[Glané] Une campagne néo-zélandaise sur les dangers d'internet fait un tabac

Le site de la RTBF relaye un spot néo-zélandais qui invite à penser aux potentiels dangers de l'accès très aisé à la pornographie pour des adolescents en pleine construction. Dans ce spot humoristique, deux acteurs se présentent nus et sonnent à la porte d'une maman, ils lui expliquent que leurs vidéos en ligne ne sont pas la meilleure éducation sexuelle pour son fils. Une invitation pour les parents à ouvrir la discussion sur ce que leurs enfants font sur internet, sur la distinction entre ce qu'ils y voient et la réalité... 

 

Extrait du texte "Le porno et les ados"

Le porno, un mode transitoire d’accès à la sexualité ?
Si la pornographie a toujours existé, aujourd’hui, la culture de l’image et la technologie qui facilitent et amplifient l’accès à l’imagerie pornographique ouvrent d’autres questions.

L’image et le modèle actuellement proposé par le porno peut s’imposer à certains adolescents en quête de construction comme un point d’écolage pour agir là où les mots de l’adulte font défaut. Une des dérives du porno joue alors sur la fougue compulsive de l’adolescent en manque de mots, en perte d’affectivité. L’écolage entre pairs se joue alors sur un mode sans parole de type passage à l’acte.

La présence d’un adulte aide au travail essentiel et inévitable de mise en mots, d’élaboration nécessaire pour renouer la parole à l’acte, l’acte à la relation, le lien affectif au sexuel.

Le rôle des adultes
Parler au plus tôt de sexualité (d’intimité, de respect, d’amour, de tendresse…) dans la famille et les lieux de socialisation aidera l’enfant et l’adolescent dans sa construction mêlant toujours le sexuel au versant affectif.

Discuter de la possibilité de « tomber » sur des images pornographiques, de l’artifice de la pornographie et des questions qu’elle ouvre doit s’inscrire dans la relation parent–ado, adulte-ado. Ce dialogue offre la meilleure prévention. De plus, l’éducation aux médias invite à l’analyse et au recul face aux images. À tout âge, cette approche outille l’enfant et prévient les risques de « traumatismes » liés à des images potentiellement effractantes.

En appui de la responsabilité parentale, l'école est partenaire, également comme garant de la norme. En son sein, le programme EVRAS, Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle aborde les questions de sexualité, à tous les âges de la scolarité, partant d’une vision positive.

Le dialogue éducateur - enfant/ado gagne à s’emparer de l’ensemble des événements qui surgissent au sein de l’école ou via les réseaux sociaux. 

 

Découvrez le texte en intégralité ici

 Imprimer la page

Pages qui pourraient également vous intéresser