[Audio] "Les droits de l’enfant à l’épreuve de la réalité"

Une conférence de yapaka avec Françoise Guillaume, tenue à Bruxelles le 25 novembre 2009.

Discutant : Bernard Devos, Délégué général aux droits de l'enfant

Deux cents ans séparent la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de la Convention Internationale des Droits de l'enfant : le temps pour cet enfant de passer du statut de « petit d'homme » à celui de « petit homme ». Mais l'enfant lui-même trouve-t-il toujours son compte à cette évolution ? A partir d'exemples concrets, on verra quelles conséquences (positives et négatives) l'enfant de 2009 peut espérer de ses droits. Le droit à l'enfance est-il toujours cohérent avec les droits de l'enfant ?

Scientifique de formation (maîtrise en mathématiques et en sciences de l'environnement), Françoise Guillaume occupe depuis 1994, le poste de préfète de l'Ecole Decroly à Bruxelles, après y avoir enseigné pendant 15 ans. Ce poste d'observation et d'action l'a amenée à réfléchir aux enjeux éducatifs d'aujourd'hui. Elle est l'auteur du livre "L'enfant, petit homme ou petit d'homme", l'Harmattan, 2008 et tient régulièrement un blog www.educationaujourd'hui.net.

 Imprimer la page

Pages qui pourraient également vous intéresser

Les demandes des parents et l'institution éducative

Il y a un demi-siècle, personne ne pensait à contester ce que disait l’école. Les enseignants représentaient  une autorité qui aujourd’hui est mise à mal dans l’ensemble du corps social. Cet état de...

Carole Gayet-Viaud

Carole Gayet-Viaud est sociologue et ethnographe. Elle est chargée de recherche CNRS au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales et chercheur associée à l'Institut...

[Livre] Malaise dans la protection de l'enfance

La violence est en chacun de nous, y compris les intervenants ; elle fait partie de la société tout entière et n’est pas le seul fait de personnes déviantes. Cette violence peut cependant s’...

[Livre] Le lien civil en crise ?

La civilité au-delà des règles de savoir-vivre s’ancre dans la relation aux autres. Le « vivre ensemble » se heurte donc à notre subjectivité, notre seuil de tolérance, notre souci de l’autre et...