[Vidéo] Déni de grossesse et infanticide, le rôle de la justice.

Un entretien avec Sophie Marinopoulos (06:02), psychologue, psychanalyste. 

Lorsqu'un déni de grossesse va jusqu'à l'infanticide, l'intervention de la justice est importante pour nommer la réalité d'un fait. L'incarcération ouvre alors sur une réalité qui permet à ces femmes d'explorer ce qui s'est passé.

Dans sa clinique avec ces femmes, Sophie Marinopoulos constate que l'incarcération place ces mères dans une temporalité qui leur permet de penser les évènements qui se sont déroulés et qui leur ouvre aussi un temps de redécouverte d'elles-mêmes. En effet, il s'agit souvent de femmes qui ont peu appris à exprimer leurs émotions, à être à l'écoute de leur corps.

En revanche, des peines souvent trop lourdes n'aident en rien ces situations et privent ces femmes de leurs enfants plus grands.

 

 

Cette vidéo est disponible au format mp4. Vous pouvez la télécharger afin de la visionner hors ligne ou de la graver sur un DVD. Télécharger la vidéo

 Imprimer la page

Pages qui pourraient également vous intéresser

[Texte] Le déni de grossesse

Se découvrir enceinte au sixième mois de grossesse ou à l'accouchement paraît incroyable. Pourtant, cela peut arriver : on parle de « déni de grossesse » quand une femme enceinte n'a pas conscience...

Michelle Martin : Le cœur et la raison

Billet invité - Une opinion de Robert De Baerdemaeker et Patrick Henry (1) parue initialement dans La Libre Bien sûr nous avons tous été émus, bouleversés, écœurés, scandalisés, révoltés, par le...

[Livre] Prise en charge des délinquants sexuels

Depuis les décennies 1980-90, les recherches cliniques sur les auteurs de violences sexuelles permirent de sortir les délinquants sexuels de l’ornière de la perversion. Ce livret rend compte des...