[Livre] Quand la violence se joue au féminin

Longtemps la violence des adolescentes, des femmes et des mères est demeurée un phénomène improbable et impensé. Le fait d’être de sexe féminin était antinomique à l’emploi de la violence et son usage était réservé aux hommes et aux garçons. Aujourd’hui, le voile est levé et l’on s’interroge sur la violence agie par des jeunes filles ou par des femmes adultes : des mères infanticides, maltraitantes ou auteures de violences sexuelles, des jeunes filles délinquantes, radicalisées parties rejoindre les combattants du djihad ou même des femmes meurtrières.
Comprendre les circonstances et le sens des actes violents commis par la population féminine permet de penser ce qui relève de l’impensable. Ce texte tente d’établir, s’il en existe, des spécificités en jeu et fournit aux professionnels des clés d’analyse pour mieux agir sur ces violences ou les prévenir.

Sommaire 

La violence des femmes : un phénomène rare ou occulté ?

  • Une violence féminine rare ?
  • La construction du genre
  • Une violence féminine masquée
  • Le paternalisme judiciaire
  • Un cas d’étude : les femmes nazies
  • La réaction sociale
  • Réponses à la violence féminine
  • Contrôles et contraintes

Femmes délinquantes et violentes : formes et processus

  • Infanticides 
  • Maltraitances
  • Les limites de l’amour
  • Emprises
  • Pressions et endoctrinement
  • Violence et plaisir
  • La promotion sociale
  • Quand la violence répond à la violence
  • Légitimes défense
  • De la petite fille maltraitée à la femme violente
  • Les adolescentes et le recours à la violence
  • Des jeunes filles fragiles
  • Les filles des quartiers
  • Les filles radicalisées ou djihadistes
  • Les tensions de la violence au féminin

Addendum :
A lire,
- page 40, 3ème phrase :
L' Histoire fourmille également de cas où la femme violente fut une petite fille violentée, si bien que sa violence agie peut-être comprise comme l'effet des violences qu'elle a subies lorsqu'elle était enfant ou adolescente, et ces violences originelles ont pu être redoublées par celles qu'elle a continué à subir à l'âge adulte. 

- page 54, dernière phrase : 
La réticence du recours à la violence par les femmes qui domine à notre époque traduit la forte réprobation sociale, morale et légale qui affecte toute forme de violence dans les sociétés modernes, quel que soit le sexe de celles ou ceux qui en font usage. 

 

Numéro de collection: 
113

 Imprimer la page

Pages qui pourraient également vous intéresser

[Livre] L'adolescence aux marges du social

Cet ouvrage rappelle que l'adolescence constitue d'abord une réalité sociale, correspondant à un montage opéré par les sociétés occidentales. Elle n'est toutefois que la forme que vient prendre dans...

[Livre] La violence des jeunes : punir ou éduquer ?

La violence des jeunes fait l’objet d’inquiétudes grandissantes. Dans les pays européens d’après-guerre, la cause de l’enfant en danger mobilisa l’opinion. Aujourd’hui c’est l’enfant dangereux qui...

Le blog de 100drine

100drine (Sandrine), personnage de fiction, tient son blog depuis novembre 2005 : www.100drine.be Ce blog est un des éléments d’un programme de prévention adressé aux ados et à leurs parents Qui est...