[Livre] "Une histoire comme plein d'autres... sauf que c'est la mienne"

Public: 

Tiraillé entre le souvenir de l’enfance, son besoin d’affirmer son autonomie et son indépendance, de se différencier, la nécessité de faire face aux transformations qui lui tombent dessus, l’adolescent vit des tensions extrêmes.

Que faire et comment faire, en tant qu’adulte, forcément «ringard»,  pour garder le lien avec cette autre planète? Le livre «Une histoire comme plein d’autres (sauf que c’est la mienne)» vise essentiellement la circulation de la parole entre adultes et ados. Prendre en compte l’altérité, encourager l’expression… sont des éléments qui contribuent à réduire la violence. Cependant, des outils tels ceux développés ici ne sont jamais que des moyens, des facilitateurs, mis à la disposition des professionnels en contact avec les adolescents. La prévention n’est effective que DANS la relation. Au même titre que les autres programmes menés par Yapaka, ces actions-ci ont donné lieu à une longue préparation (des tables rondes de parents, d’adolescents, pré test, consultation d’experts, etc.). Et, à l’instar des autres programmes menés, nous estimons préférable de ne pas proposer de guide ou dossier pédagogique. Nous croyons clairement que chaque enseignant, animateur, éducateur… est le mieux à même de déterminer comment utiliser tel ou tel outil en fonction 1/ de son public, 2/ du cadre de travail, 3/de ses compétences

  • Ce livre rédigé par Jean-Luc Fonck et illustré par Frédéric Jannin s’adresse aux adolescents de 14 –15 ans et… aux adultes qui les entourent.
  • Il est édité à 60 000 exemplaires et distribué dans toutes les écoles, les PMS, les PSE, les AMO, les SAJ, les plannings, les services de santé mentale,…
  • L’histoire se poursuit dans un blog interactif à construire ensemble... sur www.100drine.be

 

«Hubert est poursuivi par sa prof de maths (la redoutable Miss Crocodile), ses parents ne le comprennent absolument pas (et il ne comprend pas ses parents non plus!), il n’ose pas avouer à sa voisine de table à la cantine (la fabuleuse 100drine) qu’il est complètement ouf d’elle, il déteste quand personne ne réagit (surtout quand il se fait agresser dans le bus)… Comment va-t-il faire pour se défendre dans cette jungle quotidienne? Cette struggle for life? Va-t-il finir par sacrifier sa vie aux mathématiques pour devenir le célèbre inventeur du spray spécial qui fait disparaître les profs de maths? Arrivera-t-il à  conquérir le coeur de sa belle?… Bref, plein de défis au quotidien… peut-être comme pour plein d’autres quand on est à l’âge où tout explose…»

Ce livre est disponible gratuitement au 0800 / 20 000 et sur demande ici

L'histoire d'Hubert

L'histoire de 100drine

Thématique: 

 Imprimer la page

Pages qui pourraient également vous intéresser

[Texte] Les paradoxes de la relation éducative

S’occuper d’adolescents dits difficiles, c’est constamment travailler aux confins du judiciaire, du sanitaire et de l’éducatif. A priori les deux premiers champs apparaissent mieux définis : on est...

Campagne de sensibilisation - Du 23 juin au 4 juillet 2014 et du 25 août au 5 septembre 2013

Le 25 juin 2014, Promo Jeunes AMO a lancé son opération annuelle « La rentrée… faut y penser ! ». Cette année, nous la menons en partenariat avec :

 

  • dix autres services d’aide en milieu ouvert : Amon Rythme, C.A.R.S, Comète, AtMOsphères, CEMO, SOS Jeunes Quartier Libre, Atouts Jeunes, Inser’action, AMO TCC Accueil et AMO de NOH
  • le CASG « Solidarité Savoir »
  • l’asbl « BRAVVO », qui centralise les actions de prévention sur la Ville de Bruxelles 
  • l’asbl « Simplement Une Ecole »

 

Pour la septième année consécutive, cette campagne vise à sensibiliser les jeunes à la nécessité de s’inscrire dès à présent dans un établissement scolaire pour l’année 2014-2015.

 

Pour l'occasion, la permanence de Promo Jeunes est ouverte de 10h à 17h jusqu'au 4 juillet!

 

Le constat

En effet, par notre travail quotidien de permanence sociale ouverte aux jeunes jusque 18 ans, nous sommes en première ligne pour constater les difficultés rencontrées, sur le terrain, par les jeunes pour se réinscrire en début de chaque année scolaire. En août et en septembre, systématiquement, les services sont littéralement débordés de demandes sur ce thème. Nous prenons alors le temps d’orienter ces jeunes vers les écoles, en fonction de leurs attentes, de leurs capacités mais, surtout, des ressources disponibles en termes de places. Et c’est là que le bât blesse.  En septembre, les listes des écoles sont souvent complètes; il est souvent trop tard pour opérer un choix idéal, réellement en lien avec les aspirations du jeune.