[Glané] "On fabrique des patients psychiatriques à la chaine"

Dans une interview publiée sur Le vif,  le psychiatre Paul Verhaeghe, professeur de psychologie à l'Université de Gand, explique les évolutions au cours de l'histoire de la psychiatrie et les écueils de la psychiatrie moderne. Dans cette interview, il questionne la manière dont le DSM (livre de référence de la psychiatrie moderne) est pensé, ses fondements scientifiques et les conséquences sur les prises en charge, trop souvent médicamenteuses, proposées aujourd'hui aux patients.
Aujourd'hui, la psychiatrie fait reposer les difficultés sur les épaules de chaque individu sans s'interroger sur les facteurs sociaux qui expliquent en grande partie la hausse d'adultes et d'enfants en souffrance psychique. 

Outre les adultes, la prise en charge des enfants présentant des troubles de l'attention et de l'hyperactivité (TDA-H) pose question. Bien souvent, ces enfants sont médiqués sans qu'une véritable attention soit accordée à l'ensemble de leurs difficulités, à leur histoire et leur singularité. 

"Les diagnostics basés sur le DSM ne sont pas fiables, dites-vous, et n'ont aucun fondement médico-scientifique.
Même aujourd'hui, les critères qui déterminent si une personne est considérée comme malade mentale ou en bonne santé ne sont pas médicaux. Il s'agit sans exception de critères sociaux, comme c'était le cas à l'époque des recherches de Foucault. Ce sont toujours des caractéristiques ou des comportements qui, selon les normes sociales habituelles, se produisent trop souvent ou trop peu. Par conséquent, le but du traitement est immédiatement clair. Ce qui est trop devrait être réduit. Ce qui est trop peu doit être augmenté. La norme est un système de normes civiles implicites. Si le critère est de rester assis sans bouger et de faire attention, eh bien, alors un enfant doit rester assis sans bouger, si nécessaire avec des médicaments.

Chaque nouvelle édition du DSM comprend également de nombreux nouveaux troubles. Selon le directeur de l'Association néerlandaise de psychiatrie, Damiaan Denys, 42 % de la population néerlandaise est désormais éligible à un trouble psychiatrique sur la base du DSM. Il en va sûrement de même chez nous.

Utilisez-vous parfois le DSM ?
Jamais. Je trouve également désastreux qu'en psychiatrie DSM, on accorde aussi peu d'attention aux besoins du patient. L'exemple le plus poignant est celui des enfants. Chez eux, on diagnostique souvent le TDAH, un trouble de l'attention. Et alors, je demande à mes élèves : ces examens diagnostics ne portent-ils pas seulement sur le problème d'attention, mais aussi sur l'anxiété de ces enfants ? Non, parce que les critères sont simplement le manque d'attention et une trop grande activité.

Bien sûr, de nombreux thérapeutes interrogent les enfants sur leurs angoisses, simplement parce qu'ils sont de bons thérapeutes. Mais j'ai peur de la prochaine génération de psychologues, exclusivement formée au système DSM et pour qui les diagnostics sont généralement effectués par ordinateur et à l'aide de listes de contrôle. Avant l'ère du DSM, vous rédigiez des rapports de diagnostic d'un certain nombre de pages. Après tout, chaque enfant est particulier, avec ses parents et ses antécédents : cela exige beaucoup d'explications. Aujourd'hui, les rapports de diagnostic couvrent tout au plus un A4, on utilise des étiquettes et des numéros de code et les enfants sont désormais interchangeables.

Pour ceux qui ne peuvent pas suivre, les diagnostics psychiatriques, surtout s'ils sont enveloppés d'acronymes d'apparence scientifique, sont malheureusement parfois une bouée de sauvetage, expliquez-vous.
Et je comprends. Essayez de vous mettre à la place d'enfants ou d'adultes qui échouent à l'école ou professionnellement. Pour eux, les pièces du puzzle contemporain les plus importantes en termes d'identité disparaissent : résultats scolaires et statut professionnel. Les gens se sentent coupables, parce qu'ils ne répondent pas à l'idéal de la société. Et puis il y a quelqu'un qui dit : vous n'y arrivez pas parce que vous avez un trouble, probablement dans votre cerveau, probablement même congénital. Avec ça, vous êtes soudainement acquitté. Et c'est une étiquette qui se dévoile. Du coup, les gens s'identifient à cette étiquette.

Vous pouvez voir les conséquences en consultation. Les gens viennent pour une consultation avec leur propre diagnostic : "Je souffre de TDAH, faites quelque chose". Ce qu'il ne faut surtout pas faire, c'est remettre en question ce diagnostic. Ça n'aide pas ces gens. Une bonne approche thérapeutique consiste à dire, par exemple : "Je suppose que oui, mais l'interprétation de ce problème varie beaucoup d'une personne à l'autre. Voyons comment ces problèmes s'expriment spécifiquement dans votre cas." Généralement, il faut plusieurs séances pour cela."

L'intégralité de cette interview est à découvrir sur levif.be

 Imprimer la page