Etre parents, c'est... veiller aux enfants dans la séparation

Onglets principaux

"Je suis maman solo, ce n'est pas tous les jours facile, je suis fatiguée"
"La séparation a été très difficile, pendant des mois il y a eu des cris, des pleurs chez les enfants..."
"Ils n'ont jamais été séparés de nous, alors c'était très compliqué de passer de chez maman à chez papa, puis de chez papa à chez maman..."
"On a beaucoup parlé et on a trouvé un système avec le papa pour que les enfants soient bien"

Laura, maman de deux enfants

Brigitte, maman de trois enfants

 

Dans ces moments douloureux et conflictuels, il est difficile d’être attentifs à ce que vivent les enfants. Comment rester reliés à leur vécu ? Nous pouvons prendre le temps de les écouter, de les regarder pour percevoir comment ils sont affectés par nos disputes, par la séparation, par les changements de lieux et de rythmes de vie. Comment veiller à ne pas les exposer à la violence inhérente au conflit conjugal ?

L’aide d’un tiers, en position de médiation, nous y encourage. Il nous permet d’aménager les questions d’hébergement et d’éducation dans le respect de chacun et des besoins des enfants. Bien sûr, il nous faut souvent céder sur certains arrangements. Pas facile d’accepter une garde alternée quand on n’en voulait pas, de trouver des accords pour les médecins, l’école, l’habillement des enfants, les dates de congé… Comment parvenir à ne pas dire du mal de notre «  ex » en présence des jeunes oreilles afin de ne pas rendre l’enfant prisonnier d’un conflit qui le dépasse ? Penser au vécu de chaque enfant et rester des adultes respectueux les uns des autres nous aident à continuer à prendre soin d’eux.

Extrait du livre "Etre parents, c'est..."          

 

"J'ai laissé de côté tous les autres aspects de ma vie sociale. Je suis une maman anxieuse, culpabilisée." "Il est très difficile de rester exigeante quand soi-même on est diminuée dans notre rôle". "Je me sens moins disponible, à tous niveaux, j'ai beaucoup culpabilisé de l'incidence de mon état émotionnel sur le développement de mon fils, mais surtout de la mise à mal de notre relation." "Mon esprit est occupé par ces soucis." "Avec cette situation, il y a des craquages. La violence est entrée dans nos vies et nous luttons contre ses pulsions lorsque nous sommes à bout... "  Une enquête réalisée par Yapaka auprès de 280 parents* a permis de récolter des témoignages de parents solo. Ceux-ci illustrent les coûts matériels et psychiques liés à cette situation et les répercussions sur la relation à l'enfant.
Dans de telles situations de vulnérabilité, il est important de pouvoir passer le relais à des proches, de pouvoir solliciter l'aide des professionnels. Des parents témoignent de l'aide qu'ils ont reçue dans des moments difficiles. Regardez les témoignages Etre parents, c'est ... oser demander de l'aide.
 

Coup de pouce

Parfois, demander un coup de pouce à un professionnel (qui écoute en toute confidentialité) aide à mieux comprendre son enfant et pourquoi, en tant que parent, on peut se sentir à bout et très seul. De même quand les émotions difficiles reviennent régulièrement, il est intéressant de s’interroger sur leur origine. Parfois, de très loin, d’il y a fort longtemps, du temps où on était soi-même enfant et qu’on ne comprenait pas la colère, la violence ou la dépression de ses parents. En parler est difficile, parfois douloureux, mais ça libère du poids que l’on porte en soi. 

Trouver de l'aide auprès d'un professionnel.

*Consultez l'intégralité de l'enquête Epuisement & Ressources parentales réalisée par Yapaka

 Imprimer la page

Share