[Livre] Quand la violence se joue au féminin

Longtemps la violence des adolescentes, des femmes et des mères est demeurée un phénomène improbable et impensé. Le fait d’être de sexe féminin était antinomique à l’emploi de la violence et son usage était réservé aux hommes et aux garçons. Aujourd’hui, le voile est levé et l’on s’interroge sur la violence agie par des jeunes filles ou par des femmes adultes : des mères infanticides, maltraitantes ou auteures de violences sexuelles, des jeunes filles délinquantes, radicalisées parties rejoindre les combattants du djihad ou même des femmes meurtrières.
Comprendre les circonstances et le sens des actes violents commis par la population féminine permet de penser ce qui relève de l’impensable. Ce texte tente d’établir, s’il en existe, des spécificités en jeu et fournit aux professionnels des clés d’analyse pour mieux agir sur ces violences ou les prévenir.

Sommaire 

La violence des femmes : un phénomène rare ou occulté ?

  • Une violence féminine rare ?
  • La construction du genre
  • Une violence féminine masquée
  • Le paternalisme judiciaire
  • Un cas d’étude : les femmes nazies
  • La réaction sociale
  • Réponses à la violence féminine
  • Contrôles et contraintes

Femmes délinquantes et violentes : formes et processus

  • Infanticides 
  • Maltraitances
  • Les limites de l’amour
  • Emprises
  • Pressions et endoctrinement
  • Violence et plaisir
  • La promotion sociale
  • Quand la violence répond à la violence
  • Légitimes défense
  • De la petite fille maltraitée à la femme violente
  • Les adolescentes et le recours à la violence
  • Des jeunes filles fragiles
  • Les filles des quartiers
  • Les filles radicalisées ou djihadistes
  • Les tensions de la violence au féminin

Addendum :
A lire,
- page 40, 3ème phrase :
L' Histoire fourmille également de cas où la femme violente fut une petite fille violentée, si bien que sa violence agie peut-être comprise comme l'effet des violences qu'elle a subies lorsqu'elle était enfant ou adolescente, et ces violences originelles ont pu être redoublées par celles qu'elle a continué à subir à l'âge adulte. 

- page 54, dernière phrase : 
La réticence du recours à la violence par les femmes qui domine à notre époque traduit la forte réprobation sociale, morale et légale qui affecte toute forme de violence dans les sociétés modernes, quel que soit le sexe de celles ou ceux qui en font usage. 

 

Numéro de collection: 
113

 Imprimer la page

Pages qui pourraient également vous intéresser

[Livre] Protection de l'enfance : l'enfant oublié

Dans ce plaidoyer qui s'étaye sur une longue expérience clinique, Maurice Berger et Emmanuelle Bonneville interrogent les défauts du dispositif de protection et d'aide à l'enfance. L'idéologie du...

[Livre] Événement traumatique en institution

Lorsqu’un événement violent ou accidentel surgit dans une institution, c’est tout un système qui en est impacté. Faire face à cet événement devient, dès lors, une nécessité. Qu’il s’agisse des...

Quel sort réserver aux agresseurs sexuels ?

par Vincent Magos À l’heure où l’agresseur sexuel revient sur le devant de la scène, des voix discordantes s’élèvent pour s’interroger sur le sort à lui réserver, ou pour proposer des solutions...