[Livre] Jouer pour grandir

L’enfant, dès sa naissance, a un besoin vital de jouer pour entrer en contact avec son environnement. Jouer est sérieux car, en jouant, il construit sa santé relationnelle et affective. C’est avec son corps qu’il fera ses premières expériences ludiques, saisissant ensuite les objets, jubilant des émotions nouvelles qu’il produit et provoque en retour, répétant et rythmant ses découvertes ludiques.

Grandir c’est se séparer : l’enfant doit sans cesse s’adapter à des situations nouvelles, situations sensorielles, émotionnelles, relationnelles, puis sociales et collectives. Ainsi jouer prend tout son sens allant des jeux de bouche, au caché-coucou, au cache-cache, aux jeux de faire semblant, aux déguisements, aux stratégies de construction et enfin aux jeux sérieux à règles. Riche de toutes ses expériences ludiques l’enfant construit une estime et un amour de soi, une conscience de son corps puis de son être, de ses limites, créant une sécurité intérieure à l’origine de son autonomie.

L’envie du bébé de comprendre le monde qui l’entoure deviendra plus tard l’envie d’apprendre, transformant le bébé-joueur en enfant-écolier.

 

Sommaire :

Il ne pense qu’à jouer

Jouer, c’est sérieux .

Jouer pour être en bonne santé psychique : la médecine de l’être

La fonction ludique contenante d’éveil

Tout commence avec la bouche :
premier jouet du bébé —un tapis d’éveil — charnel — un organisateur du Moi

Jouer à être un corps entier

Le fort-da sonore

Les deux « R » pour jouer à grandir :
Répéter le jeu et Rythmer le jeu

L’hymne à l’échec, une expérience ludique essentielle

Un processus psychique en trois jeux pour être grand :
jeter-ramasser; cacher-coucou; cache-cache

Jeter-ramasser
Cacher-coucou
Cache-cache

Quand l’enfant ne pense qu’à ça, à quoi joue-t-il?

On dirait qu’on part en vacances … on dirait qu’on n’a pas de papa et maman …
on dirait qu’on est pauvre …

Jouer avec « le ça » : jeux et inconscient
Jeux de filles – jeux de garçons

Pêle-mêle des phrases cultes des enfants en famille :
« Tu joues avec moi? » « Je peux regarder la télé? »
« Je m’ennuie! »

Du bébé-joueur à l’enfant-écolier

Le jeu, l’enfant et l’école

Le jeu comme valeur stable et fiable dans la construction de l’enfant et son accès aux savoirs

Bibliographie 

Numéro de collection: 
60
Ce livre est disponible en librarie

Pages qui pourraient également vous intéresser

Pourquoi laisser l'enfant perdre au jeu?

Le jeu implique toujours des règles, implicite ou explicite un cadre balise toujours ce moment particulier. Les jeux...

Quand l'enfant joue à "on disait que"

Vers 3, 4 ans, l’enfant entame les jeux de mise en scène qui traduisent ses préoccupations enfantines. Par le « faire...

Vive l'ennui !

Vivre l’ennui est une nécessite pour l’enfant. L’ennui lui ouvre la possibilité de penser, d’avoir des idées, de créer...

Pourquoi laisser l'enfant jouer à la guerre?

Jouer traduit le monde intérieur de l'enfant ; une manière pour lui, à la fois de s'approprier le monde et de se...

La bouche, premier jouet du bébé

Un entretien avec Sophie Marinopoulos, psychologue, psychanalyste. (04:40)