Enfants

[Campagne] "Une vie de chien ?"

La campagne "Une vie de chien ?" propose des outils pour acccompagner l'enfant dans les questions qui le touchent et l'interrogent, telles celles de l'intimité, de la mort, de l'exclusion... et l'aide à identifier dans son réseau les personnes ressources vers qui se tourner quand son sac à dos est trop lourd à porter.   
La campagne se décline autour du livre  "Une vie de chien ?" disponible gratuitement via cette page

[Livre] "Une vie de chien ?"

Ce livre est une ressource qui propose une multitude de points d'appui accessibles à tous pour mettre des mots et se questionner, pour partager un poids parfois trop lourd à porter pour un enfant : illustrations évocatrices, pistes de réflexion, ... Un petit carnet « À qui parler? » vient clôturer le livre, pour aider l’enfant à penser sa «géographie» personnelle, son réseau relationnel et aussi lui transmettre le réseau des professionnels à qui il peut à tout moment s'adresser (le CPMS, le PSE, une équipe SOS Enfants, le 103,...).
Le livre "Une vie de chien ?" est disponible gratuitement via cette page, et est envoyé aux enfants de 4ème primaire début septembre.

Séparation

"Quand les parents se disputent, on se retrouve coincé entre les deux. Les miens se disputent parce qu’ils ne sont pas d’accord sur quelque chose, parfois des toutes petites choses sans importance. Les parents de ma copine, eux, ont divorcé il n’y a pas longtemps. On entend ça de plus en plus souvent, et je trouve ça triste. J’essaie d’aider ma copine quand elle est en difficulté. Certains copains ne disent pas que leurs parents sont séparés, mais on le comprend vite quand ils disent qu’ils sont chez papa ou maman, ou quand ils donnent deux adresses différentes. Je crois que les séparations...

Ecrans

Moi, j’ai vraiment envie de regarder la télé. Il y a beaucoup de choses à voir, et on ne s’ennuie pas. Je regarde les séries et les dessins animés. Quand mes devoirs sont terminés, j’ai le droit de regarder la télé pendant deux heures, puis je suis obligé d’éteindre et faire un autre truc, par exemple aider ma mère. Je joue aussi à la PS3 ; je préfère d’ailleurs les jeux vidéo. Je joue en ligne à un jeu où il faut tuer les gens. Je trouve que ce n’est pas choquant parce que les personnages tués peuvent revivre dans un autre endroit. Je sais entendre l’autre joueur parler dans le casque, mais...

Jouer ensemble

Je vais souvent jouer avec ma voisine d’en bas, dans son trampoline. Mais je fais attention, parce qu’elle est encore en maternelle. Parfois, il y a des disputes, parce que l’un ne veut pas jouer à la même chose que l’autre ; c’est parfois difficile de se mettre d’accord. A l’école, nous jouons à la balançoire, au foot le lundi et le jeudi, des activités le mercredi et parfois des bricolages le vendredi. Ca se passe bien sur la cour. Quand un enfant triche, on le met sur le côté et on ne le laisse plus jouer ; mais on lui laisse quand même plusieurs chances. Un professeur nous surveille, mais...

Présentation

Yapaka propose une campagne destinée aux enfants, il s'agit de la campagne "Une vie de chien?". Tu peux la découvrir ici Parfois il y a des sujets qui ne sont pas toujours faciles à aborder. La vie est tantôt super gaie, tantôt super triste. Parfois c’est le fou-rire, parfois les pleurs. Il y a des choses que tu aimerais dire, mais tu n’oses pas. On t’embête dans la rue. Tu trouves qu’on ne t’écoute pas. Tu voudrais avoir de meilleurs résultats à l’école, mais tu n’y arrives pas. Tu trouveras sur ce site des outils pour t'aider à en parler autour de toi. Le plus important de tous, c'est le...

Rêver c'est créer

J’aime bien créer, parce que je peux créer des mondes, en jouant. Je peux inventer des histoires ; je peux me réconcilier, même, des fois. Ma passion est de jouer dans la cour en créant des histoires. Avec mes amies, je peux leur dire par exemple que c’est une histoire dans laquelle on nage avec les dauphins. J’aime jouer le personnage principal ; ça peut être un enfant, un parent, mais plus souvent un enfant. C’est facile, parce que c’est comme si c’était toi. On dit qui on a envie d’être, comment on s’appelle. On imagine des endroits : par exemple, le préau devient une maison, pour nous....

 Imprimer la page