Professionnels

[Actu] Scène primitive en prime time ?

Vous allez rire, c’est certain. Et pourtant la scène mérite qu’on s’y arrête.

Depuis longtemps la télévision brouille les repères entre fiction et réalité, entre privé et public, entre intime et exposé organisant ainsi ce grand trou de serrure où qui veut ira jeter un œil (au risque de le perdre…)

Demander à un enfant, d’imaginer ses parents faire l’amour, et cela lors d’une émission grand public, n’est-ce pas aller un cran plus loin ?

La face cachée de la violence des jeunes

Régulièrement, les médias mettent à la une des
actes de violence agis par des mineurs : faits divers de vols,
insultes, rackets, incendies, meurtres…. Non objectivée, la violence
des jeunes est présentée comme explosive mettant en danger la sécurité
publique. En tant que professionnels, nous sommes touchés par l’impact
de ce sentiment d’insécurité nourrit par la peur de jeunes.

La disparition du certificat de bonne vie et mœurs

La presse s’est récemment fait l’écho d’émotions concernant
l’annulation de l’obligation pour les personnes travaillant avec les
enfants de produire un certificat de bonne vie et mœurs.

La Ligue des droits de l’Homme est notamment à l’origine de cet arrêt.
Nous avons demandé à Manuel Lambert, Conseiller juridique de Ligue des droits de l’Homme, de nous éclairer sur cette question.

Comme à l’accoutumée, notre rubrique débat est ouverte à vos réactions

 

"Alerte enlèvement"

Partant des Etats-Unis en 1996, ce dispositif médiatico-policier
diffuse massivement l'alerte en cas d'enlèvement d'enfant : télévision,
radio, panneaux routiers, annonces sonores dans les gares, les métros,
les aéroports… participent à diffuser, après une sirène
caractéristique, le message d'alerte en continu et fait appel à la
coopération de la population.

La Belgique verra-t-elle également la mise en place de cette alliance entre police, média et citoyens ?

Immatriculer les poussettes. Farfelu ou sérieux ?

Il s’agit bien d’une initiative très sérieuse visant à permettre de dénoncer un adulte « inadéquat » avec un enfant.

Le
site HowsMyNanny.com propose un système de surveillance des « nounous
». Les parents souscrivent un abonnement, immatriculent de la poussette
de leur enfant ; cela permet à tout passant de signaler un comportement
douteux. Rapport leur est ensuite transmis par courrier électronique.

 Imprimer la page