Nous avons déjà remis un avis sur cette question.

En résumé, aujourd’hui, deux questions se posent:

Que penser des châtiments corporels ?

Tout le monde s’accorde sur le fait que les châtiments corporels ne constituent pas une méthode éducative adéquate. Que du contraire, cela nuit au développement de l’enfant.

La fessée et les élections

Plusieurs médias proposent aux citoyens de voir quels partis pensent comme eux. Certains de ces tests sont plus pédagogiques que d'autres, certains ont posé leurs questions à tous les partis, d'autres se sont limités aux ténors, certains comparent vos réponses à ceux des candidats, d'autres se limitent aux positions des partis.

Un des sites propose l'item Il doit être légalement interdit aux parents de frapper leurs enfants, et suggère les arguments suivants:

Le Conseil de l'Europe veut-il donner la fessée aux parents ?

Régulièrement, la question de la fessée revient au devant de l'actualité. Le Conseil de l'Europe, qui demande sa légifération, en a fait un de ces chevaux... de bataille, de cirque, de bois ?

Commençons par le plus simple. Tout le monde est d'accord pour dire que les châtiments corporels ne consistent pas en une bonne manière d'éduquer un enfant. Il revient aux pouvoirs publics de soutenir une éducation non violente.

Partager