Tous

[Campagne] Jeu t'aime

Jouer fait grandir. Or, le jeu occupe parfois trop peu de place dans l'esprit des adultes préoccupés par tout un tas d'autres choses. Comment redonner le goût du jeu, à cette activité gratuite, sans intention pédagogique?

La campagne "Jeu t'aime" a pour objectif de valoriser le jeu et d'inviter les parents à jouer avec leurs enfants.

L'exemple, c'est nous

Les médias et l’homme de la rue déplorent les incivilités et la violence des jeunes. Mais la violence ne règne-t-elle pas dans les familles et dans la société ? La violence conjugale, l’agressivité du conducteur automobile, le langage ordurier d’un chef d’état ou le coup de boule d’un sportif de renom ne sont-ils pas des exemples de notre vie quotidienne ?

Il revient à l’adulte au sein de la famille ainsi que dans l’espace social d’aider l’enfant à trouver les repères pour grandir et ainsi se socialiser. Non limité, l’enfant ou l’adolescent se retrouve aux prises avec ses pulsions, qu’il n’est pas à même de canaliser seul.
Certains parents ont des difficultés à mettre des limites à leur enfant. Parfois le chaos familial, ou encore les conditions matérielles n’offrent pas l’assise sécurisante qui permet à l’enfant de se développer harmonieusement. On parlera alors de négligence voire de maltraitance.

Bon ou mauvais, l'exemple, c’est nous. Nous tous, chacun d’entre nous.

La campagne de spots "Quelqu'un à qui parler..."

Cette fois, on retrouve à l´écran 8 témoignages : une maman qui ne supportait plus les pleurs de son bébé, Jamel qui a permis à son voisin de parler et de découvrir autre chose, une puéricultrice qui a pris le temps de discuter avec une maman, une institutrice qui a laissé une place à la parole avant que le malaise ne s´installe, un éducateur,... tous expliquent que le fait de parler, d´échanger avec une personne extérieure à la situation les a aidé à prendre du recul, à s´arrêter un instant.

Cette campagne a été diffusée en radio et télévision en 2006.

Spots "bulles"

Huit saynètes de la vie quotidienne attirent l´attention sur les différences de rythme et de monde entre adultes et enfants. Qui ne s´est pas énervé à l´heure du repas, du dodo ou quand la retransmission du match est troublée…

[Livre] Peut-on encore toucher les enfants aujourd’hui ?

Ce texte de Pierre Delion, pédopsychiatre, développe l'importance du toucher dans le développement de l' enfant.. A une époque où des affaires d’abus ont conduit à une inhibition générale du toucher comme moyen de communication entre adulte et enfant, il s’agit d’aborder le toucher avec nuances et de prévoir, pour les professionnels, des moyens d’en parler de façon aisée afin de se prémunir des avatars qui peuvent toujours survenir dans les relations entre adultes et enfants.

Ce texte est disponible en version pdf et epub, également en librairie

Numéro de collection: 
86

[Texte] Les réseaux sociaux, lieux de socialisation à l’adolescence

Les réseaux sociaux, utilisés tant par les adolescents que par les adultes, ont modifié le rapport aux autres, au temps, à l’espace, aux apprentissages… S’ils constituent de fabuleux moyens de rester en contact à travers le monde, de déployer la créativité, d’échanger, de s’informer, de rassembler, de mobiliser…, ils sont également vecteurs de nombreuses questions aiguisées par la réalité adolescentaire.

[Carte blanche] Une majorité sexuelle à 14 ans ? Au profit de qui ?

Cette carte blanche est parue dans Le Soir de ce 19 mars 2015 L’accord gouvernemental mentionne l’harmonisation de la loi relative à la majorité sexuelle. Les médias semblent signifier qu’il faut y lire un abaissement de la majorité sexuelle de 16 à 14 ans. Qu’en penser au regard de l’intérêt des jeunes ? Que dit la loi ? Rappelons tout d’abord qu’à la différence des adultes, pour le jeune de moins de 18 ans, c’est le juge de la jeunesse qui est compétent. En résumé, la loi actuelle dit que tout rapport sexuel avec un mineur de moins de  14 ans constitue un viol, quelque soit l’âge de l’...

Ados en trop plein d'écrans

Privés d'école et de copains pendant de longues semaines, être connectés a été une façon de rester en lien pour la plupart des adolescents. Encore maintenant, beaucoup de grands n'ont pas repris le chemin de l'école. Ils restent alors à la maison, parfois seuls, les parents et frères et soeurs plus jeunes ayant repris les uns le travail et les autres l'école, et les écrans sont alors une - parfois la seule - façon de s'occuper. Cependant, trop de temps devant l'écran reste une entrave au développement, même pour les plus grands. C'est un temps qu'ils ne passent pas dehors, à "trainer" en live...

Les formations Risque-Zéro pour mieux protéger vos enfants

Parents-Bonheur est une association de fiction créée dans le cadre du programme de prévention de la maltraitance et de soutien à la parentalité : Yapaka. L’adresse web parents-bonheur.com renvoie vers le site yapaka.be   Quelques vidéos abordent des questions telles la surconsommation de Rilatine®, la télévision pour les bébés, les filtres Internet, les webcams dans les crèches…  

Etre parents, c'est... être traversé par tant de sentiments

Le témoignage de Aude, maman de Merlin et Félix             Le témoignage de Jennifer, maman de trois enfants Le témoignage de David, papa d'un enfant                                 Ce tourbillon d'émotions peut fragiliser, épuiser même les parents. "Ne pas y arriver c'est culpabilisant, surtout avec les réseaux sociaux où beaucoup étalent leur semblant de perfection... On se dit "Mais pourquoi moi je n'y arrive pas ?" Il n'y a tout simplement pas assez d'heures dans une journée et pas assez de jours dans la semaine pour tout faire."  Une enquête réalisée par Yapaka auprès de...

 Imprimer la page