[Vidéo] L’amour parental comporte toujours une dose d’ambivalence

Toute relation est empreinte d’ambivalence : l’amour et la haine sont des ingrédients toujours présents, à des degrés divers. Il est pourtant si difficile de faire entendre cette ambivalence dans la relation maternelle notamment. Jouer avec elle,  adopter des rituels, des  mécanismes de défense épongent  cette présence simultanée de sentiments contradictoires. Ces détours sont précieux  pour penser la haine et prévenir la maltraitance.

Pour comprendre au mieux cette réalité complexe,  un détour est utile par l’ambivalence que nous éprouvons à l’égard du bébé que l’on a été, et plus précisément  à l’égard du bébé que l’on a peur d’avoir été pour ses parents et pour son entourage : peur d’avoir été un bébé pleureur, peur d’avoir été un bébé décevant…

Prendre en compte et comprendre cette ambivalence à notre égard nous aide à faire davantage  confiance aux bébés dont on s’occupe en tant que parent et en tant que professionnel.  

Un entretien (05:08) avec Bernard Golse, pédiatre, pédopsychiatre et psychanalyste, réalisée lors du 7e congrès européen de l’AEPEA   "Corps à corps. Souffrances du corps et travail psychique chez le bébé, l’enfant, l’adolescent, la famille et les soignants" tenu à Bruxelles en mai 2014.

Cette vidéo est disponible au format mp4. Vous pouvez la télécharger afin de la visionner hors ligne ou de la graver sur un DVD. Télécharger la vidéo

Thématique: 
Campagne: 

 Imprimer la page

Pages qui pourraient également vous intéresser

[Livre] L’enfant face aux médias

L’essor de la télévision et des médias et le statut qu’ils ont acquis au sein de l’espace familial et auprès des enfants modifient considérablement les conditions de socialisation et de...

Ne pas voir la maltraitance sous son toit ?

On est surpris d’entendre les récits dramatiques d’enfants qui racontent des années d’abus sexuels ou de comportements cruels de la part du père ou beau-père sans que jamais la maman ne soit...

Les concours de mini-miss, des prisons pour enfants

Venue des Etats-Unis, la mode des mini-miss s'étend de par le monde. Au Brésil, une reine de carnaval de sept ans crée la polémique. En Belgique, un échevin de la jeunesse subventionne un concours de...