Livres, vidéos, podcasts...

[Livre] Résister à l’algocratie - Rester humain dans nos métiers et dans nos vies

Dans ce nouveau Temps d'arrêt, Vincent Magos, spécialiste en santé publique et psychanalyste, analyse l'emprise technologique dans nos métiers et dans nos vies. Après une extension des procédures, aujourd'hui, les algorithmes atteignent la puissance et l’autonomie de prendre des décisions sans intervention humaine. Si la technique au service de l’humain est à valoriser, en considérer les dérives et les usages qui nous échappent s’impose prioritairement dans les métiers du soin et de l’éducation. Interroger et étayer les effets multiples dans les domaines de l’intimité, de la surveillance, de la capacité de juger, de l’effacement du tiers, des modifications relationnelles ...est le défi de ce texte. 

Numéro de collection: 
114

[Livre] Quand la violence se joue au féminin

Véronique Le Goaziou, sociologue, interroge la violence agie par des jeunes filles ou par des femmes adultes : mères infanticides, maltraitantes ou auteures de violences sexuelles, jeunes filles délinquantes, radicalisées ou femmes meurtrières. Si, longtemps la violence des adolescentes, des femmes et des mères est demeurée un phénomène improbable et impensé, comprendre les circonstances et le sens des actes violents commis par la population féminine permet de penser ce qui relève de l’impensable et fournit aux professionnels des clés d’analyse pour mieux agir sur ces violences ou les prévenir.

Numéro de collection: 
113

[Livre] Le travail social animé par la « volonté artistique »

Dans ce nouveau Temps d'arrêt, David Puaud, éducateur spécialisé et anthropologue, repense l'essence du travail social pour soutenir la valeur fondamentale d’hospitalité des métiers de la relation. Le contexte actuel d'effritement de l’État social et de privatisation déporte les secteurs de l’aide et de l’éducation vers une logique de rentabilité et d’évaluation. L’hypothèse de l'auteur est de développer «  la volonté artistique  » telle une position éthique qui offre un respect des rythmes de l’humain face aux accélérations modernes, aux cultes de l’évaluation et de la mesure de qualité. Continuellement vivifier le travail social relève d’un défi ambitieux.

Numéro de collection: 
112

[Livre] Être porté pour grandir

Être porté s’applique au bébé, dans sa vulnérabilité première, à l’enfant, à l’adolescent et, tout au cours de la vie, à toute personne en situation de fragilité ou de soin. Dans ce livre, Pierre Delion, pédopsychiatre, présente le concept de fonction phorique à la base de l’aide à l’autre : porter l’autre, le prendre en charge, le soutenir dans les actes de la vie quotidienne. Aussi pour exercer cette fonction phorique auprès de l'enfant ou de la personne en difficulte,  les professionnels de la relation, ont eux-mêmes besoin d’être soutenus de façon phorique par les responsables de leurs organisations, elles-mêmes soutenues par les politiques publiques. In fine, c’est l’État qui est la clé de voûte de la solidité du système. 

Numéro de collection: 
111

La portée du langage

Accueillir l’enfant au monde, c’est lui parler. Par le langage, le parent, l’adulte transmet à l’enfant, dès sa conception, les liens qui nous unissent et qui nous préexistent. Ce texte de Véronique Rey, linguiste, nous plonge au cœur des fondamentaux de la pratique de la langue maternelle, sa mécanique des gestes vocaux, son appropriation dans les interactions entre l’enfant et l’adulte. Dans une société où prédominent hyperstimulation visuelle, modification des modes d’éducation et de communication, la nécessité de cultiver la langue s'impose. Ce texte questionne nos façons de la transmettre et de répondre au nouveau phénomène de «  détresse langagière » constaté chez les enfants dès le plus jeune âge. 

 

Numéro de collection: 
110

[Livre] Le secret professionnel, fondement de la relation d’aide et d’écoute

Ce nouveau livre Temps d'arrêt propose deux analyses. Un premier texte de Claire Meerseman, psychologue, vient interroger le secret professionnel tel un fondamental de la relation d’écoute et de confidence. Le second texte réalisé par la Commission de coordination du Brabant Wallon sous le plume d' Andre Donnet, Françoise Dubois et Cecile Guilbau reprend les principes et modalités qui organisent cette obligation de secret à la lumière des débats et mouvements législatifs actuels.

Numéro de collection: 
109

[Livre] À l’adolescence, s’engager pour exister

Ce texte de Marie Rose Moro et Adrien Lenjalley, pédopsychiatres, pose la question de l’engagement à l’adolescence, étape de vie marquée par la révolte et les défis. Pris dans ses transformations corporelles, le jeune se voit engagé, parfois malgré lui, dans le tourbillon du changement, dynamique vitale qui peut l'emmener du côté de la créativité et de la transformation mais qui peut, sans balise adulte, le perdre sur les chemins de la destructivité. 

Numéro de collection: 
108

[Livre] Le deuil prénatal

Ce nouveau Temps d'arrêt ouvre la question de la perte du fœtus ou du tout jeune bébé. Marie-José Soubieux, pédopsychiatre et Jessica Shulz, psychologue explore la complexité et l’inédit de ce deuil pour chacun des parents, les enfants aînés, ceux à venir et les grands-parents, également l’impact sur les professionnels.   

Numéro de collection: 
106

[Livre] Le harcèlement virtuel

Dans ce livre, Angélique Gozlan, psychologue clinicienne, analyse le harcèlement dans les nouvelles configurations avec Internet :  le cyber harcèlement interroge de  nouvelles modalités de communication et de relation dans lesquelles la notion d’intimité se trouve bouleversée. La complexité du positionnement des adultes et la place de l’école y sont pensés à la lumière des processus à l’œuvre à l'adolescence.  

Numéro de collection: 
105

[Livre] Jeunes et radicalisations

De tout temps, la jeunesse en quête de sens s’inscrit dans une métamorphose identitaire. Aujourd’hui, en rupture de perspectives et de références puissantes pour se sentir exister, des jeunes hommes et femmes sont  touchés par l’islamisme radical. Ce texte de David Le Breton, sociologue, propose une lecture de la radicalisation au travers de grandes figures anthropologiques : l'ordalie, le sacrifice, la disparition de soi...

Numéro de collection: 
104

[Livre] L'attention à l'autre

Dans ce Temps d'arrêt, Denis Mellier, psychologue clinicien, développe l’attention à l’autre partant d'une position éthique d'accueil, d'hospitalité à soi et à l'autre. Ce modèle de "contenance" est aussi analysé en regard de la réalité de travail en équipe et en insitution.
 

Numéro de collection: 
103

[Livre] La parentalité aujourd’hui fragilisée

Dans ce nouveau texte Temps d'arrêt, Gérard Neyrand, sociologue, analyse, au regard de l’évolution familiale,  la parentalité fragilisée aux plans social, économique et sur le versant du couple conjugal. Les réponses des pouvoirs publics à ces changements ne sont pas toujours convergentes mettant les intervenants sociaux dans la position délicate d’avoir à se situer entre soutien et contrôle des parents qu’ils accompagnent.

Numéro de collection: 
102

[Livre] Du déclin au réveil de l’intérêt général

Ce texte propose une autre manière pour habiter le « vivre ensemble » : sortir de l’ultralibéralisme comme modèle unique pour repenser le rôle de l’Etat et repérer les nouvelles émergences de l’intérêt général et du collectif.
Dany-Robert Dufour, philosophe, professeur en sciences de l'éducation, y analyse les liens entre économie ultralibérale et économie psychique. Trois «  délires  » nous submergent : le délire occidental avec sa promesse de satisfaire à tous nos désirs , le délire fondamentaliste en recherche de pureté et de toute puissance, et, en miroir, le délire identitaire.
La voie médiane et ultime pour reconstruire le rôle de l’Etat et refonder le lien social se développe sur le principe universaliste revivifié par Les Convivialistes.

Numéro de collection: 
101

[Livre] Prévenir la maltraitance

" Penser l’environnement amène à penser bien au-delà de la famille nucléaire et de ses éventuelles défaillances. Un parent défaillant, négligent voire maltraitant n’est pas nécessairement un « mauvais » parent, ni un pervers. Il peut se trouver en difficulté en raison de sa propre histoire ou d’événements relatifs à sa vie actuelle ; une perte d’emploi, par exemple. De plus, rien n’est inéluctable, la croyance « enfant maltraité, parent maltraitants » est une ineptie. Il est extrêmement touchant de voir, en consultation, comment des parents se débattent pour sortir du cercle infernal de la répétition de génération en génération.
De la même manière qu’un enfant se développe d’autant mieux qu’il ressentira un amour inconditionnel (y compris dans la sanction), l’adulte devient parent s’il peut expérimenter une solidarité de base, surtout quand il est mal assuré. D’où l’importance de considérer le parent « maltraitant » comme quelqu’un qui nous ressemble. Dans des situations similaires, nous aurions pu également être défaillants ; il nécessite donc aide et solidarité avant répression  (quelquefois nécessaire, ne nous voilons pas la face).
Mais l’intervenant se trouve parfois très démuni  : la temporalité du développement de l’enfant ne permet pas d’attendre la maturation parentale. Comment alors venir en aide à l’enfant ? Ici encore, le fait d’être dans un environnement solidaire, de pouvoir compter sur la famille élargie, une amie, un voisin… peut faire toute la différence. Il est des rencontres lumineuses qui changent la vie ; grâce à une famille d’accueil par exemple.
On voit pourquoi il est essentiel que la prévention de la maltraitance soit fondée sur la solidarité et non le soupçon.
"

Extrait du livre Temps d'arrêt "Prévenir la maltraitance" de Vincent Magos, p. 12-13.

Numéro de collection: 
100

[Livre] L’attachement, un lien revisité à l’adolescence

En ce contexte Covid-19, nous vous invitons à (re)découvrir ce texte de trois pédopsychiatres spécialistes de l'adolescence qui analyse les mouvements adolescentaires à l'oeuvre, l’émergence de la sexualité, les remaniements identitaires, les enjeux liés à l’autonomisation, autant de facteurs d’insécurité pour les adolescents et les parents. Ce texte qui propose une lecture dynamique de l’adolescence offre des éclairages en ces temps de crise.

Numéro de collection: 
99

[Livre] Evolution du traitement des ruptures familiales

Dans ce nouveau texte Temps d'arrêt, Benoit Bastard, sociologue analyse le basculement dans la manière de règler les questions familiales lors des séparations : passant d'un modèle décisionnel tutélaire à une recherche de solution par les parents eux-mêmes. La médiation, entre autre, offre un outil pertinent dans cette voie. 

 

Numéro de collection: 
98

[Livre] Les jeunes, la sexualité et la violence

Dans ce texte, Véronique Le Goaziou, sociologue et ethnologue, analyse un focus sous haute surveillance : jeunesse, sexualité et violence. Les grands interdits sexuels ont faibli dans nos sociétés et la sexualité juvénile, détachée du cadre affectivo-conjugal, est aujourd’hui admise. Sur fond actuel de normes sexuelles multiples, les déviances sexuelles des jeunes, réelles ou supposées, et plus encore leurs actes sexuels violents font l’objet de maints questionnements.

 

Numéro de collection: 
97

[Livre] Coopérer autour des écrans

Pascal Minotte, psychologue, questionne notre place éducative dans l'accompagnement des enfants et adolescents aux usages des écrans. Tenant compte de nos propres pratiques des écrans et de nos représentations à leur égard, il nous revient de rester attentif à cette posture éducative. Ce texte invite à penser les questions et difficultés qui se posent à nous : comment accompagner les enfants et les adolescents dans leurs usages des écrans ?

Comment être une ressource pour eux alors que nous pensons qu’ils maîtrisent mieux que nous les outils ? Accompagner les nouvelles générations dans leurs usages des écrans nécessite aussi de dépasser les apparences et de se connecter au sens qu’elles donnent à leurs pratiques.

Disponible en version PDF .

 

Numéro de collection: 
96

[Livre] Prévenir la violence par la discussion à visée philosophique

Dans ce livre Temps d'arrêt, Michel Tozzi ouvre une piste éducative pour prévenir incivilités, violences et harcèlement entre enfants dès le plus jeune âge  : celle d’engager avec les enfants dès 4 ans des échanges sous forme de discussions à visée démocratique et philosophique (DVDP). Discuter, c’est suspendre le passage à l’acte corporel ou verbal ; c’est se donner le temps de la réflexion dans un espace organisé par des règles démocratiques. Ce texte sert de support à la formation des ateliers de la pensée joueuse.

Numéro de collection: 
95

 Imprimer la page