Violence conjugale

Violence conjugale

Peu d'adultes ont conscience que la violence conjugale atteint l'enfant même s'il n'en est pas le destinataire direct. Or, qu'il s'agisse de coups ou des mots, la clinique montre que l'enfant qui vit dans un environnement de violence conjugale est en grande souffrance. Exposé malgré lui à un processus d'intériorisation de la violence, il est mis en difficulté dans son développement.

Terme associé: 
Fonctions parentales
Violence conjugale
Publié: 
Oui

[Campagne] La dispute des parents frappe les enfants

A travers un spot TV, des interview de professionnels et des textes, Yapaka sensibilise les parents à l'environnement de violence ordinaire dans lequel grandit l'enfant. Le désaccord entre deux personnes qui fait partie de la vie apprend à l'enfant que peut co exister la diversité de points des vues. Mais, quand elle traduit une dynamique de non respect, de disqualification voire de rapport de force, la dispute parentale est préjudiciable à l'enfant.

[Livre] Points de repère pour prévenir la maltraitance

Observer des signes qui nous inquiètent chez un enfant, être confronté à une situaiton de maltraitance, de négligence ... sont autant de questions ouvertes dans ce Temps d'arrêt pour répondre concrétement aux questions qui se présentent aux professionnels dans leur position de nursing, d'éducation ou d'aide. 
L' édition 2021 de ce Temps d'arrêt hors-série de 120 pages est actuellement diffusée dans les Hautes Ecoles, les Universités et les Cours de Promotion Sociale. Ce livre gratuit est également disponible sur simple demande ou téléchargeable en format pdf et pour liseuse.

[Livre] Guide pour prévenir la maltraitance

Auteur: 

Ce guide vise à rendre compte de la réalité complexe qui se présente aux professionnels de l’enfance confrontés à une situation de maltraitance : voir des signes ou recevoir des informations qui les inquiètent. Car, la maltraitance n’est pas un phénomène univoque : elle prend des formes et des degrés de gravité très variables. Ce texte présente l’essentiel des données actuelles concernant les mauvais traitements physiques, les négligences, les abus sexuels et la maltraitance psychologique.
Disponible en librairie, en Belgique et en France. 
Ce livre reste disponible en téléchargement (version pdf et epub).

[Texte] La violence conjugale, une maltraitance pour l’enfant …

Qu'il s'agisse de coups ou de mots, la clinique montre que l'enfant qui vit dans un environnement de violence conjugale est en grande souffrance. Exposé malgré lui à un processus d'intériorisation de la violence, il est mis en difficulté dans son développement.(...)

L'enfant se construit en référence au modèle adulte
Les enfants se développent à partir de ce que nous, adultes leur transmettons. La valeur du modèle familial d'abord; social ensuite participe à socialiser l'enfant, à le civiliser. L'enfant qui apprend la loi du plus fort n'apprend pas à intégrer les limites, à différer son besoin, à tolérer la frustration pour accéder à des expériences relationnelles positives. La violence comme modèle relationnel bannit le respect de l'autre dans sa différence et se fonde sur le passage à l'acte au détriment de la parole. Dans ce modèle, l'enfant n'apprend pas à mettre de la distance entre ses émotions et leur expression.

A l'inverse, faire l'exercice de la frustration nécessite de mettre des mots et un cadre éducatif structurant, cohérent et continu. La qualité des relations affectives solides, soutiennent l'apprentissage de cette capacité.

[Vidéo] La dispute parentale, une expérience préjudiciable pour l'enfant

Un entretien avec Jean-Paul Matot (03:36), pédopsychiatre. 

L’enfant qui vit une violence répétée entre ses parents est atteint dans son développement.

La répétition de violences verbales, physiques, matérielles…fragilise l’enfant notamment dans sa capacité à établir des relations égalitaires qui tiennent compte de l’autre et de la diversité en présence.

L’enfant intègre un mode de résolution des conflits inscrit dans un rapport dominant-dominé. Dans un contexte de scénarios de violence répétés entre adultes, l’univers familial habituellement vécu par l’enfant comme un lieu de sécurité et...

[Vidéo] L'impact de la violence conjugale sur l'enfant

Un entretien avec Reine Vander Linder (05:04), psychologue clinicienne. 

Le jeune enfant vit de plein fouet la violence entre ses parents. Totalement dépendant de l'adulte, l'enfant est submergé par une angoisse d'insécurité et de peur de perdre son parent.
L'enfant n'est pas outillé pour élaborer cette violence, en prendre distance. Dès lors, elle s'imprime en lui telle une trace traumatique. Il aura ensuite tendance à rejouer cette violence.

[Spot] La violence conjugale

Dans le cadre de son action « L'exemple, c'est nous », Yapaka lance un spot télévisé pour attirer l'attention de tous sur les dangers de la violence conjugale sur les enfants.

 

Il faut rappeler qu'au cours de sa vie, entre 15% (données belges [1]) et 20 % (données européennes[2] ) des femmes rencontrent la violence conjugale. Outre les effets destructeurs sur elle, cette violence a également des conséquences graves sur ses enfants ; ceci est moins connu.

Comme le souligne Maurice Berger[3], pédopsychiatre , « un bébé dont la mère est frappée alors qu'elle le porte dans ses bras se vit comme...

[Actu] Un homme qui maltraite sa femme apprend la violence à ses enfants

En France, la Fédération Nationale Solidarité Femmes propose un nouveau spot télévisé que nous vous invitons à visionner et commenter.

Ce spot présente avec réalisme tant la violence que l'effroi que peut ressentir l'enfant qui assiste à la scène… Mais, tout à coup tout dérape. Regardez attentivement, après que le père se soit montré violent, l’enfant donne un coup de pied à sa mère et le slogan final de conclure :

"Un homme qui maltraite sa femme apprend la violence à ses enfants"

Ce spot nous met très mal à l’aise… Nous n’en ferons pas une analyse complète, mais lançons le débat à partir...

[Audio] «Les Mesures d’Accompagnement Protégé : un outil innovant pour protéger l’enfant victime de violence conjugale»

Une intervention de Mme K.SADLIER, Docteur en psychologie clinique, Directrice du département enfants et adolescents au Centre du psychotrauma de l’Institut de victimologie de Paris lors du colloque " L'enfant exposé aux violences conjugales : quelles conséquences? Quelles prises en Charge?", organisé par la Coordination pour l'Egalité des Femmes et des Hommes de la Province de Namur le 10 juin 2013.

 

[Glané] [EN] Une étude américaine sur les effets sur les enfants des disputes parentales, du chaos familial et de la pauvreté

Si l'on peut s'attendre à de tels effets négatifs, l'intérêt de l'étude est d'en montrer l'étendue après avoir suivi de manière longitudinale 1025 enfants de 6 à 58 mois.

On trouvera l'étude  "Poverty, household chaos, and interparental aggression predict children's ability to recognize and modulate negative emotions" dans la revue [EN - Payant]   Development and Psychopathology et un résumé [EN] sur le site de la New York University

 

Coup de mots, coup de couteau

Extrait du livre : "Une vie de chien ?". C’est vrai qu’une parole peut faire très mal. Il m’a traité de nain! Il faut vraiment être mal dans sa peau pour être si méchant. Je suis trop nul, je ne vaux rien. Est ce que tu crois que ce qu’il dit de toi est vrai ? J’avais envie de disparaître. Excuse-moi : je ne m’en rendais pas compte. Elle a dit que j’avais triché et ce n’est même pas vrai! Parfois, on y repense encore longtemps après. Arrête! Je n’aime pas quand tu dis ça ! Dis lui que ça te fait de la peine. Elle m’enfonce tout le temps.  Devant tout le monde, en plus!  

La violence?

Il y a un grand qui me fait peur… Je serais plus tranquille si j’étais sûr que tu ne rentres pas tout seul de l’école. Si je le dénonce, il va se venger… Si je me tais, il va peut être me laisser tranquille? Défends-toi autrement. Les garçons sont plus violents que les filles. Si quelqu’un te menace, demande toujours de l’aide à un adulte. Mais c’était seulement pour jouer. Vous allez finir par vous faire mal. Y en a qui sont méchants «exprès». C’est pas moi, c’est elle qui a commencé.

 Imprimer la page