Déni de grossesse

Déni de grossesse

Le déni de grossesse désigne le fait, pour une femme enceinte, de ne pas avoir conscience de l’être. Comment expliquer qu’une future maman ne se sente pas enceinte ? Cette absence de pensée qui nie la réalité de l’enfant et de la maternité finit par contaminer l’entourage en ce compris la sphère de soins voire la société dans son ensemble.

[Livre] Points de repère pour prévenir la maltraitance

Observer des signes qui nous inquiètent chez un enfant, être confronté à une situaiton de maltraitance, de négligence ... sont autant de questions ouvertes dans ce Temps d'arrêt pour répondre concrétement aux questions qui se présentent aux professionnels dans leur position de nursing, d'éducation ou d'aide. 
L' édition 2021 de ce Temps d'arrêt hors-série de 120 pages est actuellement diffusée dans les Hautes Ecoles, les Universités et les Cours de Promotion Sociale. Ce livre gratuit est également disponible sur simple demande ou téléchargeable en format pdf et pour liseuse.

[Texte] Le déni de grossesse

Se découvrir enceinte au sixième mois de grossesse ou à l'accouchement paraît incroyable. Pourtant, cela peut arriver : on parle de « déni de grossesse » quand une femme enceinte n'a pas conscience de l'être.

Le déni est un mécanisme de défense puissant qui se manifeste par la non prise de conscience d'une partie de la réalité. Ce mécanisme renvoie à la notion de clivage : ma main droite ne sait pas ce que fait la gauche. Il n'y a même pas de conflit interne.

[Vidéo] Le déni de grossesse

Un entretien avec Sophie Marinopoulos (08:35), psychologue clinicienne. 

Le déni est un mécanisme de défense, un moyen psychique qui consiste à nier la réalité.

Sophie Marinopoulos, psychologue clinicienne, explique le déni de grossesse comme une non prise de conscience de la réalité de la grossesse. La grossesse physiologique se déroule alors même que la réalité psychique est déniée. Le corps de la femme obéit aussi à cette absence totale de représentation de la grossesse. Ce déni traduit une souffrance interne de la femme qui s’exprime par un corps qui porte un enfant à son insu, sans accès...

[Vidéo] Déni de grossesse et défaut de parole.

Un entretien avec Sophie Marinopoulos (04:00), psychologue, psychanalyste. 

Les dénis de grossesse témoignent, entre autres, d’une difficulté à rester solidaire dans les cas de maternité à risque. Confronté à une femme qui semble enceinte et qui s’enferme dans le silence, le réflexe familial voire social consiste le plus souvent à s’adresser à un tiers (médical, justice..), soit à dénoncer. Le silence de l’entourage ainsi que le silence social signent un défaut de parole et une difficulté à être ensemble quand l’image de la mère idéalisée est mise à mal.

D’un point de vue individuel, s’...

[Vidéo] Déni de grossesse et infanticide, le rôle de la justice.

Un entretien avec Sophie Marinopoulos (06:02), psychologue, psychanalyste. 

Lorsqu'un déni de grossesse va jusqu'à l'infanticide, l'intervention de la justice est importante pour nommer la réalité d'un fait. L'incarcération ouvre alors sur une réalité qui permet à ces femmes d'explorer ce qui s'est passé.

Dans sa clinique avec ces femmes, Sophie Marinopoulos constate que l'incarcération place ces mères dans une temporalité qui leur permet de penser les évènements qui se sont déroulés et qui leur ouvre aussi un temps de redécouverte d'elles-mêmes. En effet, il s'agit souvent de femmes qui ont...

[Audio] "Le déni de grossesse" (Partie questions)

Enregistrement de Sophie Marinopoulos.

Psychologue clinicienne et psychanalyste, Sophie Marinopoulos exerce à l’Hôpital Mère Enfants du CHU de Nantes. Engagée dans la reconnaissance de la santé psychique comme faisant partie intégrante des questions de santé publique, elle est fondatrice de l’association pour la Prévention et la Promotion de la Santé Psychique (PPSP). Elle est l’auteur de nombreux livres dont Le corps bavard, Fayard, 2007, Dans l'intime des mères, Fayard, 2005

[Audio] Le déni de grossesse

Le déni de grossesse, une conférence avec avec Sophie Marinopoulos, mai 2007 (1:05)
Psychologue clinicienne et psychanalyste, Sophie Marinopoulos exerce à l’Hôpital Mère Enfants du CHU de Nantes. Engagée dans la reconnaissance de la santé psychique comme faisant partie intégrante des questions de santé publique, elle est fondatrice de l’association pour la Prévention et la Promotion de la Santé Psychique (PPSP).
Elle est l’auteur de nombreux livres dont "Le corps bavard", Fayard, 2007, "Dans l'intime des mères", Fayard, 2005

 Imprimer la page